Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Conflit Israël-Hamas

En Cisjordanie occupée, un chemin vers l'école truffé d'embûches et de peurs

L'année scolaire, qui s'est achevée mercredi, a viré « au cauchemar », selon l'Unicef, avec 27,5% des élèves en élémentaire qui ne se sentent pas en sécurité à l'école, selon une étude de l'Unrwa.

En Cisjordanie occupée, un chemin vers l'école truffé d'embûches et de peurs

Des écoliers palestiniens se tiennent dans la cour d'une école dans le village d'Urif en Cisjordanie, au sud de la ville de Naplouse, le 23 mai 2024. Photo AFP/JAAFAR ASHTIYEH

Aller au lycée d'Ourif en Cisjordanie, c'est comme "entrer en prison", assure son directeur adjoint. Au-dessus du mur d'enceinte et sa peinture de Schtroumpf au bleu fané, des grillages rouillés, et, avec en arrière-plan la colonie israélienne de Yitzhar, la "peur d'être attaqué".

"On est en permanence en train de circuler parmi les élèves pour leur donner des instructions", leur dire "de venir à l'école groupés et pas tout seul parce que les attaques des colons ont lieu parfois à l'aube, parfois vers 18H00", décrit Mazin Chéhadeh, directeur adjoint du lycée public de cette localité palestinienne à quelques kilomètres au sud de la grande ville de Naplouse.

"Tous les jours, nous inspectons les abords de l'école par peur qu'il y ait des engins explosifs", ajoute-t-il, comme ce jour où il y avait "une bombe attachée à un fil entre les arbres".

Lire aussi

Une journaliste palestinienne montre la fragilité et la ténacité de la vie sous l’occupation

Alors que les yeux sont rivés sur la bande de Gaza, dévastée par la guerre déclenchée par l'attaque du Hamas le 7 octobre contre Israël, la situation se détériore en Cisjordanie.

Dans ce territoire occupé par Israël depuis 1967, quelque 490.000 Israéliens vivent dans des colonies que l'ONU juge illégales au regard du droit international, au milieu de trois millions de Palestiniens. Ces derniers composent depuis longtemps avec les restrictions de mouvement. Mais la multiplication des barrages et points de sécurité les ont exacerbées depuis la guerre à Gaza, compliquant davantage le trajet vers l'école.  

Depuis le 7 octobre, 519 Palestiniens ont été tués en Cisjordanie par des soldats ou colons israéliens, selon l'Autorité palestinienne. Dans le même temps, au moins 12 Israéliens ont été tués dans des attaques ou attentats perpétrés par des Palestiniens, selon les autorités israéliennes.

"Cauchemar"

Dans le bureau de M. Chéhadeh, du carrelage noirci par les flammes, stigmate selon lui d'un incendie d'origine criminelle. Sur le toit, des panneaux solaires brisés.

Seul un chemin serpentant à travers la colline sépare Yitzhar du village d'Ourif, projeté sur le devant de l'actualité en juin 2023 lorsque deux de ses habitants, membres de la branche armée du Hamas, ont tué quatre Israéliens dans une attaque contre une station-service d'une colonie plus au sud.

Lire aussi

Mis au pied du mur, Netanyahu face à la frustration de son cabinet de guerre

Dans la cour du lycée, Qaïs, élève de 15 ans, raconte qu'"au moindre bruit, au moindre coup de feu ou à la moindre explosion près de la ville, on se dit que l'armée (israélienne) ou les colons ont attaqué l'école". "Parfois l'armée nous harcèle, nous envoie des bombes lacrymogènes et des bombes assourdissantes et nous empêche d'aller à l'école", abonde Omar, 12 ans.

L'année scolaire, qui s'est achevée mercredi, a viré "au cauchemar", selon l'Unicef, avec 27,5% des élèves en élémentaire qui ne se sentent pas en sécurité à l'école, selon une étude de l'Unrwa, l'agence onusienne pour les réfugiés palestiniens.

Entre le 7 octobre et le 7 mai, 60 élèves mineurs ont été tués, 345 blessés, et 68 écoles visées par des actes de vandalisme, selon le ministère de l'Education palestinien, qui recense 125 élèves détenus. Interrogée sur ces arrestations, l'armée israélienne précise qu'elles s'inscrivent dans ses "activités antiterroristes".

Ce bilan s'est alourdi avec la mort d'un collégien de 15 ans qui évacuait son école à vélo quand une balle l'a fauché le 21 mai lors d'un raid militaire israélien ayant entraîné d'intenses combats avec des groupes armés palestiniens à Jénine (nord de la Cisjordanie).

Décrochage

A Ourif, en raison d'attaques répétées de colons, les responsables du lycée expliquent avoir rajouté des barbelés sur les clôtures, et une toile à l'entrée contre les jets de pierres qui a coûté l'équivalent de 62.500 euros. Dans les classes, les lourds rideaux pourpres sont tirés sur les fenêtres barrées d'un double grillage, et des simulations d'évacuation régulièrement menées. 

Les élèves ont l'impression d'être "piégés", d'"entrer dans une prison", ce qui "affecte leur état psychologique et leurs résultats scolaires", dit M. Chéhadeh selon qui "la plupart des élèves travailleurs et brillants" sont partis. D'autres ont abandonné pour aider les parents privés de revenus depuis que la frontière avec Israël leur est fermée.

Ceux qui restent n'ont eu que trois jours par semaine à l'école, le reste se passant à distance sous l'effet combiné de l'insécurité et des finances de l'Autorité palestinienne qui ne permettent pas le versement de salaires complets aux enseignants.

Or, tous les élèves n'ont pas d'appareil ni de connexion internet suffisants pour étudier correctement, relève Refat Sabbah, fondateur de l'ONG Teacher Creativity Center, inquiet que dans les béances d'une éducation entravée ne s'immiscent "les voix de la radicalisation".

Alors que les vacances d'été débutent jeudi, pour trois mois, "la vraie question est de savoir quelle alternative est offerte à ces enfants qui restent dans la rue et continuent à être témoins de ce type de violence", s'interrogeait fin mai le patron de l'Unrwa, Philippe Lazzarini. 

Aller au lycée d'Ourif en Cisjordanie, c'est comme "entrer en prison", assure son directeur adjoint. Au-dessus du mur d'enceinte et sa peinture de Schtroumpf au bleu fané, des grillages rouillés, et, avec en arrière-plan la colonie israélienne de Yitzhar, la "peur d'être attaqué".

"On est en permanence en train de circuler parmi les élèves...
commentaires (1)

Et cela va continuer, sous le regard bienveillant des pays occidentaux, avec le soutien délétère de prétendus "philosophes" comme BHL ou la Badinter qui font croire aux imbéciles comme eux qu'il n'y a ni apartheid, ni spoliation, ni extermination en Palestine.

Politiquement incorrect(e)

18 h 30, le 30 mai 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Et cela va continuer, sous le regard bienveillant des pays occidentaux, avec le soutien délétère de prétendus "philosophes" comme BHL ou la Badinter qui font croire aux imbéciles comme eux qu'il n'y a ni apartheid, ni spoliation, ni extermination en Palestine.

    Politiquement incorrect(e)

    18 h 30, le 30 mai 2024

Retour en haut