X

À La Une

En 2011, Israël aurait proposé à Damas un retrait total du Golan contre la paix

Dans la presse Des tractions qui auraient tourné court en raison du soulèvement en Syrie.
OLJ/AFP
12/10/2012

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a proposé à Damas en 2011 un retrait total du Golan syrien occupé, en échange de la paix avec la Syrie, lors de négociations par l'entremise des Etats-Unis, rapporte vendredi le quotidien israélien Yediot Aharonot.

Ces tractations, conduites par le diplomate américain Fred Hoff, qui vient de prendre sa retraite et en a dressé un compte-rendu écrit, ont tourné court en raison du soulèvement en Syrie, précise le correspondant diplomatique du journal, Shimon Schiffer.

 

"Selon ces documents, les négociations entre les deux parties étaient fondées sur un accord pour un retrait total du plateau du Golan et son retour sous souveraineté syrienne, en échange d'un accord de paix complet comportant l'échange d'ambassades", affirme le journal. "Une source haut placée dans l'administration américaine a indiqué il y a quelques jours que ces négociations avaient été sérieuses et profondes et que l'on pouvait considérer que, sans la guerre civile en Syrie, elles se seraient conclues par un accord", ajoute-t-il.

 

Cette source "a estimé que Netanyahu avait choisi de reprendre les pourparlers avec (le président syrien Bachar) Assad afin de justifier l'impasse dans les négociations avec les Palestiniens, et sur la base du postulat que la Syrie était le maillon faible de +l'axe du mal+ comprenant l'Iran, le Liban et le Hezbollah", souligne le Yediot.

 

Interrogé par le journal, le bureau du Premier ministre a qualifié cette initiative d'"ancienne et non pertinente", attribuant sa publication à des "motivations politiques", en référence à l'annonce mardi par M. Netanyahu d'élections anticipées en 2013, lors desquelles il recherchera le soutien de la droite de l'opinion, hostile à une restitution du Golan. "Il s'agit d'une initiative parmi beaucoup d'autres présentées à Israël ces dernières années. Israël n'a jamais accepté cette initiative américaine", selon le bureau, cité par le Yediot.

 

Sollicités par l'AFP vendredi, les responsables israéliens se sont refusés à tout commentaire.

 

Israël est officiellement en état de guerre avec la Syrie. Malgré l'occupation et l'annexion par Israël d'une partie du Golan syrien, que la communauté internationale n'a pas reconnue, les deux pays n'y ont pas connu d'affrontement notable depuis la fin de la guerre israélo-arabe d'octobre 1973.

 

Lors des guerres de 1967 et 1973, près de 150.000 personnes, soit la majorité des habitants syriens du Golan, ont fui. Seuls restent aujourd'hui sous occupation israélienne quelque 18.000 Druzes, dont la quasi totalité ont refusé la carte d'identité israélienne, aux côtés de près de 20.000 colons israéliens.

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ali Farhat

Il ne nous reste plus qu'a prendre les articles du yaronot maronot-là, enfin bon, le journal sioniste pour argent comptant... quoi de plus logique, ce sont des démocrates le sionistes, selon l'occident, après tout! Je vais vous dire, les choses qui doivent nous interesser des ces journaux, c'est ce qu'ils diesent aux sioniste...pas aux autres, dont nous!

Sabbagha Antoine

Avec le mot "si" on peut faire tout ce qu'on ne peut pas faire. Belle blague encore israélienne.



Antoine Sabbagha

M.V.

et nous ont reste avec nos fermes de Shebaa sans aucune proposition...!

Bibette

parole parole parole...Pensent-ils ainsi nous faire regretter le regime syrien? Ils n'auront qu'a montrer leur bonne volonte avec les prochainement nouveaux venus a Damas.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Collabos ou résistants ?

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

In English

Resolving Lebanon’s financial crisis

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants