Rechercher
Rechercher

crise

Nakoula, le producteur copte du film anti-islam, affirme n’avoir aucun regret

L’auteur du film polémique est protégé par la Constitution.

Un homme affirmant être le producteur du film dénigrant l’islam a déclaré n’avoir aucun regret concernant le tournage de ce film qui a déclenché une vague de protestations, parfois violentes, dans de nombreux pays musulmans, selon une interview. « Non, je ne le regrette pas. Je suis attristé par la mort de l’ambassadeur (des États-Unis en Libye), mais je ne regrette pas d’avoir fait » ce film, a déclaré l’homme se présentant comme Nakoula Basseley Nakoula, un copte de 55 ans habitant en Californie, à la station américaine en arabe Radio Sawa. « Je suis à l’origine de la fuite d’un extrait de 14 minutes du film que j’ai mis en ligne et je réfléchis à publier l’intégralité du film », a-t-il ajouté. À la question de savoir s’il se sentait coupable des violences antiaméricaines déclenchées par le film, l’homme a déclaré : « Oui, je me sens coupable. L’Amérique n’est pas concernée par ce sujet et a subi les conséquences d’un film avec lequel elle n’a rien à voir. »


Par ailleurs, les États-Unis ne peuvent engager des poursuites contre ceux qui tiennent des propos insultants ou diffamatoires, en raison des libertés garanties par la Constitution. Les autorités américaines ne peuvent donc légalement rien faire pour poursuivre M. Nakoula ni pour empêcher le film d’être diffusé. « Je sais que pour certains ce sera dur de comprendre pourquoi les États-Unis ne peuvent pas interdire ce type de vidéo répréhensible », a déclaré la secrétaire d’État Hillary Clinton. « Mais je veux souligner qu’avec les technologies modernes, c’est impossible. Et même si ça l’était, notre pays a une longue tradition de liberté d’expression qui est gravée dans notre Constitution et dans nos lois. On ne peut pas empêcher des citoyens d’exprimer leurs points de vue, quand bien même cela ne nous plaît pas », a-t-elle ajouté.


Eugene Volokh, professeur à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA), précise que le 1er amendement de la Constitution américaine protège la liberté d’expression pour tous les citoyens. Ainsi, même si le film Innocence of Muslims (L’Innocence des musulmans) a provoqué par ricochet la mort de plusieurs personnes, les autorités américaines ne peuvent pas poursuivre son auteur ou son producteur. Pire, Nakoula Basseley Nakoula bénéficie d’une protection policière dans sa maison de la banlieue sud de Los Angeles.
(Source : AFP)


Un homme affirmant être le producteur du film dénigrant l’islam a déclaré n’avoir aucun regret concernant le tournage de ce film qui a déclenché une vague de protestations, parfois violentes, dans de nombreux pays musulmans, selon une interview. « Non, je ne le regrette pas. Je suis attristé par la mort de l’ambassadeur (des États-Unis en Libye), mais je ne regrette pas...

commentaires (5)

Ou se "voiler" la face.

Antoine-Serge KARAMAOUN

17 h 02, le 15 septembre 2012

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Ou se "voiler" la face.

    Antoine-Serge KARAMAOUN

    17 h 02, le 15 septembre 2012

  • C'est de la PROVOCATION ! et rien d'autre.

    SAKR LEBNAN

    12 h 05, le 15 septembre 2012

  • C'est la liberté d'expression et il a le droit de dire ce qu'il veut. Et ceux qui ça dérange n'ont qu'à se couvrir les yeux.

    Antoine-Serge KARAMAOUN

    04 h 03, le 15 septembre 2012

  • Cela sent du sionisme de la tête à la queue ! Punir Obama pour son lâchage...

    SAKR LEBNAN

    02 h 26, le 15 septembre 2012

  • Nakoula Basseley Nakoula,donc.Copte de 55ans,donc;Mais est on sûr que Nakoula est Nakoula?Bonne question,non?

    GEDEON Christian

    20 h 10, le 14 septembre 2012