Liban

Joumblatt : Il faut cesser les provocations basées sur les spéculations portant sur l’acte d’accusation

OLJ
24/08/2010
Dans son article hebdomadaire dans l'organe du PSP al-Anba', Walid Joumblatt a estimé qu'Israël a atteint l'objectif qu'il a recherché au cours des derniers mois en obtenant la reprise des négociations directes avec les Palestiniens. Tout cela à cause de la division et de l'effritement arabes. Selon Joumblatt, Israël tentera à travers ces négociations d'imposer le principe de la judaïsation de l'État d'Israël, avec ce que cela implique pour les Arabes de 1948, qui seront ainsi envoyés vers la Jordanie, à l'instar d'une grande partie des Palestiniens de Cisjordanie. De la sorte, Israël sera revenu à son option première d'installer l'État palestinien à l'est de la Jordanie.
Toujours selon Joumblatt, ce projet aura des conséquences catastrophiques pour la cause palestinienne et pour le droit au retour des Palestiniens sur leur territoire. Tout comme il détruira l'idée de faire de Jérusalem la capitale de l'État palestinien. Ce projet mettra aussi en cause la stabilité de la Jordanie, son unité et son intégrité territoriale, ainsi que sa composition politique. Tout comme il balaiera des années de lutte en faveur de la cause palestinienne et aboutira en fin de compte à l'implantation des réfugiés palestiniens au Liban.
Joumblatt s'est encore adressé à ceux qui croient encore qu'il existe une politique américaine pour la région, indépendante des intérêts israéliens, pour leur dire qu'il s'agit d'une pure illusion. Selon lui, les États-Unis collent aux intérêts israéliens, et cela a été le cas avant même la conclusion de l'accord de Camp David. Et maintenant, ils comptent faciliter la reconnaissance d'Israël comme État juif. Cette orientation est en fait conforme à l'idée que l'Occident a des Arabes, et des musulmans en général, les considérant comme des terroristes. C'est cette vision orientaliste et colonialiste chez l'Occident qui a donné la Palestine aux juifs, dans le cadre de l'accord de Balfour et qui a partagé le monde arabe selon l'accord de Sykes-Picot. Ce même Occident est aujourd'hui prêt à déchirer de nouveau la région pour servir les intérêts d'Israël.
C'est pourquoi, poursuit Joumblatt, nous (et le monde arabe en général) devons absolument profiter de l'axe saoudo-syrien pour étouffer le feu de la discorde au Liban en distinguant entre l'acte d'accusation et sa portée destructrice et le TSL qui doit rester loin de toute manipulation et de toute politisation.
Pour Joumblatt, cela suffit de lancer des provocations à travers les spéculations sur l'acte d'accusation. Il faut laisser le principal concerné, qui est aussi soucieux de la justice et de la stabilité, traiter cette question pour maintenir le tribunal hors des considérations politiques.
Joumblatt est revenu sur « les propos qui ne finissent pas et qui portent sur les armes de la résistance ». Selon lui, ces propos suscitent des interrogations car il est important, à ses yeux, de profiter de ces armes, qu'elles viennent d'Iran, de Syrie ou des deux, et en même temps, il faut équiper l'armée pour permettre à la complémentarité entre la résistance et l'armée, qui s'est concrétisée à Adaïssé, d'atteindre ses plus hauts niveaux. Les voix qui mettent aujourd'hui en doute les armes de la résistance sont historiquement suspectes. Elles avaient alors rejeté les armes des Palestiniens et tenté d'imposer à l'armée une idéologie contraire à la situation en refusant de définir l'ennemi et en entraînant le pays vers des catastrophes. Elles refusent aujourd'hui les armes de la résistance. Tout en tenant compte des susceptibilités et des erreurs communes qui avaient abouti au 7 mai, nous devons sortir tous des considérations étroites et réaliser que toutes les expériences du passé ont montré qu'en période de guerre ou de paix, la concomitance des volets est toujours plus bénéfique que la division.
Joumblatt a encore demandé à ceux qui chantent « le Liban vert » de profiter de cette période de canicule et de sécheresse pour songer réellement à construire des barrages et des lacs artificiels, pour que les forêts de cèdres ne se transforment pas en bûches et que les vallées d'Adonis ne deviennent pas des refuges pour les serpents. Enfin, Joumblatt a invité les pays arabes incapables de s'entendre à rejeter les négociations directes avec Israël, à utiliser leur argent pour reconstruire le tiers-monde, au lieu d'acheter des armes, des actions en Bourse et des bons du Trésor...

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants