Liban

Enlèvements d’opposants syriens : « Life » réclame une commission d’enquête parlementaire ou internationale

OLJ
27/10/2011
La fondation libanaise pour la démocratie et les droits de l’homme (« Life », dont le directeur exécutif est l’avocat Nabil Halabi) a publié hier un communiqué dans lequel elle s’est élevée contre le fait que les membres de la commission parlementaire des droits de l’homme n’aient pas réussi à s’entendre, lors de leur réunion tenue en début de semaine, sur la formation d’une commission parlementaire ad hoc chargée d’enquêter sur l’affaire des opposants syriens enlevés au Liban, dont notamment l’ancien vice-président syrien Chebli el-Ayssami et les frères al-Jassem.
La fondation a déploré dans ce cadre que le procureur général de la République, Saïd Mirza, ait dévoilé, lors de la réunion parlementaire, que l’enquête sur l’enlèvement des frères al-Jassem a été suspendue. « Cette indication donne ainsi l’impression que la justice libanaise est soumise à de fortes pressions pour ne pas aller de l’avant dans ce dossier », relève le communiqué. La fondation « Life » souligne en outre que la décision de l’avocat des frères al-Jassem d’abandonner les poursuites engagées contre l’ambassade de Syrie est due aux fortes pressions exercées sur les parents des opposants syriens afin qu’ils signent un document dans lequel ils se rétractent au sujet des circonstances de l’enlèvement de leurs enfants.
À la lumière de ces pressions, la fondation « Life » a invité les députés à prendre l’initiative de former une commission parlementaire ad hoc afin d’enquêter sur l’affaire du rapt des opposants syriens. À défaut, « Life » souligne que les députés devraient se baser sur les dispositions de la Constitution et sur les conventions internationales afin de réclamer la mise sur pied d’une commission d’enquête internationale indépendante qui serait chargée d’entreprendre des investigations au sujet de l’ensemble de ces dossiers, dont notamment celui en rapport avec la remise aux autorités baassistes de Damas, en mai dernier, de trois soldats syriens dissidents qui avaient trouvé refuge au Liban afin de fuir la répression sanglante à laquelle se livre le régime de Bachar el-Assad, sans compter « la tentative d’assassinat de deux membres du Conseil national syrien établis à Beyrouth, Rami Nakhlé et Omar Edelbi », souligne le communiqué de la fondation « Life ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants