Liban

Tripoli et le Akkar, pertes et profits...

Éclairage
25/05/2012

Des sources diplomatiques occidentales se sont étonnées récemment du fait que la situation au Liban soit restée stable pendant tout la période écoulée, c’est-à-dire depuis le déclenchement de la crise syrienne, il y a un an et quatre mois. Ces sources précisent que les pronostics étaient bien plus pessimistes, tant les analyses occidentales estiment que la situation des deux pays est étroitement liée. Elles considèrent d’ailleurs que « ce phénomène » est essentiellement dû à la présence de l’actuel gouvernement, qui, en dépit de ses divisions internes et de sa quasi-paralysie, a réussi à préserver le calme en évitant à chaque occasion d’adopter des positions en flèche et en cherchant constamment à absorber le mécontentement populaire ou partisan, en prenant soin de ne pas réagir à chaud, même au prix de sa propre crédibilité. Ces sources diplomatiques se déclarent agréablement surprises par la capacité du gouvernement actuel à évoluer entre les écueils et les sables mouvants de la crise syrienne qui devient chaque jour plus pesante sur l’intérieur libanais, doublée des pressions arabes grandissantes pour pousser le gouvernement libanais à sortir de sa neutralité affichée. Les sources diplomatiques ne manquent pas non plus de relever la position très ferme du Hezbollah et d’Amal refusant de se laisser entraîner dans tout conflit ou dans tout affrontement sur le terrain, y compris avec des parties sunnites, en dépit de la tension actuelle et des polémiques verbales.


De fait, même l’enlèvement en Syrie des pèlerins libanais qui rentraient d’Iran a été traité avec sang-froid, alors qu’il est intervenu au moment où la crise battait son plein au Akkar et à Tarik Jdidé. Les commandements chiites s’étant empressés d’appeler la base au calme, tout en donnant des instructions claires à leurs partisans de ne pas répondre à la moindre provocation à n’importe quel prix. C’est dire qu’en dépit des craintes actuelles et de la succession d’incidents sécuritaires et autres, le scénario de la discorde et du chaos interne se heurte à une véritable résistance de la part d’un acteur principal, le camp chiite dans ses deux composantes.


En réalité, les derniers événements au Nord (Tripoli et Akkar confondus) ont constitué une véritable secousse pour l’ensemble du pays et pour les différentes parties en présence. Si l’État et ses institutions en sortent affaiblis, ils ne sont pas les seuls, puisque le courant du Futur a aussi montré les limites de son influence sur la rue sunnite au Akkar et à Tripoli, apparaissant de plus en plus débordé par les courants islamistes, qui semblent désormais voler de leurs propres ailes, en coordination étroite avec l’opposition syrienne. D’ailleurs lorsque Ahmad Hariri a pris la parole au Akkar, il a été à peine entendu, les stars des lieux étant les cheikhs islamistes dans toute leur diversité. De plus, au moment de la remise en liberté de Chadi Mawlaoui, cheikh Salem Raféi a remercié le Premier ministre et le ministre des Finances, mais pas un mot sur le courant du Futur. En même temps, les incidents au Akkar ont montré une sorte de cafouillage entre les députés du courant du Futur, certains refusant d’attaquer l’armée et d’autres s’en prenant ouvertement à la troupe et à son commandement.


Un premier bilan des derniers événements montre aussi que le Premier ministre Nagib Mikati a réussi à calmer les islamistes et s’est senti suffisamment fort pour répondre clairement et directement aux attaques du courant du Futur.

 

Mais les plus grands gagnants sont certainement les courants islamistes qui ont réussi à s’imposer tant sur la scène populaire qu’au niveau de l’État, en obtenant la remise en liberté de Mawlaoui, mais aussi un rappel à l’ordre à l’armée.

 

Pourtant, ce dossier n’est pas encore clos, puisque après le refus d’une enquête militaire, les partisans de cheikh Abdelwahed restent pour l’instant discrets, alors que les investigations suivent leur cours.

 

Selon des sources proches de l’enquête, les événements se seraient déroulés de la manière suivante : le PSNS avait décidé d’organiser une cérémonie en commémoration de la tragédie de Halba en mai 2008 (il faut d’ailleurs noter qu’en 2008, après cette tuerie, le PSNS avait été contraint à quitter la région et il y est revenu au fur et à mesure au point d’y organiser un rassemblement).

Au dernier moment, Khaled Daher a décidé d’en faire de même, dans un lieu très proche de celui du PSNS.

L’armée avait reçu des instructions très strictes pour empêcher l’arrivée d’armes aux deux cérémonies. Une unité héliportée avait été envoyée sur les lieux pour veiller strictement à la sécurité des deux meetings. Elle avait d’ailleurs arrêté une voiture appartenant au PSNS et transportant deux revolvers.

Soudain deux 4x4 aux vitres teintées arrivent au barrage de l’armée. Elles sont sommées de s’arrêter. Cheikh Abdelwahed sort de l’une d’elles et parle aux soldats les invitant à fouiller la voiture de protection. Tout aurait pu bien se passer, mais un des responsables du barrage demande à fouiller la voiture du cheikh. Il y aurait eu alors un échange un peu vif et les gardes du corps auraient demandé au cheikh de monter rapidement dans l’auto, avant de tirer puis de démarrer brutalement.

Les soldats ont riposté, faisant ainsi deux morts.

 

De toute façon, 19 soldats sont encore arrêtés. Mais la campagne contre l’armée a baissé d’un cran et les soldats ont pu mener une opération réussie mercredi soir à Caracas qui leur a permis de découvrir un véritable arsenal et d’arrêter un militant d’el-Qaëda, à la faveur d’un incident isolé...

 

En même temps, le courant du Futur cherche à reprendre l’initiative... en mobilisant autour de lui le 14 Mars pour tenter une nouvelle fois de faire chuter le gouvernement, au moment où Walid Joumblatt réaffirme son attachement à la présente équipe.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Jaber Kamel

Cet article nous montre bien que les apprentis sorciers ne seront jamais prophète en leur pays.Saad ne peut que se démarquer dare dare des salafistes, d'abord il ne leur ressemble pas et ensuite s'il pense pouvoir s'en servir pour les balancer par la suite, ils ne feront qu'une bouchée de lui le moment venu. Par contre celui qui m'interpelle grave c'est celui qui a du épuiser sa potion magix, les effets quand il était tout petix semblent s'estomper. Le druide Saadix aurait il décidé de le mettre à la diète ou serait ce qu'il aurait compris qu'il n'avait rien à voir avec cette galère.
Scarlett n'a pas toujours raison, loin s'en faut, mais quand elle aborde un sujet avec raison , elle a raison.

JABBOUR André

- - Christian , j'ai répondu à ta réaction mais le modérateur qui se trouve de service dans l'après midi ne publie jamais mes réponses !

Antoine-Serge KARAMAOUN

Que l’on se souvienne. Avant 75, la misère désolait "sœur syrie" ; mais à l’époque, nul Liban en guerre n’existait pour lui venir en aide ! Lorsque la pauvreté devint insoutenable, "père Assadiot" publia sa modeste proposition qui eue pour mérite de rassasier les affamés, de diminuer sensiblement le nombre de bouches à nourrir et de remplacer par les richesses du Liban leurs situations précaires à "ses Pauvres baassyriens" ! Elle consista en effet à suggérer aux "baassdiots" affamés de manger les Sains libanais et plus particulièrement leurs Riches ! Mais pas les "riches des Malsains" ?! Et "Baassdiot" père de préciser :"En supposant que mille familles "baassyriennes" deviennent des mangeuses régulières de Riches ou même de Simples libanais Sains, sans parler de celles qui pourraient en consommer à l’occasion de circoncisions et de baptêmes en particulier, j’ai calculé que le Liban offrirait une source annuelle d’environ vingt mille Grosses têtes." ! On avouera que ce n’était pas négligeable. Même les Experts de la FAO peuvent en convenir ! C’était presque "génial". Avoir arrimé au Liban des "baassyriens" que l’on pressent aussi ingénieux que les descendants de "cet Assadique de père", avec à leur tête ce "lionceau Assadiot" actuel, leur garantit un usage modeste mais réconfortant de l’imagination ! Fasse que cela console des aspects moins appétissants de ce ralliement. Et, à l’occasion, que cela inspire.....

SAKR LEBNAN

Il n'y a rien de plus exécrable que d'attaquer les communautés de son pays, jour et nuit, et de les nommer aussi. Le niveau est descendu tellement bas !

GEDEON Christian

Cher André...qu'est ce que tu me fearis plaisir si tu arrêtais de stigmatiser nos frères libanais pour leur religion...ils sont sunnites?Et alors....il y a ,je pense ,la m^mem proportion de cons chez tout le monde...il y a des salafistes au Liban?Et alors?Fautil s'en étonner?A près un règne sans partage des autres?Et des humilations quotidiennes et sans objet?Un jour ou l'autre,çà devait arriver,non?

GEDEON Christian

Ce qu'on peut dire,en tous cas,c'est que l'explosion manifestement souhaitée par certains n' a pas eu lieu...et en celà scarlett a raison...là où je diverge,c'est sur les raisons dette non-explosion...bien sûr les "politiciens" de ci de là ont appelè au "calùme" et à la "retenue"...faut il pout autant les créditer du presque calme qui règne???ou faut il plutôt porter ce calme précaire au crédit des Libanais dans leur ensemble...je penche vraiment pour la deuxième hupothèse...je dis et je répète que les Libanais en ont MARRE,archiMARRE de outes ces conneries,et qu'ils veulent qu'on leur foute la paix....dix ans en arrière des incidents autrement moins graves auraient mis le feu aux poudres...aujourd'hui,les Libanais disent NON...

Halim Abou Chacra

Donc "des sources diplomatiques occidentales" admirent "la capacité du gouvernement à évoluer entre les écueils et les sables mouvants de la crise syrienne qui devient chaque jour plus pesante, doublée des pressions arabes grandissantes pour pousser le gouvernement à sortir de sa neutralité affichée", soit la fameuse posture "d'écart". D'abord on sourit à l'expression "pressions arabes", car on sait bien que c'est le régime syrien, par son haut-commissaire et ses préposés libanais qui font mille pressions et mille manoeuvres en vue d'asséner un coup de grâce à cet "écart", et pas du tout l'Arabie Saoudite et le Qatar, dont la "compréhension" a été confirmée par le président de la République. Mais oublions ces détails et allons à l'essentiel : Tout à fait exact de dire que l'épisode Chadi Mawaloui et la mort des deux cheikhs au Akkar ont montré que "les courants islamistes semblent désormais voler de leurs propres ailes" et que le courant du Futur a vu "les limites de son influence" (réjouissance du Hezbollah et du général Aoun). Le courant du Futur peut être médiocre et parfois il l'est. Mais qu'on le veuille ou non, il est le courant sunnite modéré au Liban. Par entêtement et aveuglement, le Hezbollah et ses annexes sont en train de l'affaiblir et indirectement faire monter les courants islamistes, comme, par aveuglement mais aussi délibérément, Israel affaiblissait Arafat et l'OLP et faisait surgir le Hamas. On connaît le résultat.

JABBOUR André

- - C'est une histoire de Sunnites entre eux qui se livrent une bataille et s'entretuent militairement et politiquement pour la succession du fuyard qui nous dit-on ne reviendra plus , avec un zest du caméléon qui ne peut pas s'empêcher de mettre son grain de sel dans toutes les sauces Libanaises se faisant passer ainsi comme indispensable ou un passage obligé selon lui bien sur !! La proportionnelle départagera tout ce beau monde avec quelques surprises de taille .

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.