Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Face au risque de guerre, Nasrallah bombe le torse et menace Israël... et Chypre

En cas de conflit ouvert, les Israéliens devraient « nous attendre par la terre, par la mer et par les airs », a lancé le secrétaire général du Hezbollah.

Face au risque de guerre, Nasrallah bombe le torse et menace Israël... et Chypre

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'une allocution mercredi. Photo AFP/al-Manar

C'est un discours particulièrement belliqueux que le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a prononcé mercredi. À l'heure où le risque de guerre totale entre le Liban et Israël n'a jamais semblé aussi sérieux depuis le début des affrontements sur le front sud, le 8 octobre dernier, le dignitaire chiite a veillé à faire étalage de muscles, dans ce qui pourrait être interprété comme une tentative de dissuader les Israéliens de franchir le Rubicon. « Si la guerre est imposée au Liban, nous combattrons sans restrictions ni limites », a-t-il ainsi martelé, lors d'une cérémonie d'hommage à Taleb Abdallah, un commandant du Hezbollah éliminé par Israël la semaine dernière. « L'ennemi sait parfaitement que nous nous sommes préparés au pire (..) Il sait qu'aucun lieu (..) ne sera épargné par nos missiles, a-t-il ajouté. En cas de guerre, Israël devrait « nous attendre par la terre, par la mer et par les airs ». Nasrallah a également affirmé que l'escalade sur le front sud signifierait le déclenchement d'une guerre régionale. « Les Américains savent ce que cela signifierait pour la région », a-t-il ajouté, au lendemain d'une visite express d'Amos Hochstein, émissaire de Joe Biden pour le Liban, qui tente d'obtenir une désescalade. Fait notoire, le leader pro-iranien est allé jusqu'à menacer Chypre, l'accusant de soutenir les Israéliens dans leurs efforts de guerre contre le Liban.

« Nouvelles armes »
« Nous avertissons le gouvernement de Nicosie : l'ouverture des aéroports et des bases chypriotes à l'ennemi israélien pour cibler le Liban signifierait que le gouvernement chypriote est partie prenante dans  la guerre », a-t-il lancé, affirmant disposer « d'informations certaines » selon lesquelles les soldats israéliens s’entraînent sur l’île, « dont la géographie est similaire à celle du Liban-Sud », dans la perspective d'une invasion. « Nous avons présenté ces informations aux autorités libanaises, qui en ont discuté avec le président chypriote lors de sa visite officielle à Beyrouth (en avril), dit le chef du Hezbollah. Il a démenti ces informations, dont nous sommes pourtant certains. » À travers ces menaces dirigées contre un pays de l'Union européenne et ayant une relation historiquement amicale avec le Liban, Hassan Nasrallah fait donc monter les enchères dans l'espoir d'obtenir une intensification des pressions internationales visant à empêcher Israël d'attaquer le pays du Cèdre.

L’ambassadeur de Chypre en Israël, Kornelios Korneliou, n'a pas tardé à réagir. « Lorsqu’un tel homme menace, une réaction s'impose », a-t-il déclaré, selon des propos accordés au site d'information israélien Ynet. « Nous attendons la réponse officielle de Nicosie. Et de poursuivre : Nos relations avec Israël sont excellentes et n’ont jamais été aussi fortes, et nous essayons de remplir un rôle modeste dans la livraison de l’aide humanitaire à Gaza en coordination étroite avec Tel-Aviv. Je suis certain que tout cela n’est pas vu d’un bon œil par le Hezbollah. »

Lire aussi

Escale furtive de Hochstein à Beyrouth : le message de la dernière chance

C'est dans le même cadre de montée des enchères que s'inscrit également la pléthore de menaces formulées par Nasrallah à l'encontre de Tel-Aviv. « Jusqu’à présent, nous n'avons utilisé qu'une partie de nos armes, a-t-il lancé. Nous avons reçu de nouvelles armes, nous avons développé certaines de nos armes (..) et nous en gardons d'autres pour les jours qui viennent ». Ces propos interviennent à l'heure où les spéculations vont bon train, notamment en Israël, sur les véritables capacités militaires du Hezbollah. Ces dernières semaines, la formation a employé, pour la première fois de son histoire, des missiles sol-air qui ont forcé des avions de chasse israéliens à battre en retraite. À travers ces déclarations, le chef du Hezbollah semble donc répondre à ceux qui s'interrogent sur la capacité de sa milice à abattre ces avions, mais aussi aux interrogations quant au stock de missiles de longue portée dont elle disposerait et sa capacité à frapper des cibles situées en profondeur. « L'ennemi sait qu'en cas de guerre, il n'y aura aucun endroit à l'abri de nos missiles et de nos drones, a-t-il martelé. Nous disposons d’une banque complète et réelle de cibles, nous avons la capacité de les toucher et d’ébranler les fondations de cette entité. »

Au-delà de Haïfa
Hassan Nasrallah a, en outre, menacé de frapper des cibles en Méditerranée, dans une allusion aux navires israéliens (déjà en proie aux attaques des houthis yéménites en mer Rouge) mais aussi et surtout aux lucratives plateformes gazières offshore sur les côtes de l'État hébreu. Concernant les effectifs de sa formation, il n'a pas non plus fait preuve de modestie. « L'année dernière, j'avais parlé de 100 000 combattants, et même à l'époque, ce chiffre était en deçà de la réalité. Aujourd'hui, nous sommes encore plus nombreux, à tel point qu'on ne sait plus quoi faire de nos hommes », a-t-il lancé. Le chiffre de 100 000 combattants présenté en 2022 par le Hezbollah est contesté par de nombreux observateurs et est considéré comme étant surtout une tentative d'intimider ses adversaires sur la scène locale. Mais cette fois-ci, la menace semble dirigée au Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu. « L'invasion de la Galilée est une option en cas de guerre totale avec Israël », a lancé Nasrallah.

Lire aussi

Pourquoi Israël n’a-t-il pas abattu le drone du Hezbollah survolant Haïfa ?

Il a également évoqué les images (une vidéo d'une dizaine de minutes) de Haïfa survolée par un drone, diffusées par son parti mardi. « Nos drones ont pu capturer pas moins de 9 heures de vidéo au-dessus de Haïfa, et nous allons bientôt publier des vidéos d'autres villes, situées au-delà de Haïfa », reprenant la fameuse expression prononcée lors de la guerre de juillet 2006 à travers laquelle il menaçait de bombarder les métropoles israéliennes. La capacité des drones du Hezbollah à pénétrer une quarantaine de kilomètres à l'intérieur d'Israël a suscité des interrogations quant aux systèmes de défense des Israéliens. « Ils disent qu'ils n'ont pas abattu notre Hodhod (le nom du drone, NDLR) parce qu'ils ne voulaient pas mettre les habitants de Haïfa en danger... quel mensonge ! N'auraient-ils pas pu l'abattre au-dessus de la mer ? » a lancé Hassan Nasrallah. Il a également vanté la capacité de son parti à obtenir des informations sur les positions et sites israéliens, à l'heure où Israël semble avoir pris le dessus dans la guerre des renseignements, multipliant les frappes ciblées contre des sites et des dirigeants du Hezbollah depuis octobre.

Malgré cette rhétorique enflammée, le chef du Hezbollah a tout de même affirmé « qu'il ne souhaitait pas une guerre totale ». « Nous sommes un front de soutien à Gaza, a-t-il insisté. Et que ceux qui nous menacent de guerre, dont les Américains qui craignent pour l'entité ennemie, sachent que nous ne nous arrêterons pas et sommes prêts à toutes les éventualités. La solution est simple : Arrêtez la guerre à Gaza ». Après la vidéo du drone, Amos Hochstein vient donc de recevoir une deuxième réponse.

C'est un discours particulièrement belliqueux que le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a prononcé mercredi. À l'heure où le risque de guerre totale entre le Liban et Israël n'a jamais semblé aussi sérieux depuis le début des affrontements sur le front sud, le 8 octobre dernier, le dignitaire chiite a veillé à faire étalage de muscles, dans ce qui pourrait être...
commentaires (21)

Qu’il soit un homme et qu’il execute ses menaces sur le terrain au lieu de baratiner dans le vide.

JPF

20 h 22, le 20 juin 2024

Tous les commentaires

Commentaires (21)

  • Qu’il soit un homme et qu’il execute ses menaces sur le terrain au lieu de baratiner dans le vide.

    JPF

    20 h 22, le 20 juin 2024

  • Et la Grèce est dans l OTAN

    fadi labaki

    13 h 48, le 20 juin 2024

  • Tout cela donne l'impression que la légitimité de ce mouvement, certes social compte tenu de l'absence d'un État trop faible et concurrencé à juste titre ou non par les "zaïms", repose sur la menace, le conflit larvé ou déclaré, en solidarité avec une puissance étrangère, l'Iran, et finalement avec Israël de fait, puisque toutes ces gesticulations justifient des répliques et réponses de Nethanayou. En attendant ce sont les Libanais qui paient l'addition d'une "résistance" douteuse.

