Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Guerre à Gaza

L'image d'une Palestinienne avec sa nièce décédée remporte le World Press Photo

La photo a été prise à Khan Younès dix jours après le début du conflit, par un photographe de Reuters.

La Palestinienne Inas Abou Maamar, 36 ans, embrassant le corps de sa nièce Saly, âgée de 5 ans, tuée lors d'une frappe israélienne, à l'hôpital Nasser de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 17 octobre 2023. Mohammed Salem a remporté le prix de la photo de presse mondiale de l'année 2024 pour cette image. Photo REUTERS/ Mohammad Salem

L'image poignante d’une Palestinienne endeuillée tenant dans ses bras sa petite nièce, tuée lors d’une frappe israélienne dans la bande de Gaza déchirée par la guerre, a remporté jeudi le premier prix du World Press Photo. Le cliché de Mohammad Salem, photographe de l'agence Reuters, montre Inas Abou Maamar berçant le corps de sa nièce de cinq ans, Saly, tuée avec sa mère et sa sœur par un missile qui a frappé leur maison à Khan Younès en octobre.

Lire aussi

La femme et l'enfant dans le linceul, à Gaza : une image et son histoire

Le photographe se trouvait à l'hôpital Nasser de Khan Younès le 17 octobre lorsqu'il a vu à la morgue Inas Abou Maamar, 36 ans, en larmes, tenant fermement dans ses bras le corps de la petite fille enveloppé dans un tissu blanc. La photo a été prise 10 jours après le début du conflit, déclenché par une attaque sans précédent du Hamas contre Israël.

"C'était un moment puissant et triste et j'ai senti que l'image résumait au sens large ce qui se passait dans la bande de Gaza", a déclaré M. Salem, cité dans un communiqué du World Press Photo, prestigieux concours de photojournalisme. "C'est une image vraiment profondément touchante", a affirmé Fiona Shields, présidente du jury. "Une fois que vous l'avez vue, elle reste en quelque sorte gravé dans votre esprit". L'image est "comme une sorte de message littéral et métaphorique sur l'horreur et la futilité du conflit" et représente "un argument incroyablement puissant en faveur de la paix", a-t-elle ajouté.

Autres prix

La Sud-Africaine Lee-Ann Olwage, en tournage pour le magazine GEO, a remporté le prix "Histoire de l'année" avec son portrait intime d'une famille malgache vivant avec un parent âgé souffrant de démence. "Cette histoire aborde un problème de santé universel à travers le prisme de la famille et des soins", ont déclaré les juges. "La série d'images est composée avec chaleur et tendresse, rappelant au public l'amour et l'intimité nécessaires en période de guerre et d'agression dans le monde entier", ont-ils ajouté.

Le photographe vénézuélien Alejandro Cegarra a remporté le prix du projet "long terme" avec ses images monochromes de migrants et de demandeurs d'asile tentant de traverser la frontière sud du Mexique, prises pour le New York Times/Bloomberg. Ayant lui même une expérience de migrant, M. Cegarra "a offert une perspective sensible centrée sur l'humain", mettant en avant la résilience des migrants, selon le jury.

Dans la catégorie "format ouvert", l'Ukrainienne Julia Kochetova a gagné avec son site Internet qui "associe le photojournalisme au style documentaire personnel d'un journal intime pour montrer au monde ce que signifie vivre avec la guerre comme réalité quotidienne".

Les photos primées en 2024 ont été sélectionnées parmi 61.062 candidatures présentées par 3.851 photographes de 130 pays. Les photos sont exposées dans l'église Nieuwe Kerk d'Amsterdam jusqu'au 14 juillet.

L'image poignante d’une Palestinienne endeuillée tenant dans ses bras sa petite nièce, tuée lors d’une frappe israélienne dans la bande de Gaza déchirée par la guerre, a remporté jeudi le premier prix du World Press Photo. Le cliché de Mohammad Salem, photographe de l'agence Reuters, montre Inas Abou Maamar berçant le corps de sa nièce de cinq ans, Saly, tuée...
commentaires (3)

Remettre un prix pour la photo d'une personne décédée?Je ne sais pas pour vous mais cela me choque . La mort faisant l'objet d'un prix?. Au delà de l'aspect voulu, cad montrer la misère, l'injustice, la guerre etc. ce qui est louable , si cela fait réfléchir certains .Cependant, le photographe qui recevra ce prix dira quoi? Youpiie j'ai eu un prix pour cette photo?? Je le vois mal afficher son prix fièrement au détriment de la vie des autres (oui ce n'est pas sa faute certes,ce n'est pas le premier aussi à avoir pris une photo de la misère du monde. Mais remporter un prix là dessus? C Normal

LE FRANCOPHONE

15 h 49, le 18 avril 2024

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Remettre un prix pour la photo d'une personne décédée?Je ne sais pas pour vous mais cela me choque . La mort faisant l'objet d'un prix?. Au delà de l'aspect voulu, cad montrer la misère, l'injustice, la guerre etc. ce qui est louable , si cela fait réfléchir certains .Cependant, le photographe qui recevra ce prix dira quoi? Youpiie j'ai eu un prix pour cette photo?? Je le vois mal afficher son prix fièrement au détriment de la vie des autres (oui ce n'est pas sa faute certes,ce n'est pas le premier aussi à avoir pris une photo de la misère du monde. Mais remporter un prix là dessus? C Normal

    LE FRANCOPHONE

    15 h 49, le 18 avril 2024

  • STOP THIS DAMN WAR!!!!! MICHEL SHAMI

    Nayla SHAMI

    14 h 13, le 18 avril 2024

  • des 1ers prix sur des guerres ...sanglantes. ouf...que le monde est commercial.

    Marie Claude

    14 h 10, le 18 avril 2024

Retour en haut