Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Cheikh Kabalan : Les pressions américaines nous empêchent d’élire un président

« Le combat de la résistance sur le front du sud est dédié uniquement à la protection du Liban uni », a lancé le mufti jaafarite.

Cheikh Kabalan : Les pressions américaines nous empêchent d’élire un président

Le mufti jaafarite Ahmad Kabalan. Photo ANI

« Faire partie d’un axe est aujourd’hui un facteur essentiel de la résistance locale, et le Liban en est un exemple éclatant, puisque nous n’arrivons pas à élire un président de la République à cause des pressions américaines et occidentales, qui veulent imposer une personnalité qui soit la gardienne des intérêts américains et sionistes. » Lors de son prêche de l’Adha lundi dans la banlieue-sud de Beyrouth, le mufti jaafarite Ahmad Kabalan n’y est pas allé par quatre chemins pour décocher ses flèches contre les opposants à l’axe de la moumanaa (axe pro-Hezbollah au Liban).

« Les forces politiques libanaises auraient dû se rassembler pour préserver les intérêts nationaux par le biais d’un compromis politique », a-t-il poursuivi. Or, a-t-il ajouté, certains « continuent de ne comprendre que la langue de l’ennemi sioniste, et d’autres restent nostalgiques de l’offensive (israélienne) de 1982 (qui était arrivée jusqu’à Beyrouth, NDLR) ».

Lire aussi

Des prêches dominicaux sous le signe de Gaza, du Liban-Sud et de l'élection présidentielle

Le Liban est sans président depuis la fin du mandat de Michel Aoun en octobre 2022, et un an s’est écoulé depuis la dernière session parlementaire de vote pour un président de la République. L’axe dont est proche le mufti jaafarite, celui du Hezbollah, reste attaché à la candidature du chef des Marada Sleimane Frangié, alors que la majorité des autres forces politiques, dont certains de leurs alliés comme le Courant patriotique libre, y sont opposés.

« L’ère de la domination sioniste est révolue, le combat aujourd’hui est celui de la décision nationale et des intérêts libanais », a lancé le mufti jaafarite. La démocratie, selon lui, est « sacrée, à moins de devenir l’ennemie des intérêts libanais ». « La démocratie au Liban est basée sur le consensus et non le nombre, nous nous y sommes conformés pour protéger la famille libanaise, sinon le pays aurait été bien différent », a-t-il lâché.E

Eclairage

Malgré la flambée sur le front sud, les négociations à un stade avancé

Et d’affirmer : « Le Liban est trop grand pour être divisé, la guerre civile est définitivement terminée et le Liban uni est éternel. »

« Ne pas se tromper de choix stratégique »

Le cheikh Kabalan a également abordé la guerre en cours au Liban-Sud, entre le Hezbollah et Israël dans son prêche. « Le combat de la résistance sur le front du sud est dédié uniquement à la protection du Liban uni, loin des considérations confessionnelles étroites et des rêves mortels de fédéralisme », a-t-il déclaré.

Il a fustigé « ceux qui se trompent de choix stratégiques » et ceux « qui continuent de bâtir des espoirs sur un Israël qui brûle », dans une allusion à peine voilée à certaines voix d’opposants qui dénoncent l’ouverture du front par le Hezbollah, depuis le 8 octobre 2023, « en soutien » au Hamas dans la bande de Gaza. 

« C’est la moumanaa qui empêche l’élection »

La réponse des Forces libanaises (FL), l’un des partis d’opposition de toute évidence ciblés par cheikh Kabalan, ne s’est pas fait attendre. Dans un communiqué, les FL ont regretté « le discours de cheikh Kabalan qui emploie la logique de la menace, de la division et des accusations de traîtrise ». Le parti a cependant affirmé ne vouloir répondre que sur un point, les allégations selon lesquelles les Etats-Unis empêcheraient l’élection présidentielle au Liban.

« Les Etats-Unis ne peuvent pas entraver l’élection. En revanche, le camp de la moumanaa est celui qui a neutralisé douze séances de vote au Parlement en se retirant dès la fin de la première session. Devrions-nous interpréter ce comportement comme étant une complaisance avec une quelconque volonté américaine ou le résultat d’une pression américaine ? »

Le texte poursuit : « Celui qui empêche l’élection n’est autre que ce camp-là, qui rejette les sessions successives de vote (jusqu’à l’élection d’un président, NDLR) ou encore la possibilité d’un consensus autour d’un troisième candidat, vu son incapacité à faire élire le sien. » 

« Faire partie d’un axe est aujourd’hui un facteur essentiel de la résistance locale, et le Liban en est un exemple éclatant, puisque nous n’arrivons pas à élire un président de la République à cause des pressions américaines et occidentales, qui veulent imposer une personnalité qui soit la gardienne des intérêts américains et sionistes. » Lors de son prêche de l’Adha lundi...
commentaires (10)

La constitution dicte que l'élection d'un président se fait dans une séance ouverte de plusieurs vote jusqu'à l'élection d'un président. Ceux qui quittent la séance avant l'élection sont des saboteurs. C'est simple et ça n'a pas besoins d'interprétation de ta'wiil ou d'autres explications. Ah pardon, ça demande quand même de la maturité et du patriotisme...

Wlek Sanferlou

13 h 55, le 18 juin 2024

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • La constitution dicte que l'élection d'un président se fait dans une séance ouverte de plusieurs vote jusqu'à l'élection d'un président. Ceux qui quittent la séance avant l'élection sont des saboteurs. C'est simple et ça n'a pas besoins d'interprétation de ta'wiil ou d'autres explications. Ah pardon, ça demande quand même de la maturité et du patriotisme...

