Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Guerre Israël-Hamas

Pas de transactions inhabituelles avant l'attaque du Hamas du 7 octobre, affirme la bourse de Tel-Aviv

Selon la TASE, les chercheurs américains ont fait une erreur de calcul.

Pas de transactions inhabituelles avant l'attaque du Hamas du 7 octobre, affirme la bourse de Tel-Aviv

Des hommes passent devant un écran à la bourse de Tel Aviv, en Israël, le 4 novembre 2020. REUTERS/Amir Cohen/File Photo

La Bourse de Tel-Aviv a annoncé mardi qu'un rapport de chercheurs américains suggérant qu'il y avait des investisseurs en Israël qui auraient pu profiter d'une connaissance préalable de l'attaque du Hamas du 7 octobre était inexact et que sa publication était irresponsable.

Les recherches menées par les professeurs de droit Robert Jackson Jr, de l'université de New York, et Joshua Mitts, de l'université de Columbia, ont mis en évidence d'importantes ventes à découvert d'actions - lorsque les investisseurs parient sur une baisse du prix des actions - avant les attaques, qui ont déclenché la guerre qu'Israël mène actuellement contre le Hamas. Selon eux, cette activité « dépasse les ventes à découvert qui ont eu lieu pendant de nombreuses autres périodes de crise », telles que la crise financière de 2008 et le COVID-19. Ils ont écrit que pour Leumi, la plus grande banque israélienne, 4,43 millions d'actions vendues à découvert entre le 14 septembre et le 5 octobre ont généré des profits de 3,2 milliards de shekels (859 millions de dollars).

Lire aussi

Face à la guerre, combien de temps peut encore tenir l’économie israélienne ?

Mais la Bourse de Tel Aviv (TASE) a déclaré que les auteurs avaient fait une erreur de calcul, car les prix des actions sont cotés en agorot, qui sont similaires aux « cents » et aux « pence », plutôt qu'en shekels - ce qui place le profit potentiel de la vente à découvert à seulement 32 millions de shekels.

Yaniv Pagot, responsable des transactions à la bourse, a déclaré qu'en examinant l'intérêt à court terme pour Leumi, il y a eu une augmentation de quelque 4,5 millions d'actions au cours de la semaine se terminant le 21 septembre et qu'elle est restée stable par la suite. « Je ne vois pas dans les données quelque chose de proche de ce qu'ils ont écrit dans l'article », a déclaré M. Pagot à Reuters, ajoutant que les chercheurs n'avaient pas parlé au TASE ou à ses membres. « Il n'y avait rien d'inhabituel dans les positions courtes de la bourse dans les deux mois précédant l'attaque.

M. Mitts a déclaré à Reuters par courrier électronique que le rapport de 67 pages avait été corrigé, mais que la question des devises n'affectait pas l'activité « très inhabituelle » des fonds négociés en bourse (ETF) et des options à court terme, également identifiée par les chercheurs. Leur rapport indique que « l'intérêt à court terme pour le MSCI Israel Exchange Traded Fund (ETF) a soudainement et significativement augmenté » le 2 octobre, sur la base des données de l'Autorité de régulation de l'industrie financière (FINRA).

Lire aussi

La guerre entre Israël et le Hamas plombe le tourisme au Proche-Orient

M. Pagot a déclaré qu'il ne comprenait pas « la théorie sur les ETF ». Il a également déclaré que la position courte sur Leumi avait été prise par une banque israélienne non identifiée et connue du TASE. « Nous savons que leur conformité est très stricte, il est donc peu probable qu'une telle position provenant d'une organisation terroriste puisse passer à travers la conformité de ce membre pour le blanchiment d'argent ou quelque chose comme ça », a-t-il dit, faisant référence aux spéculations des médias selon lesquelles le Hamas lui-même était derrière la vente à découvert.

L'autorité israélienne de régulation des marchés financiers a déclaré qu'elle était au courant du rapport depuis une semaine et qu'elle était en contact avec les chercheurs, mais elle s'est refusée à tout commentaire pendant qu'elle examinait la réfutation du TASE.


(Cet article est une traduction d'une dépêche de l'agence Reuters.)

La Bourse de Tel-Aviv a annoncé mardi qu'un rapport de chercheurs américains suggérant qu'il y avait des investisseurs en Israël qui auraient pu profiter d'une connaissance préalable de l'attaque du Hamas du 7 octobre était inexact et que sa publication était irresponsable.Les recherches menées par les professeurs de droit Robert Jackson Jr, de l'université de New York, et Joshua Mitts,...

commentaires (1)

Les professeurs de droit Robert Jackson Jr, de l'université de New York, et Joshua Mitts, de l'université de Columbia, ainsi que tous ces universitaires qui ont participé à l’étude, ne sauraient donc pas faire la différence entre des shekels et des agorots? Hahaha! La TASE nous prend vraiment pour des demeurés…

Gros Gnon

09 h 03, le 06 décembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Les professeurs de droit Robert Jackson Jr, de l'université de New York, et Joshua Mitts, de l'université de Columbia, ainsi que tous ces universitaires qui ont participé à l’étude, ne sauraient donc pas faire la différence entre des shekels et des agorots? Hahaha! La TASE nous prend vraiment pour des demeurés…

    Gros Gnon

    09 h 03, le 06 décembre 2023

Retour en haut