X

Moyen Orient et Monde

Erdogan dénonce « Harim el-Sultan »

Turquie Pour le Premier ministre, la série télévisée est contraire à l’histoire et aux bonnes mœurs musulmanes.
OLJ
29/11/2012

C’est l’une des séries les plus populaires de la télé turque mais elle n’a pas échappé aux foudres du Premier ministre. Réputé pour ses sorties tonitruantes, Recep Tayyip Erdogan s’en est pris cette fois à un feuilleton qui décrit les turpitudes de Soliman le Magnifique, le jugeant contraire à l’histoire et aux bonnes mœurs musulmanes.


L’objet de l’ire du chef du gouvernement s’appelle Le siècle magnifique ou Harim el-Sultan (au Liban). Depuis maintenant un an, cette série dépeint sans fard le règne du plus fameux sultan de l’Empire ottoman (1520-1566), entre conquêtes militaires, intrigues de palais ou rivalités de harem. Des millions de téléspectateurs s’en régalent chaque semaine, en Turquie comme dans les pays du Maghreb ou d’Europe de l’Est où elle a été vendue. Mais apparemment, cette chronique romancée et décadente, qui montre Soliman un verre d’alcool à la main ou en pleins ébats avec ses promises, n’est pas du goût du chef du gouvernement turc, qui l’a fait savoir au détour d’une pique adressée à ceux qui critiquent sa politique étrangère. « Ils demandent pourquoi nous nous occupons de ce qui se passe en Irak, en Syrie ou à Gaza. Mais nous nous intéressons à tout ce qui est lié à nos ancêtres. Ils ne connaissent nos pères et nos ancêtres que par Le siècle magnifique mais ce n’est pas le Soliman que nous connaissons », s’est exclamé M. Erdogan. « Il a passé trente ans de sa vie à dos de cheval et non dans des palais comme on nous le montre à la télé », a-t-il poursuivi. « Je maudis et condamne les réalisateurs de ces séries et les propriétaires de cette chaîne de télévision », a menacé M. Erdogan, « ceux qui jouent avec les valeurs du peuple doivent recevoir une leçon ».


Le chef du gouvernement n’est pas le premier à critiquer Le siècle magnifique. Dès ses premiers épisodes, la fiction a créé de nombreux remous, dans les milieux religieux mais également politiques. La semaine dernière encore, un des vice-Premiers ministres du gouvernement islamo-conservateur est monté au créneau lors du débat parlementaire consacré au budget de l’audiovisuel. « Ceux qui veulent humilier nos ancêtres et nos valeurs sur les écrans de télévision doivent d’une manière ou d’une autre être punis », s’est emporté Bülent Arinç. Dès le début de l’année, l’organisme de supervision de l’audiovisuel a adressé un avertissement à Star TV pour « atteinte à la vie privée du sultan » sur la base de dizaines de milliers de plaintes de simples citoyens. Les producteurs de la série se sont défendus en soulignant que leur fiction décrivait « l’une des facettes d’un sultan et la grandeur qu’il incarne ». Et ils ont rappelé que le goût de Soliman pour le vin était historiquement avéré.


Sans surprise, les critiques du Premier ministre ne sont pas passées inaperçues dans les rangs de l’opposition, qui y a vu un nouveau coup de canif contre l’héritage laïc du fondateur de la République turque, Mustafa Kemal Atatürk. « Nous ne savions pas que le Premier ministre comptait dans ses fonctions la supervision des émissions de télé », a raillé le vice-président du principal parti d’opposition (CHP), Umut Oran. « C’est un nouvel exemple de la démocratie autoritaire que prêche Erdogan pour la Turquie », a renchéri le député du CHP Aki Hamzaçebi. « Erdogan confond la réalité et la fiction », a moqué de son côté un éditorial du quotidien libéral Hürriyet. Plus ironique, le journal d’opposition Sözcü a présenté le Premier ministre en « Sultan Erdogan 1er ».


Si elle ne fait pas l’unanimité, la sortie de M. Erdogan a toutefois été largement saluée. Ainsi, le directeur de l’Institut national d’histoire (TTK) a lui aussi dénoncé une série qui « présente Soliman comme un buveur et un coureur de jupons ». « Nous sommes prêts à financer un projet basé sur des réalités historiques », a même ajouté le professeur Metin Hülagü.

 

Lire aussi

Au Liban, le film de Sélim el-Turk « My Last Valentine in Beirut » dans le collimateur des infirmières

 

Pour mémoire

Eglise vs film turc : au Liban, la censure, encore une fois

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SAKR LEBNAN

Ya akhi yiakhod il Sultan ou i wadilna il 7arim... Fiya chi ?

Jean-Pierre EL KHOURY

Ca se voir qu'au Liban, nous sommes restés sur des idées pré-conçues.
Même si Ardogan n'est pas ma tasse de thé en tant qu'islamiste "clairvoyant" mais les turques EUX sont des gens super, laics pour la plupart et vraiment civilisés; Je parle des turques post Ataturk et surtout actuels. Suite à la révolution d'ataturk qui a interdit l'islam comme religion d'état. Qui a tout fait pour passer de l'écriture "arabe" vers une écriture avec des lettres latins. Pour être en hamonie avec l'occident et que les occidentaux (étrangers) puissent apprendre le turc plus facilement. Les turques actuels n'ont rien à voir avec les othomans islamisés. Sachant que nous avons pu partager avec eux, à l'époque aussi bien des sacrifices que des échanges culinaires, linguistiques etc...
Donc les turques aujourd'hui, si vous les voyez chez eux, ce sont des gens "bien dans leurs baskets" et décomplexés
Reste que les zones limitrophes aux pays arabes: Nous trouvons des problèmes à cause des "arabes" justement qui veulent à tout prix "islamiser" ces régions.
Donc les turques: Je ne peux qu'apprécier ce qu'ils ont fait de leur pays et de leur métamorphose. Alors au lieu de les critiquer, nous ferions mieux d'en tirer des leçons les amis. Merci.

Antoine-Serge KARAMAOUN

Ah, la Turcophobie.... de cette série !

Ali Farhat

Il suffit de lire les commentaires des différents intervenants pour comprendre que souvent les turques produisent des très mauvais dirigeants; c'est viscéral, presque instinctif chez eux! Ils ont massacré les chrétiens, les arméniens probablement aussi parce qu'ils sont chrétiens, les grecs, les russes et j'en passe sans oublier qu'ils ont détruit pas mal d'inestimables bibliothèques arabes et autres pour essayer de rayer la culture du vaincu. Bien, au vu de tout cela, y en a encore qui doute de quel coté de l'histoire se trouve la Syrie de Assad? wlak falya7kom el i5wan!

Sabbagha Antoine

Entre réalité et fiction les turques devront avoir honte non seulement du monde des femmes , mais aussi de leur Histoire avec les grecs et l 'Eglise ou ils ne reconnaissent aucun sacrilège et ceci bien sûr au nom de la laïcité . Triste





Antoine Sabbagha

Georges MELKI

A tout prendre, je préfère de loin Soliman le Magnifique tel que dépeint dans la série télévisée aux salafistes et autres islamisants radicaux d'aujourd'hui...Et puis n'en déplaise à M.Erdogannn(cessez, Messieurs/Dames des média de lire son nom en français!), les faits relatés à propos de la favorite de Soliman, Hurrem,(et non Huyam) sont véridiques sur le fond: ils sont relatés dans le Grand larousse Encyclopédique, édition 1960...

Pierre Hadjigeorgiou

Les Turcs sont notoirement connus pour falsifier les faits historiques et si un des leurs ose montrer certaines verites il est illico presto rabroue. Soliman, comme tous les monarches, etait bel et bien un buveur et un coureur de Jupons ne lui en deplaise a Erdogan ou a l'Islam, et alors? Il achetait d'ailleur son vin de chez mon Aieul! :)

Antoine-Serge KARAMAOUN

TYPIQUE des Régimes Islamistes, comme dans ce cas-ci Ici présent, ou bien comme dans tous les autres de toutes Barbes, de toutes espèces et de tous Poils ! Mais, pour ce qui est de l'Avis des Éclairés à ce sujet, pour eux en effet, RIEN à Cirer de tout ceci sur cette "Éthylistique sortie en Série"......

M.V.

A propos de nos ancêtre ...Monsieur Erdogan ...et si vous nous rendiez la Cathédrale Sainte Sophie et les 400 églises arméniennes transformée en mosquée en 1920...?

SAKR LEBNAN

Il était tout le temps à dos de cheval... Attila aussi l'était... Noire histoire ils ont tous laissée...

Paul-René Safa

Avec cette mentalité rétrograde et sa détermination à continuer de nier ou d'occulter le génocide Arménien, Recep Tayyip Erdogan a le toupet et l'arrogance de vouloir faire entrer à tout prix la Turquie dans L'Union Européenne!

GEDEON Christian

Et il était sur le même cheval pendant trente ans?Pauvre bête...LOL...

Talaat Dominique

Il parle de siècle magnifique pour qui ? 5 siècles de colonisation ottomane, c'est cela son siècle magnifique.

tout le monde parle de lui comme un modéré, mais c'est un salafiste. il veut contrôler la Turquie, voir le procès du pianiste, contrôle des pièces de théâtre, interdiction de l'alcool dans certains lieux

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Conférence de Bruxelles : des divergences de fond sur un dossier sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!