L’édito de Abdo CHAKHTOURA

Fayez Ghosn s’en va-t-en guerre...

Le bloc-notes de Abdo Chakhtoura
27/12/2011
Mais quelles guêpes ont donc piqué Fayez Ghosn ? Du temps de l’université, il était plus réfléchi et plus sérieux. En évoquant sans preuves des trafics d’armes et de miliciens d’el-Qaëda vers la Syrie à travers le village frontalier de Ersal, il a ouvert toute grande la boîte de Pandore et jeté le Liban et les Libanais en pâture à tous ceux qui n’attendent qu’un prétexte, factice ou pas, pour nous entraîner dans la spirale de la violence syrienne.
La preuve ? Dès le double attentat de Damas, on ne voyait sur les écrans arabes que les photogéniques séides de l’Assadie moderne faire leur la déclaration de Ghosn. Mot par mot, ou presque. Bizarre, la coïncidence, non ?
Surtout que la boucle étant ainsi bouclée, le régime baassiste, loin d’être encore repu du flot de sang des Syriens eux-mêmes, a désormais tout le loisir d’élargir à grande échelle sa barbarie en territoire libanais, assurant vouloir se défendre contre un supposé terrorisme qu’il a toujours lui-même pratiqué avec un cynisme éhonté, y compris contre son propre peuple. Déjà son aviation survole impunément Ersal et sa région, en prévision d’on ne sait quel coup tordu dont il est coutumier.
Ne sait-il pas pertinemment tout cela, notre gaillard ministre de la Défense ? Ne sait-il pas, puisqu’il parle un peu trop légèrement de terrorisme venu du Liban, qu’un certain cheikh Kawkaa, parrainé par les moukhabarate des frères Assad, recrutait par centaines, à Damas même, les candidats terroristes pour les envoyer, sous le couvert de l’appellation totalement non contrôlée d’el-Qaëda, semer désolation et mort en Irak ?
Ne se souvient-il pas, notre bleu chargé des affaires de l’armée, que cette dernière a sacrifié plus de 150 soldats pour venir à bout de Chaker Absi et ses hommes, arrivés en one way ticket de Syrie au camp de Nahr el-Bared exécuter les ordres de Damas – c’est-à-dire semer la discorde confessionnelle ? Ne se souvient-il pas, Fayez Ghosn, que c’est son allié le Hezbollah qui avait décrété Nahr el-Bared ligne rouge à ne pas franchir par l’armée ? Que cette opération a failli embraser d’autres camps noyautés presque tous par des organisations extrémistes, terroristes et/ou salafistes à la solde de la Syrie ?
Faudrait-il supplier monsieur le ministre de la Défense de ne pas oublier les quatre juges assassinés en plein Palais de justice à Saïda par des terroristes qui se sont ensuite réfugiés dans un de ces camps palestiniens où les services libanais sont défendus d’entrer et qui s’embrasent épisodiquement selon l’agenda des pays de la fameuse moumanaa, Syrie en tête ?
Ne regarde-t-il pas ou ne lit-il pas ces reportages autour des camps et de ces organisations palestiniens affidés de Damas qui font la loi aux frontières est et nord, devenues de véritables gruyères au profit de la Syrie et du Hezbollah ?
Ou faudra-t-il lui énumérer la longue liste des opposants au régime tyrannique de Damas enlevés au Liban avec l’aide ou l’assentiment coupable de services officiels libanais ? Sait-il ce qui est arrivé par la suite à ces malheureux dont certains sont probablement morts sous la torture dans les geôles sinistres et bondées du régime baassiste ?
En attendant, et malgré les cris d’alarme, pas toujours désintéressés il faut le dire, de l’opposition, il a fallu plusieurs jours au président de la République Michel Sleiman puis au ministre de l’Intérieur Marwan Charbel pour finir par tailler en pièces les douteuses et dangereuses allégations du camarade de la Défense.
La litanie pourrait être longue et la liste des griefs libanais contre la Syrie aussi. Mais il ne semble pas que le ministre Ghosn soit sensible à ce genre d’argumentations. Surtout qu’il récidive sans le moindre état d’âme. Ses objectifs sont autres et certainement pas les nôtres ; libre à lui évidemment de choisir son camp et ses alliés : ce pays reste jusqu’à nouvel ordre une démocratie. Ou une illusion de démocratie.
Que le ministre Ghosn en profite : ses alliés aiment tout, sauf la démocratie, aussi illusoire soit-elle.

P.-S.: La question des salaires est devenue une pantalonnade. Pour aider son poulain, le très honnête mais très stalinien ministre du Travail Charbel Nahas, à prendre sa revanche, Michel Aoun, très en colère comme à son habitude, s’en est allé mobiliser son allié Hassan Nasrallah pour faire barrage à une entente « historique » entre patronat et syndicat. Résultat des courses : pour des considérations politiques purement revanchardes, le chantre autoproclamé du changement et de la réforme a mis en pièces un accord social qui augurait d’une nouvelle ère inédite de collaboration intelligente entre le capital et la main-d’œuvre, privant ainsi une grande majorité de salariés libanais de l’augmentation qu’ils attendaient pour les fêtes. Que l’on souhaite – allez, soyons optimistes et bons princes – plus calmes et sereines au général !
A. C.

À la une

Retour à la page "Bloc-Notes"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Nayla Sursock

Vous et vos confrères courageux de L'Orient-Le Jour, vous êtes l'honneur de la profession.
Continuez tout en prenant soin de vous!
Les journalistes courageux sont une espèce menacée...

Salim Chaghouri

Dieu, que c'est bien enlevé et que dieu vous protège.Nous les planqués nous nous sentons coupables.vive chakhtoura et vive olj.

Salma Kachan

Autant de courage relève de la pire des folies dans un pays comme le Liban.Les journalistes de l'Orient le jour sont des incorruptibles.abdo chakhtoura est courageux et son style talentueux.bravo eencore une fois à toute l'équipe.

Sabbagha Antoine

Merci M. Abdo Chakhtoura pour ce cri de conscience dans un pays ou tout se traite à la légère.



Antoine Sabbagha

Halim Abou Chacra

"J'ai été frappé de la maison même de mon père". Le ministre de la Défense Fayez Ghosn pourra désormais citer cette parole de l'Ecriture à propos de sa déclaration, commandée à ses enfants gâtés par le régime malheureusement chaque jour plus sanguinaire de Damas, et démentie par les autorités libanaises mêmes. Mal le ministre prononce les paroles précieuses pour ce régime : "Des éléments d'el-Qaeda s'infiltrent d'Ersal en Syrie", BOOM !!! C'est "l'attentat suicide d'el-Qaeda "devant" le siége central des "moukhabarate" syriennes à Kfar Sousa, l'immeuble le plus sécurisé de la Syrie. Au ministère des Affaires étrangères syrien, son élégant porte-parole, Jihad Makdessi, court au microphone et dit solennellement à la presse : "Nous avons "reçu" un avertissement des autorités libanaises sur l'infiltration d'el-Qaeda à partir du Liban, et voilà son attentat criminel". Au palais Bustros à Bayrouth, le ministre des Affaires étrangères du Liban (et de la Syrie d'abord) est harcelé à ce sujet par les journalistes libanais, toujours "impertinents". Il est obligé de dire : "Nous n'avons émis aucun avertissement à la Syrie". Hier à Bkerké le président de la République se voit obligé de dire sèchement : "Aucun village au Liban n'accepte des éléments d'el-Qaeda et il n'y en a dans aucun village". Et alors le ministre Ghosn voit bien qu'il a mis les pieds dans le plat.

Michel Saba

Encore une fois Chakhtoura a frappé au bon moment et au bon endroit.Et quelle écriture.Bravo au journal l'Orient d'être toujours aux avant postes contre les dictatures

Samia accaoui

chapeau monsieur abdo chakhtoura vous écrivez comme un prince et vous etes vraiment bon prince de souhaiter la bonne fetes au general.Il ne merite pas.

gabriel moussalem

La syrie est toujours au Liban et ses seides comme vous dites veulent nous enfoncer avec eux dans la violence.vous avez le courage de l'ecrire pour que tout le monde le sache au liban et a l'etranger bonne continuation

Mansour Mandalak

Bravo l'orient bravo abdo chakhtoura et merci de tant de persévérance dans la défense du Liban et de tous les opprimés.

Nabil Semaan

Wallah ya monsieu chakhtoura vous ecrivez superbement bien et vous devez le faire plus souvent pour faire hionneur aux sacrifices du peuple syrien massacrés par ces tyrans depuis des dizaines d'années.que le bon dieu vous protège pour votre courage!

Elise Karam

Oulala,c'est la charge de la cavalerie légère.De la bravoure, de la justesse ,de la finesse et le tout dans un rythme presque de thriller.Bravo Abdo Chakhtoura,vous n'y allez pas de main morte mais le ton y est et c'est vrai

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le franbanais

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Assez ! Khalass ! Enough !

Décryptage de Scarlett HADDAD

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué