Rechercher
Rechercher

Politique - Liban-Sud

Les civils paient un lourd tribut : une femme et une fillette tuées dans une frappe à Majdel Zoun

Beyrouth accuse Tel-Aviv de violer la résolution 1701 de l’ONU.

Les civils paient un lourd tribut : une femme et une fillette tuées dans une frappe à Majdel Zoun

Une maison détruite par un raid israélien sur le village de Ghajar, au Liban-Sud, le 21 février 2024. Rabih Daher/AFP

Une femme et une fillette ont été tuées mercredi dans une frappe israélienne au Liban-Sud, à laquelle le Hezbollah a répondu par des tirs de roquette sur le nord d’Israël. Depuis l’attaque sans précédent du Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre, qui a déclenché la guerre à Gaza, le Hezbollah, solidaire du mouvement islamiste palestinien, échange régulièrement des tirs meurtriers avec l’armée israélienne à la frontière sud. Mais ces derniers jours, l’escalade va de plus en plus crescendo. Alors que les échanges de tirs sont habituellement concentrés de part et d’autre à quelques kilomètres de la frontière, plusieurs frappes israéliennes ont frappé le Liban en profondeur, augmentant un peu plus le risque de voir les hostilités se muer en guerre généralisée.Khadija Salmane a été tuée à Majdel Zoun, et sa fille a été grièvement blessée quand les avions de combat israéliens ont ciblé le village. Une autre petite fille, Amal Hussein el-Dorr, qui avait été grièvement blessée dans la frappe et était hospitalisée est décédée, a indiqué plus tard une source médicale à L’Orient-Le Jour. Selon des informations de l’hôpital et de ses proches, la fillette avait été blessée par des éclats de verre dans une maison proche de la frappe. Selon des secouristes, plusieurs blessés ont été évacués vers des hôpitaux de la région. Dans la soirée, le Hezbollah a dit avoir tiré plusieurs roquettes sur le kibboutz de Matzuva, proche de la frontière, « en réponse aux agressions israéliennes contre des villages et des habitations civiles, notamment celles contre les civils à Majdel Zoun ». La formation chiite a également revendiqué 11 autres opérations contre des positions militaires israéliennes frontalières.

Suivez notre couverture en direct

Israël approuve l'envoi de négociateurs à Paris pour des pourparlers de paix : Jour 139 de la guerre de Gaza

Son chef, Hassan Nasrallah, avait promis la semaine dernière de faire payer à Israël « par le sang » le prix des civils tués au Liban, quelques jours après que sept membres d’une même famille, mais aussi une femme et deux enfants ont été tués dans des raids sur Nabatiyé et Souané. Lundi, deux frappes israéliennes ont visé la localité de Ghaziyeh, à une trentaine de kilomètres de la frontière, faisant 14 blessés, l’armée israélienne disant avoir visé des « dépôts d’armes du Hezbollah ».

« L’armée israélienne l’emporte et le Hezbollah perd »

Le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a dans ce cadre déclaré mardi soir, lors d’une visite sur une base aérienne du nord d’Israël, que « les équations » de Hassan Nasrallah sont en train de « s’effondrer ». « Les équations que le Hezbollah pensait avoir créées s’effondrent lorsque l’armée de l’air et l’armée israélienne décident d’attaquer Damas, Beyrouth, Saïda, Nabatiyé, partout..., a déclaré M. Gallant. Chaque jour, l’armée israélienne l’emporte et le Hezbollah perd. » La visite de M. Gallant avait lieu sur la base « Sky Dew », dans laquelle se trouve un ballon de détection de missiles géant.

Au Liban, le ministre sortant de l’Intérieur, Bassam Maoulaoui, a condamné les attaques israéliennes, à l’issue d’une réunion sur la sécurité qui s’est tenue à Saïda. Il a exprimé le « soutien total du gouvernement à la population du sud », soulignant sa « résistance face à l’agression israélienne ». Au cours de la réunion consacrée aux dossiers sécuritaires à laquelle participaient le gouverneur, les responsables de la sécurité et le maire de Saïda, le ministre Maoulaoui a aussi affirmé « sa solidarité avec les habitants innocents du Sud et leur détermination à défendre leur terre ». Il a enfin souligné « l’engagement du gouvernement libanais à aider les personnes déplacées par les attaques, en étroite collaboration avec l’armée libanaise et les agences de sécurité », sans fournir d’autres informations.

Sur un autre plan, la mission du Liban auprès des Nations unies a publié une déclaration, mercredi, en réponse aux menaces du représentant israélien concernant l’utilisation potentielle de la force pour mettre en œuvre la résolution 1701 du Conseil de sécurité dans les semaines à venir, insistant sur le fait que c’est Israël qui viole cette résolution. Le porte-parole officiel du gouvernement israélien, Eylon Levy, a déclaré mardi que son pays réitérait « l’avertissement selon lequel le Hezbollah devait reculer », faute de quoi, l’armée israélienne se retrouverait « obligée de le repousser ». M. Levy avait ajouté qu’il était préférable que les hostilités se terminent « dans le contexte d’un cadre diplomatique conformément à la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui rend illégale la présence (du Hezbollah) au sud de la rivière Litani ». Dans sa réponse à ces propos, la mission libanaise a souligné que l’État hébreu « viole constamment la résolution 1701 depuis 2006, avec des violations terrestres, maritimes et aériennes documentées, dépassant les 30 000 incidents ». Elle a aussi condamné les attaques quotidiennes d’Israël contre des villages du Liban-Sud, qui entraînent la mort de civils, des déplacements de population et l’utilisation d’armes interdites.

Une femme et une fillette ont été tuées mercredi dans une frappe israélienne au Liban-Sud, à laquelle le Hezbollah a répondu par des tirs de roquette sur le nord d’Israël. Depuis l’attaque sans précédent du Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre, qui a déclenché la guerre à Gaza, le Hezbollah, solidaire du mouvement islamiste palestinien, échange régulièrement des tirs...

commentaires (1)

Encore des malheureux civils victimes du Hezbollah par Tsahal interposé, et avec la complicité du pouvoir libanais. "Le ministre sortant de l’Intérieur, Bassam Maoulaoui, a condamné les attaques israéliennes", ce qui n’est que du baratin s’il ne condamne pas, en même temps, les attaques du Hezbollah qui les ont provoquées.

Yves Prevost

07 h 13, le 22 février 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Encore des malheureux civils victimes du Hezbollah par Tsahal interposé, et avec la complicité du pouvoir libanais. "Le ministre sortant de l’Intérieur, Bassam Maoulaoui, a condamné les attaques israéliennes", ce qui n’est que du baratin s’il ne condamne pas, en même temps, les attaques du Hezbollah qui les ont provoquées.

    Yves Prevost

    07 h 13, le 22 février 2024

Retour en haut