X

Liban

De Bkerké, Siniora remercie le pape et dénonce le « meurtre d’innocents » après le film scandale

OLJ
14/09/2012
Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a reçu hier à Bkerké une délégation du bloc du Futur conduite par l’ancien Premier ministre Fouad Siniora, et formée des députés Ahmad Fatfat, Nabil de Freige, Atef Majdalani, Hadi Hobeiche, Khodr Habib et Amine Wehbé. La réunion a porté sur la visite du pape Benoît XVI, « une étape importante pour notre pays, notamment dans le cadre de la situation actuelle critique dans le monde arabe », a indiqué M. Siniora.
« Le timing est particulièrement opportun, dans la mesure où nous nous trouvons au milieu de tant de changements qui se produisent dans toutes les directions, surtout avec le printemps arabe, ainsi qu’avec les répercussions et le chaos causés par l’obstination de certains, et leur volonté de nier les nécessités de s’adapter au changement et d’écouter la voix du peuple », a-t-il noté. « Il ne fait aucun doute que le Liban a besoin de qui viendra le soutenir face aux ouragans qui soufflent autour de nous. Nous sommes un pays dont la souveraineté, les frontières et la vie des citoyens sont victimes d’atteintes au quotidien de la part de l’ennemi israélien, depuis des décennies, et maintenant, plus récemment, et malheureusement, de la part du régime syrien. Cette visite, le Liban, musulmans comme chrétiens, en profite, parce qu’elle vient confirmer ce qu’avait dit le pape Jean-Paul II : Le Liban est un message supérieur en Orient qui doit être préservé, la formule de coexistence qui est la sienne n’est pas une simple affaire ou une formule éphémère, et les chrétiens du Liban et du Moyen-Orient sont une composante essentielle, profondément enracinée dans l’histoire du Liban et de la région », a ajouté Fouad Siniora.
« Deux visites papales en quinze ans, c’est un grand honneur, un énorme avantage et une appréciation sans pareille pour notre pays, ce qui prouve l’importance du Liban message, un modèle vivant dans l’Orient arabe en coexistence. Nous reconnaissons que le Liban, auquel nous sommes tous fiers d’appartenir, n’a pas de valeur distinctive sans la convivialité islamo-chrétienne fondée sur la reconnaissance et l’acceptation de l’autre », a-t-il noté, précisant que « le courant du Futur et son public seront en tête de ceux qui participeront à l’accueil du pape chez lui ». « Nous sommes convaincus que, dans son message, Sa Sainteté fera appel à l’engagement pour les valeurs de modération, de tolérance, de respect d’autrui et de la paix. Nous estimons également que ces valeurs sont supérieures et qu’il faut y rester attachés », a souligné M. Siniora.

« Le vil complot a échoué... »
L’ancien Premier ministre a par ailleurs fait un plaidoyer en faveur de l’égalité de tous au regard de la loi, sans armes ni usage de la force, ainsi que de l’unité, de la citoyenneté, du régime civil et démocratique, et de la souveraineté de l’État sur l’ensemble de son territoire. Il a ensuite condamné le complot visant à semer, à coups d’explosifs, la discorde confessionnelle interlibanaise et de torpiller la visite du patriarche Raï dans le Akkar, tentatives qui n’ont pas été couronnées de succès. « Le complot vil a échoué grâce à la vigilance des forces de sécurité libanaises », a-t-il dit.
Il a enfin condamné le film insultant à l’égard du prophète Mohammad, stigmatisant cet acte de diffamation. « À partir de cette tribune, je souhaite condamner fermement cette atteinte inadmissible, mais je voudrais attirer l’attention de l’opinion publique islamique et chrétienne au Liban et dans la région, ainsi que le monde islamique, que celui qui a réalisé ce film à ce timing précis vise à provoquer des émeutes et à une sédition. L’objectif est de provoquer les musulmans, de semer la discorde et de transformer leur colère contre ce film suspect en émeutes et massacre d’innocents, destruction et conflits entre eux et avec la société occidentale. L’objectif est d’affaiblir la nouvelle percée dans la région arabe vers la démocratie, le changement, le développement, le renforcement des libertés et l’édification de la société civile. Si le réalisateur de ce film est d’une nationalité donnée, cela ne signifie pas que tous les ressortissants de ce pays sont responsables de ce crime », a-t-il dit.
« Il ne faut pas tomber dans le piège qui nous est tendu. Par conséquent, nous condamnons ceux qui ont réalisé et financé ce film suspect, mais nous déplorons et condamnons aussi toutes les réactions violentes, les meurtres et les actes de vengeance contre des innocents. Ce sont des actes rejetés et condamnables », a conclu Fouad Siniora.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.