Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Nasrallah : Nous n'envisagerons jamais d'abandonner nos armes

Apparition publique à Beyrouth du leader du Hezbollah, à l'occasion de Achoura.

Pour la première fois depuis 2008, Hassan Nasrallah est apparu en public, aujourd'hui, dans la banlieue sud de Beyrouth. Anwar Amro/AFP

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a fait mardi à Beyrouth sa première apparition publique depuis 2008, à l'occasion de la commémoration de Achoura.

 

« J’ai voulu être parmi vous pour quelques minutes », a-t-il lancé à la foule massive rassemblée dans la banlieue-sud de la capitale libanaise, pour cet événement annuel révéré par les musulmans chiites. « A tous ceux qui veulent nous affaiblir et nous menacer, je dis que cela est impossible », a-t-il ajouté, sous les vivats de ses partisans.

 

Après s'être adressé à la foule depuis la tribune, Hassan Nasrallah s'est éclipsé au bout de quelques minutes pour se rendre dans un lieu tenu secret, d'où il a prononcé un discours retransmis à la foule sur écran géant.

 

Lors de son discours, le secrétaire général du Hezbollah a appelé le peuple arabe à ne pas se laisser piéger par les Américains.

 

Les Etats-unis sont l’ennemi du peuple arabe, a martelé Hassan Nasrallah, en évoquant les révoltes qui agitent la région. Il a également rappelé que Washington a laissé tomber ses alliés dès la première crise, pour privilégier ses intérêts.

« Les peuples de Tunisie et de Libye ont vaincu leurs tyrans. Au Yémen, le défi est toujours en cours et certains tentent d’allumer le sectarisme. Au Bahreïn, le peuple essaie toujours d’exprimer ses demandes pacifiquement, en dépit de l’oppression. L’Egypte a été le théâtre de nombreux développements qui ont secoué Israël. Toute transformation en Egypte va limiter les options d’Israël dans la région, et là réside le défi des législatives égyptiennes. Notre espoir est que les peuples arabes ne se laisseront pas tromper par les Américains », a-t-il déclaré.

 

 

Sur le dossier syrien, le chef du Hezbollah a déclaré que « depuis le tout début, nous avons dit clairement que nous nous tenons au côté du régime (syrien), un régime de résistance » contre Israël. Il a ajouté que son parti appuie les réformes. Mais pour Hassan Nasrallah, certains ne veulent pas des réformes en Syrie, ni de paix civile. « Ils veulent détruire la Syrie pour compenser leur échec en Irak et leur défaite stratégique en Egypte », a-t-il souligné.

 

Hassan Nasrallah a également critiqué le chef de l’opposition syrienne, Burhan Ghalioun, qui a déclaré qu’en cas de chute du régime de Assad, le nouveau pouvoir syrien reverrait drastiquement ses relations avec l’Iran et le Hezbollah. « Comment, alors, libéreras-tu le Golan? », a-t-il lancé, à l’intention de M. Ghalioun. « Le soi-disant Conseil national syrien, formé à Istanbul, et son leader Burhan Ghalioun (...) se font concurrence pour présenter leurs lettres de créance aux Etats-Unis et à Israël », a poursuivi M. Nasrallah.

 

« Il n'y aura pas de relations particulières avec l'Iran », avait indiqué M. Ghalioun, un professeur d'université de 66 ans, au Wall Street Journal dans un entretien publié vendredi dernier. « Rompre cette relation exceptionnelle signifie rompre l'alliance militaire stratégique », avait précisé M. Ghalioun ajoutant qu'« après la chute du régime syrien, (le Hezbollah) ne sera plus le même ».

 

 

Poursuivant sur le dossier syrien, le leader chiite a affirmé que le régime de Assad ne se rendrait pas aux Américains. Il a également appelé les contestataires syriens à réaliser que leurs aspirations ne recouvrent pas celles des Etats-Unis.

La solution à la crise syrienne, a-t-il ajouté, passe par le dialogue dans le calme. « Nous dénonçons les sanctions et les tentatives de discorde communautaire et confessionnelle », a-t-il encore martelé.

 

Le Liban ne peut être isolé de ce qui se passe dans la région, a également averti Hassan Nasrallah, en réaffirmant son attachement à la paix civile et sa volonté de voir le gouvernement travailler activement. Il a également réaffirmé que les demandes du Courant patriotique libre sont justifiées et demandé au cabinet de Nagib Mikati de se pencher sur le dossier des faux témoins « qui ne doit pas être pris à la légère ».

 

Abordant la question des armes de la résistance, Hassan Nasrallah a déclaré qu’Israël constitue une menace constante pour le Liban, à travers ses espions et ceux de la CIA qui travaillent pour l’État hébreu.

 

Il a également promis que les « changements régionaux » en cours, une allusion à la révolte contre le régime syrien, l'un des appuis du Hezbollah, n'affecteraient pas l'approvisionnement en armes de son mouvement.

« Voici un message à tous ceux qui conspirent contre la résistance et misent sur un changement (dans le monde arabe). Nous n'envisagerons jamais d'abandonner nos armes », a-t-il déclaré.

« Votre guerre psychologique et médiatique ne pourra pas détruire la résistance », a-t-il martelé, réitérant son soutien à l’équation peuple-armée-résistance. « Ce qu’Israël n’a pas réussi à faire en 33 jours (détruire la résistance, ndlr), certains veulent le faire à travers le dialogue. Cela n’arrivera pas », a-t-il encore insisté.

 

« Jour après jour, la résistance recrute plus de combattants, forme de meilleurs combattants et les arme de plus en plus lourdement », a-t-il ajouté, précisant que chaque arme rouillée était remplacée.

 

Selon des experts, la crise en Syrie, qui menace le pouvoir du président Bachar el-Assad, a pourtant porté un coup sévère au Hezbollah dont Damas est avec Téhéran le principal soutien.

 

« Le règne des tractations sur nos valeurs est révolu », a-t-il encore déclaré.

 

La dernière apparition de chef du Hezbollah, cible pour Israël, remonte à juillet 2008, lorsqu'il était venu accueillir cinq prisonniers libanais libérés par l'Etat hébreu. Le Hezbollah, qui contrôle une grande partie du sud du Liban, et Israël se sont livrés une guerre dévastatrice à l'été 2006.

 

 

 

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a fait mardi à Beyrouth sa première apparition publique depuis 2008, à l'occasion de la commémoration de Achoura.
 
« J’ai voulu être parmi vous pour quelques minutes », a-t-il lancé à la foule massive rassemblée dans la banlieue-sud de la capitale libanaise, pour cet événement annuel révéré par les musulmans chiites. « A...
commentaires (21)

Allô OLJ ? Elle est où ma réponse à moi (en deux parties) que j'ai faite vers 20 heures ? Je rentre de dîner et je ne la vois pas. Bouh ! Ben oui Anastase, c'est en partie ce que j'avais répondu à Kamel. Bon, comme je l'ai postée du bureau, je dois en avoir une trace, je la rebalancerai demain. En attendant Kamel, je réponds à ton autre question qui n'a rien de meilleur de la fin : à l'époque, nous étions en plein guerre civile, des dizaines de partis armés s'affrontaient et l'appellation de milice était attribuée à tout le monde. Et comme tu le sais, notre guerre a pris différentes tournures et a connu plusieurs phases. Et puisque tu l'évoques, les forces de Béchir ont été confrontées aussi bien aux Palestiniens et aux forces intérieures musulmanes qu'à l'occupant syrien. Allez va, appelle-les comme tu veux, mais là aussi ce n'est pas comparable. Mais bon, je te reposterai ma réponse demain. Tessbah aala kheir.

Robert Malek

18 h 02, le 07 décembre 2011

Tous les commentaires

Commentaires (21)

  • Allô OLJ ? Elle est où ma réponse à moi (en deux parties) que j'ai faite vers 20 heures ? Je rentre de dîner et je ne la vois pas. Bouh ! Ben oui Anastase, c'est en partie ce que j'avais répondu à Kamel. Bon, comme je l'ai postée du bureau, je dois en avoir une trace, je la rebalancerai demain. En attendant Kamel, je réponds à ton autre question qui n'a rien de meilleur de la fin : à l'époque, nous étions en plein guerre civile, des dizaines de partis armés s'affrontaient et l'appellation de milice était attribuée à tout le monde. Et comme tu le sais, notre guerre a pris différentes tournures et a connu plusieurs phases. Et puisque tu l'évoques, les forces de Béchir ont été confrontées aussi bien aux Palestiniens et aux forces intérieures musulmanes qu'à l'occupant syrien. Allez va, appelle-les comme tu veux, mais là aussi ce n'est pas comparable. Mais bon, je te reposterai ma réponse demain. Tessbah aala kheir.

    Robert Malek

    18 h 02, le 07 décembre 2011

  • Robert, aucune comparaison ne peut être faite ni avec les partisans français, qui étaient de toutes les catégories des français et qui avaient livré leurs armes à l'Etat après la libération, ni avec les viets qui étaient une armée de libération formée de toutes les catégories des vietnamiens et qui avaient pris le pouvoir une fois le pays libéré. Là, c'est d'une milice paramilitaire, communautaire et monochrome qu'il en est question. Anastase Tsiris

    Anastase Tsiris

    14 h 39, le 07 décembre 2011

  • Et puis Robert, le meilleur pour la fin, disais tu que les phalangistes de Bechir étaient une milice ou bien des résistants aux forces étrangères ?

    Jaber Kamel

    12 h 55, le 07 décembre 2011

  • Robert, sortir des definitions et les attribuer comme bon vous semble, ne me semble pas honnete comme demarche. Alors reponds moi honnetement, en 1940, les combattants contre le nazisme etaient ils miliciens comme les nazis les appelaient ou bien etaient ils partisans/resistants comme les nommaient les anti nazis. Autre chose, les viet cong aides des vietnamiens etaient ils une milice ou des resistants qui ont liberes leur pays. Encore les algeriens qui ont boute la france coloniale, qu'etaient ils d'aptres toi ? et enfin les palestiniens sont ils une milice ou des resistants ? Je crois que tu vas passer une bonne nuit a y reflechir mon cher Robert, parce qu'il va falloir penser.Et comment pourront ils resister s'il n'y a pas d'aide de l'exterieur ? C'est Noel, tu ne crois plus au pere noel au moins ?

    Jaber Kamel

    10 h 53, le 07 décembre 2011

  • Kamel, si tu me le permets, je rebondis légèrement et sourire aux lèvres sur ton commentaire adressé à Paul pour te faire part d'une définition du terme "milice" qui va te plaire : "Organisation paramilitaire constituant l'élément de base de certains partis totalitaires ou de certaines dictatures". Le Hezbollah répond parfaitement à cette définition puisqu'il est créé, financé et alimenté idéologiquement par deux dictatures : l'Iran et la Syrie. Tu ne vas quand même pas nier cette évidence, non ? Et pour reprendre ta définition, oui tu as raison, l'Iran charge le Hezbollah de faire le sale boulot. Je veux bien considérer le Hezbollah comme un parti politique mais à condition qu'il ne soit pas armé. Tant qu'il l'est, c'est une milice.

    Robert Malek

    08 h 13, le 07 décembre 2011

  • Mr Pierre H. je trouve toujours interessant les discussions sur le religieux et vote explication sur la fete de Paques m'a enrichi. Les peuples d'aujourd'hui ont herite d'enseignements passes, et il serait bete de s'entretuer 2000 ans apres, pour la seule raison que nous soyons nes d'un cote et pas de l'autre. Le politique a pris sur le religieux tel qu'il etait percu par nos ailleux, et a cela vous y ajoutez une forte dose d'interets bassements materiels, vous obtenez les ingredients d'une etincelle destructrice pour l'humanite. Je voudrai cependant attirer votre attention sur un fait religieux qu'ont en commun les chretiens, les juifs et les chiites. Ces 3 croyances ont toutes un martyr a pleurer, depuis leur revelation. Le Christ pour les chretiens, les differents pogrom pour les juifs et Hussein et 70 de ses proches decapites pour les chiites. Quel interet ai je a vous dire ca, j'en sais fichtre rien.