    Nicolas ZAHAR

    13 h 16, le 20 juin 2024

  • Qu’il arrête ses fanfaronnade, on a vu de quoi il est capable. La guerre de Gaza a pris fin lorsque les israéliens l’ont décidé et Rafah a été envahi, pendant que lui s’amusait à faire joujou avec ses armes en menaçant et vociférant, comme d’habitude. Il provoque la tuerie de centaines de libanais sans parler de ses commandants et colonels morts sans même avoir à aller au front. D’ailleurs quel front? Il fait sa guerre depuis son trou et installe ses missiles dans les zones peuplées en faisant courir des risques aux habitants impuissants qui ne demandent qu’à vivre. Quel z héros

    Sissi zayyat

    12 h 08, le 20 juin 2024

  • Ce que HN oublie dans ses menaces d’épouvantail, c’est qu’à Chypre il y a une base militaire britannique, prête à lui montrer de quoi elle se chauffe, s’il daigne encore menacer un pays sous sa protection. Ah quel oubli!

    Sissi zayyat

    11 h 35, le 20 juin 2024

  • Hassouna oublie aussi que s'il se hasarde a s'en prendre a Chypre, il aura de facto la Grèce sur le dos en raison de l'accord de défense commune. Je lui souhaite bonne chance!

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    11 h 26, le 20 juin 2024

  • Depuis octobre 2023 le Hezbollah a été prévenu de ne pas se mêler de cette affaire, apparemment sans succès. Les choses, a présent, semble être sérieuses pour que HN menace ... Chypre. Il oublie que Chypre a toujours été le poumon du Liban et la porte de secours du Liban dans toutes ses tribulations. Il cherche a la fermer pour nous jeter dans les bras d'Assad?

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    11 h 14, le 20 juin 2024

  • Il dit avoir plus 100.000 combattants? Allons donc leur nombre se réduit comme pot de chagrin depuis les guerres en Syrie et au Yémen. Alors à d’autres. Et puis les libanais n’ont pas dit leur dernier mot et ils sont 4millions à vouloir lui faire la guerre pour le chasser vers l’Iran, alors trêve aux surenchères tu nous gave Narcisse.

    Sissi zayyat

    11 h 12, le 20 juin 2024

  • Si ce barbu veut déclarer la guerre à tous les pays qui ne sont pas d’accords avec ses projets mortifères c’est son problème. Mais le Liban ne lui appartient pas et les libanais devraient le lui faire comprendre d’une façon ou d’une autre. Il joue avec nos vies parce qu’il a déjà acheté nos poiliticiens pourris, mais les libanais eux n’ont jamais fait parti du troc. Alors remuons nous et montrons à ce vendu que notre pays n’est pas sa propriété et encore moins celle de l’Iran. Tous ses partisans doivent se rendre à l’évidence que leurs vies ne représentent rien pour lui, il s’en balance

    Sissi zayyat

    11 h 09, le 20 juin 2024

  • QU’EST CE QU’IL EST FORT! Il menace deux pays en même temps et même au delà, avec les Houthis dans la mer noire. On se demande pourquoi on a laissé l’Iran s’infiltrer dans tous ces pays sans bouger un cil? Les voilà devant une organisation terroriste prête à faire basculer le monde dans le chaos pour maintenir sa dictature en Iran et l’étendre sur toute la région puisque, jusque là aucune réaction, à la hauteur de leurs provocation n’a eu lieu. Ceci dit, nous ne l’avons pas du tout entendu lorsque le navire de guerre américain mouillait dans nos eaux. Comme quoi.

    Sissi zayyat

    11 h 02, le 20 juin 2024

  • Si ce monsieur a une haine absolue envers Israël ?? Qu’il aille combattre personnellement en Israël à partir de gaza sans embarquer un pays entier dans une aventure désastreuse et destructrice. On s’en tape si israel est visée ou non par ses missiles. Ce qui nous intéresse c’est NOTRE pays. Pays déjà à genoux à cause de sa classe politique et Hezbollah inclus. Faut pas tenter le diable ( israel) et l’inviter à détruire ce qui reste du Liban !!!!!

    LE FRANCOPHONE

    10 h 49, le 20 juin 2024

  • - BOMBANT LE TORSE IL MENACE. - EST-CE ANGOISSE OU EST-CE AUDACE ? - JE SAIS QU,IL PEUT AFFRONTER, - TSAHAL SANS VIREVOLTER. - IL EVITE L,ESCALADE, - ET CE N,EST PAS POUR FACADE. - TEL EST L,ORDRE DU BARBU - PERSE, FAKIH DE STATUT. - EN TRES LOYAL SECRETAIRE, - AUX ORDRES IL OBTEMPERE. - LE MOT D,ORDRE DE LA TETE, - C,EST DE SONDER LE QUINTETTE. - D,OU MALGRE LA CANONNADE, - IL EVITE L,ESCALADE. - QU,ATTEND-IL ? DES SUGGESTIONS., - IL EST PRET AUX CONCESSIONS : - LA PAIX CONTRE LA MAINMISE. - COMPLETE SUR LA REMISE. - DES FRERES IL N,EN A CURE. - QU,ILS EVALUENT LA MESURE.

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    10 h 43, le 20 juin 2024

  • Il joue avec le feu.il va bruler le liban à force de vouloir à tout prix libérer des villes que ce soit en Syrie ou en Israel, à force de vouloir lier le sort d’une ville RASÉE ( gaza) à celui du LIBAN , pour avoir ouvert le feu , le 8 octobre… Ce type (et toute sa bande de barbus de l’âge de pierre) a détruit le liban à force de vouloir « résister » alors que les pays arabes ont pacifié leurs pays. NON , le liban n’est pas voué à libérer des villes étrangères. La plupart des libanais (même les alliés de ce parti pro iranien) ne sont pas d’accord pour que le liban fasse la guerre. Faut arrêter

    LE FRANCOPHONE

    10 h 43, le 20 juin 2024

  • Par précaution : « À BON ENTENDEUR SALUT » … Gentil ! Non ?

    aliosha

    10 h 43, le 20 juin 2024

  • Merci l’Olj …. Pour toute cette haine…….

    Marie elise Loubic

    10 h 28, le 20 juin 2024

  • Il s’entend parler et ainsi il perd de plus en plus la boule

    Lecteur excédé par la censure

    09 h 59, le 20 juin 2024

  • On cherche un dictateur pour le Liban, le voilà. Il est rodé compétent en la matière et ce qui ne gâche rien il est mafieux ...

    Zeidan

    08 h 41, le 20 juin 2024

  • "Si la guerre est imposée au Liban ". Imposée par qui? Qui sera le premier responsable, sinon le Hezbollah qui ne cesse d’asticoter Israël pour le pousser à à bout? En 2006, n’est-ce pas le Hezbollah qui a "imposé" la guerre au Liban? Il en sera de même cette fois-ci. Et "en même temps" (comme dirait Manu). Il feint d’œuvrer pour l’éviter. Plus hypocrite, tu meurs!

    Yves Prevost

    07 h 39, le 20 juin 2024

  • Un billet aller simple pour l’enfer !

    Alexandra

    06 h 10, le 20 juin 2024

  • Des menaces, rien que des menaces de barbus dégénérés.

    Wow

    03 h 41, le 20 juin 2024

  • A TOUS CEUX QUI SOUTIENNENT LA GUERRE CONTRE ISRAEL , JE LEUR DIT QUE LE JOUR OU L'AEROPORT DE BEYROUTH ET LES PORTS DE BEYROUTH ET TRIPOLI SERONTI OBLITEREES NE VENEZ SURTOUT PAS DIRE AH SI JE LE SAVAIS LA VERITE: ISRAEL A ETE ASSEZ PATIENTE AVEC NASRALLAH ET AUJOURDHUI C'EST LA FIN DE CETTE PATIENCE VOUS LES RESPONSABLES MINISTRES DEPUTES CHEF DE L'ARMEE CHEF DES DIFFERENTS PARTIS OUVREZ LES YEUX ET NE LAISSER PAS FAIRE CETTE GUERRE CAR QUELQUE SOIT LES DEGATS FAIT EN ISRAEL LE LIBAN AURA 10 FOIS PLUS DE DEGATS ET VRAIMENT REVIENDRA A L'AGE DE LA PIERRE A DIEU NE PLAISE REVEILLEZ VOUS

    LA VERITE

    02 h 00, le 20 juin 2024

Retour en haut