Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Le remède à l’oubli

Ce titre accrocheur n’est autre que le nom d’un nouveau film polonais qui fait un buzz « netflixien » et en streaming en ce moment sous la version anglaise Forgotten Love.

C’est tout de même 2h20 de tournage, mais comme les paysages sont un réel enchantement, les personnages attachants et affirmés, les acteurs habiles et doués, l’action bien menée et solidement cousue, vous ne sentez pas le temps passer et en demandez encore plus !

Depuis le générique qui s’ouvre sur un chirurgien de renom en train de raccommoder le cœur en chiffon de la poupée de sa fille qui lui éponge les gouttelettes de la sueur de son front, vous êtes d’emblée conquis et sous le charme de ce film-passion !

Il faut dire que ce récit, tiré du roman polonais Znachor, tient ses promesses. Un peu suspendue et comme hors du temps, l’histoire raconte la vie de Rafal Wilczur, alias Antoni Kosiba, chirurgien autrefois très respecté, amené par la suite à perdre sa famille et tomber plus loin dans l’amnésie. Lorsque la mémoire disparaît, les fioritures de la nature humaine et les contraintes sociales s’effacent pour nous rendre notre liberté. Ainsi, nous pouvons observer un médecin émérite oubliant son statut social et tomber amoureux d’une meunière simple, mais dévouée.

Jalonnée de tristes péripéties, la vie du héros, pétrie d’un altruisme communicatif, d’un don de soi et de bonnes actions, va finir par triompher en un merveilleux message de magnanimité, de justice et d’équité, doublé d’un rappel au serment d’Hippocrate de nos temps un peu oublié, avec en apothéose un « happy ending » un peu trop hollywoodien à mon goût.

Somme toute, hormis ce message de grande humanité, Le remède à l’oubli s’affranchit de toute endogamie pour célébrer un amour libre et infini, et où, comme l’a dit jadis le nouvelliste Pirandello, cet héros apaisant rencontrera sur son passage des millions de masques, mais très peu de visages...

À voir à tout prix. Émotions garanties. Une parenthèse largement méritée par ces temps où le monde s’entre-tue à corps perdu, chargée de haute sentimentalité, où le grand public, et notamment chaque personne ayant en famille ou pour proche un médecin ou un philanthrope confirmé, sentira ses larmes monter et revivra, par ce bel hymne à l’humanité, de délicieux apartés !

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « Courrier » n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, « L’Orient-Le Jour » offre à ses lecteurs l’opportunité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur divers sujets, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires, ni injurieux, ni racistes.

Ce titre accrocheur n’est autre que le nom d’un nouveau film polonais qui fait un buzz « netflixien » et en streaming en ce moment sous la version anglaise Forgotten Love.C’est tout de même 2h20 de tournage, mais comme les paysages sont un réel enchantement, les personnages attachants et affirmés, les acteurs habiles et doués, l’action bien menée et solidement cousue,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut