Moyen Orient et Monde

« L’Innocence des musulmans », le pamphlet haineux et raciste de Sam Bacile

OLJ
13/09/2012
Le film Innocence of Muslims (« L’Innocence des musulmans »), qui a provoqué de violentes manifestations en Égypte et en Libye, se veut une description de la vie du prophète Mohammad, et évoque notamment les thèmes de l’homosexualité et de la pédophilie.
La bande-annonce de 13 minutes en anglais diffusée sur YouTube s’ouvre sur une scène où les forces de sécurité égyptiennes restent stoïques, alors que des musulmans pillent et brûlent les maisons de coptes égyptiens. L’histoire nous emmène alors à l’époque du prophète Mohammad, où celui-ci apparaît tour à tour comme un enfant bâtard, un coureur de jupons irresponsable, un homosexuel, un pédophile et un voleur assoiffé et cupide. Des extraits de ce film à petit budget, avec des costumes d’amateurs, un scénario confus et des décors artificiels, ont également été diffusés sur des chaînes de télévision privées.
Des acteurs parlant anglais avec l’accent américain y présentent les musulmans comme immoraux et gratuitement violents et tournent en dérision le prophète Mohammad. Selon la presse égyptienne et des prédicateurs musulmans radicaux, des coptes vivant aux États-Unis seraient impliqués dans la réalisation de ce film.
Le film est produit et réalisé par un promoteur immobilier israélo-américain de 54 ans originaire de Californie, Sam Bacile, qui décrit l’islam comme un « cancer » et une religion de haine, selon le Wall Street Journal (WSJ). Sam Bacile a précisé au quotidien économique américain qu’il l’avait produit avec cinq millions de dollars levés auprès d’une centaine de donateurs juifs, qu’il a refusé d’identifier. Il assure avoir travaillé avec 60 acteurs et une équipe de 45 personnes pour réaliser en Californie, en trois mois, ce film de deux heures. « Le film est politique. Pas religieux », assure-t-il.
M. Bacile s’est mis à l’abri dans un lieu tenu secret, a rapporté hier l’agence Associated Press (AP).
Le long-métrage a été défendu par le pasteur américain très controversé Terry Jones, qui s’est attiré de nombreuses critiques par le passé, notamment pour avoir brûlé un exemplaire du Coran et s’être résolument opposé à la construction d’une mosquée près de Ground Zero à New York. Le pasteur a précisé qu’il comptait montrer l’extrait de 13 minutes du film dans son église de Gainesville, en Floride. « C’est une production américaine qui n’a pas pour objectif d’attaquer les musulmans, mais de montrer l’idéologie destructive de l’islam », explique-t-il dans un communiqué publié par le WSJ.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SAKR LEBNAN

Le Bacile est un microbe vilain, et les Baciles plus vilains sont ceux qui l'ont financé, et ceux qu'ils servent...

Jaber Kamel

Je remercie l'auteur de cet article de me paraphraser dans son titre, qualifiant cet israélo yanky de haineux et raciste.
c'est malheureusement la politique qu'applique son pays d'origine à travers tous ses dirigeants depuis la création de cet abcès dans notre région.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

En toute liberté de Fady NOUN

La conviction plutôt que la force

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.