    Wlek Sanferlou

    13 h 55, le 18 juin 2024

  • Allons jusqu’au bout des choses. Si le Liban devrait être sous tutelle autant l’être sous celle des E.U que d’une dictature qui a déjà fait ses preuves de haine contre son propre peuple qu’ils massacrent sans pitié pour pouvoir se maintenir au pouvoir. Aux États Unis la parole est libre et un citoyen a plus de droits que le président, et au cas où il les maltraitre, ils peuvent se rebeller pour l’évincer sans risquer leur vie. Voilà toute la différence entre une démocratie et une dictature que le HB veut nous imposer. Il y en a qui vantent ses mérites, ils seront ses premières victimes.

    Sissi zayyat

    12 h 08, le 18 juin 2024

  • je crois qu'il a besoin de revoir la definition des mots qu'il utilise....un perse parlera toujour mal l'arabe....

    Elementaire

    11 h 30, le 18 juin 2024

  • Bravo pour ce discours clair et si vrai Mais l’opposition est trop bête et renfermée sur elle même ( et sous influence des leurs parrains ) et ne songeant qu’à son interêt et vision courte Qu’il est facile de critiquer le Hezb mais vous savez ce qu’elle pense de cette prétendue opposition

    TAMIN FAROUCK

    08 h 53, le 18 juin 2024

  • « Le combat de la "résistance" (ne pas oublier les guillemets!) (...) est dédié uniquement à la protection du Liban uni » - "Les pressions américaines nous empêchent d’élire un président". Un véritable pince-sans-rire, ce mufti! Pousser Israël à bombarder le Sud: c’est pour protéger le Liban! Et, comme le font remarquer les FL, Berry serait un agent américain, lui qui refuse de convoquer les députés. De même tous ceux qui s’enfuient après chaque premier tour. Pour élire un président, la condition sine qua non n’est-elle pas la présence d’électeurs? Pourquoi personne n’a ri?

    Yves Prevost

    06 h 30, le 18 juin 2024

  • - LIVREZ VOS ARMES AVANT, - ET QUAND MEME SI BARBUS, - VOUS SEREZ LES BIENVENUS, - DANS LA FAMILLE *LIBAN*. - LA CONSTITUTION PREVAUT. - POINT D,ENTENTES AU TABLEAU. - AU LIBAN NOTRE ADHESION. - NOUS SERONS UNE NATION.

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    19 h 12, le 17 juin 2024

  • - UNE COMMUNAUTE DONT LES ARMES, - SONT BRAQUEES SUR LES TEMPES DES AUTRES, - N,A PAS LE DROIT DU CONSENSUEL, - *LEGISLATIVES OU PRESIDENCE*. - AMOS HOSCHTEIN EST L,AMI INTIME, - DE VOTRE PERCHE, SOIT-IL IMBERBE, - DELEGUE PAR LE HEZB AU QUINTETTE, - OU SLEEPING JOE A LE DERNIER MOT. - VOUS CHERCHEZ DU QUINTETTE L,ACTION, - LA PRIANT ETRE EN VOTRE FAVEUR. - VOUS ETES TOUT PRETS AUX CONCESSIONS, - POUR GARANTIR LA PAIX AU YAHU, - CONTRE CAUTION DE VOTRE MAINMISE, - AU PAYS SUR TOUS VOS AUTRES FRERES. - VOUS N,ETES QU,UN ELEMENT ILLEGAL, - SOUMIS AUX ORDRES DE L,ETRANGER,

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    18 h 46, le 17 juin 2024

  • Les voilà qui nous servent le même plat pourri depuis longtemps... ce n'est en aucun cas l'unité du Liban ni même la présence d'un état digne de ce nom qu'il essaye de nous vendre, il nous vend du mensonge et de la propagande depuis toujours afin que l'Iran s'enrichisse d'une province. Ils veulent nous imposer leur vision du Liban, nous avons vu ce que le mandat précédent à donné ... ils peuvent duper leur base.

    Zeidan

    17 h 20, le 17 juin 2024

  • Etre opposé à leur vision du pays, à leur idéologie, à leur mainmise sur le pouvoir, à leur arrogance ...Pour ces gens si qq1 n'est pas d'accord avec eux : il est obligatoirement agent sioniste, agent impérialiste, etc.Pour rappel: Un agent à la solde de X ne va pas clamer son opposition au hezbollah. Au contraire, il va se fondre dans la masse des chiites, du hezbollah pour ne pas se faire repérer. D'ailleurs, quasi tous les "agents" les "espions" arrêtés : sont chiites, palestiniens et vivant dans les régions du hezbollah. Mais bon avec des fanatiques pareils allez leur faire comprendre :)

    LE FRANCOPHONE

    17 h 05, le 17 juin 2024

  • Respectez la constitution et la présidentielle est terminé dans la journée! Ni les américains ni les Iraniens n'auront un mot a dire! Contrairement a vous nous ne faisons partie que de l'axe Libanais neutre, souverain et indépendant. Le consensus n'a rien a faire avec les élections mais avec le changement du système politique tel l'accord de 1943, de Taef ou de Doha. Les élections restes des élections. Le seul s’étant trompé de choix stratégique es t le Hezbollah. J’espère que ce monsieur s'est débrouillé un appart a Téhéran, il va bientôt en avoir besoin.

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    16 h 53, le 17 juin 2024

Retour en haut