    Jaber Kamel

    06 h 52, le 07 décembre 2011

  • @ P.R Safa, pour moi la semantique utilisee est tres importante, un milicien est un mercenaire paye par des forces imconnues pour une sale besogne de terreur. Ce qui ne peut pas etre le cas pour les combattants du hezb, a qui je voudrais vous rappeler, aucune aide de l'etat libanais, ni d'aucune force occidentale n'est venue epauler pour chasser les racistes, barbares, spolieurs et arrogants pour vous paraphraser. Ces memes occidentaux a la botte de ceux que vous fustigez a juste titre, qui donne des lecons de liberte aux peuples occupes par la barbarie ailleurs. Votre frayeur est mienne quand a l'utilisation de l'arsenal des resistants du hezb, mais ont ils le choix ? Comment garantir que les voyous, une fois le hezb affaibli, ne reviennent occuper le sud Liban. Ne faites pas les gros yeux, 70 ans apres le genocide des juifs les rescapes vont ceuillir les nazis dans les salvas d'amerique du sud.Ils sont en plus tres revanchards.Un etat libanais respecte et fort, oui on le veut tous, mais pas a n'importe quel prix, le sang a trop coule pour le galvauder sur l'autel du confort personnel.

    Jaber Kamel

    06 h 32, le 07 décembre 2011

  • Merci pour ce complément d'argument André, que j'approuve totalement, mais en précisant et je suis sûr que tu seras de mon avis, que les armes de la résistance ne devront en aucune façon être utilisées contre les palestiniens, armés ou pas.Sauf légitime défense du territoire.

    Jaber Kamel

    03 h 56, le 07 décembre 2011

  • Cher Kamel, juste a titre de clarification, chez les Chrétiens nous ne fêtons pas de deuil a pâque car sans la crucifixion de Jésus Christ, notre seigneur, nous n'aurons jamais pu avoir accès au paradis et a la vie éternelle. Ceci dit, malgré les terribles faits de la traîtrise et de la crucifixion, l’évènement reste en soi heureux car Dieu s'est abaissé et a accepté de souffrir pour nous, par nous, pour la rémission des péchés de l'humanité et nous ouvrir les portes de son monde, celui de l'amour. Par ce fait seulement, la fête de pâque est aussi importante et heureuse que celle de Noel! Elles se complètent en somme!

    Pierre Hadjigeorgiou

    03 h 33, le 07 décembre 2011

  • M Jaber, juste pour qu'il n'y ait pas de malentendu, le terme milice que j'ai utilisé est un terme technique auquel je n'attribue aucune connotation négative, et comme vous, je m'incline avec respect devant tous ceux qui sont tombés sous le feu de l'arrogant et barbare ennemi raciste jusqu'à la moelle et ignoble spoliateur. Cela dit, s'il est vrai qu'il ya ici et là des groupes armés (que je réprouve aussi) ce n'est que roupie de sansonnet face aux troupes du Hezbollah, sur-armés et sur-entraînés et très bien encadrés. Plus vite ils intègreront le giron de l'armée et plus vite le Liban se portera mieux et prendra sa place entière dans la région et dans le monde.

    Paul-René Safa

    03 h 19, le 07 décembre 2011

  • Il n'y a qu'un parti confessionnel armé au Liban. La désinformation ne change pas les faits et ne sert à rien. Les gens ne sont pas dupes, comme on voudrait le croire... Anastase Tsiris

    Anastase Tsiris

    03 h 03, le 07 décembre 2011

  • - - Cher Kamel , On sait tous qu'au Liban tous les partis politiques sont confessionnels et armés , mais pour l'intérieur ! La situation restera ainsi , tant que les Palestiniens , armés ou pas , seront sur notre sol ! une fois partis , cela voudra dire que leur problème est résolu , et là , les choses pourront changer , mais hélas , ce n'est pas pour demain .. Donc la résistance dit à celles et ceux qui voudraient entendre ; j'y suis j'y reste , et il est inutile de vous y frotter .

    JABBOUR André

    01 h 26, le 07 décembre 2011

  • P.R Safa, vous me posez une question à laquelle je me ferai un plaisir de me répéter. Le hezbollah étant pour moi un force de résistance qui a prouvé par le passé et le présent que la libération du Liban n' a été possible que grace à son arsenal, ne devrai remettre celui ci qu'une fois l'armée libanaise capable d' assurer le relais de la défense du territoire national. Comme ça n'a pas été le cas sous l'ancien régime et sous le nouveau gouvernement à cause de l'embargo sioniste sur l'armement de notre grande muette, ceux que vous appeler des miliciens , et qui sont à mes yeux des vaillants martyrs prêts à donner leur vie pour ce bout de territoire qu'on partage ensemble, devront se fondre dans la vie civile ou militaire une fois la paix, par la récupération de tous nos territoires usurpés par les voyous d'israel. Ne prenez pas pretexte que seul le hezb est armé, votre bonne foi vous l'interdirait, tout le monde est armé au Liban, mais peu save faire usage de cet armement comme le ferait la résistance du hezb.Là est toute la différence.Je vous épargnerai de me répondre que cette résistance n'est que d'une seule couleur confessionnelle, en effet c'est le cas , mais on ne touche pas à une équipe qui gagne en principe, surtout quand il s'agit de l'interêt national. C'est tout ce que je peux vous dire, ça n'a pas l'ambition d'être parfait, mais au moins le mérite d'être clair, Mr Safa.

    Jaber Kamel

    17 h 46, le 06 décembre 2011

  • ...suite de mon commentaire qui a été envoyé incomplet par mégarde... Donc Monsieur Jaber, souhaiteriez-vous au Liban des partis politiques , confessionnels et armés ? Sinon, quand, d'après vous, faudra-t-il que l'arsenal du Hezbollah soit remis à l'Armée et que ses miliciens y soient intégrés ou renvoyés à la vie civile ?

    Paul-René Safa

    15 h 54, le 06 décembre 2011

  • Après son acceptation du financement du machin, je redoutais qu'il livre ses armes, grand ouf , sa décision donnera encore des cauchemards à ceux qui esseyeront de s'y frotter.

    Jaber Kamel

    12 h 51, le 06 décembre 2011

  • "Bravo" ! le sayyed a gagné une fois pour toutes la haine du peuple syrien pour le Hezbollah, pour les chiites libanais et partant pour le Liban. C'est la pire politique en ce qui concerne la crise syrienne. Qui vivra verra.

    Halim Abou Chacra

    12 h 32, le 06 décembre 2011

  • La pérennité consacrée... Anastase Tsiris

    Anastase Tsiris

    11 h 24, le 06 décembre 2011

  • - - C'est vrai Kamel , j'aurai du penser que Achoura se célébrait dans la douleur et non dans la fête , comme le Vendredi Saint chez nous ! Excuse moi .

    JABBOUR André

    11 h 11, le 06 décembre 2011

  • Encore une fois toujours morose fête d'Achoura sans brin d'optimisme . Antoine Sabbagha

    Sabbagha Antoine

    09 h 08, le 06 décembre 2011

  • Merci pour l'intention Andre, mais l'Achoura chiite est un deuil et en general les chiites ne recoivent pas des souhaits de bonne fete a cette occasion. Tu ne pouvais pas le savoir, mais pour les sunnites c'est un jour de fete, il serait trop long a rentrer dans les details de cet evenement politique qui date de 1600 ans. Il se trouve que les chretiens ont fait de noel , la naissance du Christ une fete et je leur donne raison de considerer cet evenement heureux plus que celui de sa crucifiction, acte d'horreur de trahison de Jesus. Les chiites ont prefere la commemoration du martyr des petits enfants du Prophete Hassan et Hussen et de leur famille. Et c'est la que je me desolidarise avec mes correligionnaires et leur demande de pardonner, meme s'il leur est difficile d'oublier. L'histoire est tetue, les memes evenements arrivent en Irlande lors de la fete des orangistes sur les catholiques.

    Jaber Kamel

    06 h 32, le 06 décembre 2011

  • - - Bonne et heureuse fête d'Achoura a tous les Libanais en general et tous les Chiites en particulier . A celles et ceux qui disent habituellement ICI et ailleurs , que le Sayyed se terre par peur d'être repéré , voilà une preuve courageuse pour les faire taire pour de bon . J'attends avec impatience la réponse de Twittrer-Man a cette apparition divine , et sa critique sur le défis qui lui a été lancé , pour ne pas dire mise en demeure .

    JABBOUR André

    05 h 26, le 06 décembre 2011

Retour en haut