X

Moyen Orient et Monde

Les Égyptiens marquent le premier anniversaire de la « révolution du Nil »

Transition Les manifestants ont, une nouvelle fois, réclamé le départ des militaires du pouvoir.
OLJ
26/01/2012
Les Égyptiens ont convergé par dizaines de milliers hier sur la place Tahrir, au centre du Caire, et se sont rassemblés dans d’autres villes du pays pour marquer le premier anniversaire de la « révolution du Nil » dans un contexte d’incertitudes et de divisions face au rythme du processus de transition politique.
Un an après le soulèvement populaire qui a renversé Hosni Moubarak, le Conseil suprême des forces armées (CSFA), qui assure l’intérim dans la nouvelle Égypte, est soupçonné de chercher à s’accrocher au pouvoir. Sous la pression de la rue, les militaires se sont engagés à restituer le pouvoir aux civils à l’issue d’une élection présidentielle avancée au mois de juin prochain, sans toutefois parvenir à convaincre l’ensemble des Égyptiens.
Bien décidés à faire entendre leur voix, les manifestants prodémocratie en pointe lors de la révolution du 25 janvier 2011 ont réclamé une nouvelle fois le départ immédiat du CSFA aux cris de « À bas le régime militaire » ou bien encore « La révolution jusqu’à la victoire ».
Mohammad Ismaïl, jeune contestataire de 27 ans rencontré au rassemblement organisé à Suez, ne dit pas autre chose : « Nous ne nous sommes pas réunis pour faire la fête, mais pour manifester contre le conseil militaire et le sommer de quitter le pouvoir immédiatement et de le restituer aux civils », dit-il.
Discrets lors des manifestations qui ont éclaté ces derniers mois, les Frères musulmans, dont le Parti liberté et justice (PLJ) a remporté une victoire écrasante lors des premières élections législatives libres du pays, s’inquiètent d’une répétition du scénario de 2011. Le chef de la confrérie musulmane, Mohammad Badie, s’est dit opposé la semaine dernière à l’émergence d’un nouveau mouvement de contestation contre l’armée. « J’espère que nous serons tous rassemblés dans la joie de ce que nous avons accompli, pour conserver notre Égypte et répondre aux demandes de la révolution », a-t-il déclaré dans une interview à une chaîne de télévision égyptienne, Dream TV.
Illustration hier à une extrémité de la place Tahrir où s’étaient regroupés les partisans de la confrérie islamiste. « Je suis très heureux de cet anniversaire du 25 janvier. Nous n’en avions jamais rêvé. La victoire de la révolution a été récompensée par le Parlement élu », se réjouit Khaled Mohammad, élu du PLJ, première force politique à l’Assemblée du peuple.
À la veille de l’anniversaire de la révolution, le maréchal Mohammad Hussein Tantaoui, président du CSFA, a insisté : « La nation et les forces armées ont un objectif : que l’Égypte devienne un État démocratique », a-t-il dit lors d’une allocution télévisée. Il a annoncé la levée partielle de l’état d’urgence en vigueur depuis 1981, ajoutant sans plus de précisions que la mesure continuerait à s’appliquer aux cas de « brutalités ».
Mercredi dans les rues du Caire, les appels à la « justice pour les martyrs de la révolution » semblaient au final l’un des seuls slogans consensuels parmi les manifestants de toute obédience. Répondant à l’une des principales revendications des manifestants, le président de la nouvelle Assemblée, Saad el-Katatni, secrétaire général des Frères musulmans, a annoncé mardi que le Parlement allait mener sa propre enquête sur les violences de la révolution.
Par ailleurs, l’armée a gracié cette semaine quelque 2 000 personnes condamnées par des tribunaux militaires depuis la chute de Hosni Moubarak, dont l’opposant Michael Nabil.
Hosni Moubarak, jugé depuis août notamment pour son implication dans la mort de 850 personnes lors des dix-huit journées révolutionnaires d’il y a un an, pourrait connaître quant à lui son sort dans un avenir proche. Les procureurs ont requis la peine de mort. Le juge veut conclure le procès d’ici à la mi-février.
Les États-Unis ont salué pour leur part les « étapes importantes » franchies par l’Égypte cette semaine en vue de « sa transition vers la démocratie ».
       (Source : Reuters)

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Gaby NASR

Le billet de Gaby NASR

Crime de lèse-orange

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants