Rechercher
Rechercher

Politique - Vide à la tête de l’armée

Raï accentue l’isolement chrétien de Bassil

Le patriarche maronite donne son feu vert à la prorogation du mandat de Joseph Aoun, se rangeant ainsi aux côtés des FL et des Kataëb, face au tandem Marada-CPL.

Raï accentue l’isolement chrétien de Bassil

Le commandant en chef de l’armée, Joseph Aoun, s’entretenant avec le patriarche maronite, Béchara Raï, à Bkerké, le 5 novembre 2023. Photo tirée du compte X du patriarcat maronite

Béchara Raï a choisi son camp. « Il est honteux d’entendre des propos qui évoquent le fait de faire tomber le commandant en chef de l’armée durant la période la plus critique de l’histoire du Liban », a-t-il tonné dans son homélie dimanche dernier, un peu plus de deux mois avant la date du départ à la retraite du chef de la troupe, Joseph Aoun, le 10 janvier prochain.

Lundi, le prélat est revenu à la charge. « Il faut protéger l’armée et ne pas toucher à son commandement jusqu’à l’élection d’un nouveau président de la République », a-t-il répété à l’ouverture d’une session du Conseil des patriarches et évêques catholiques. À travers ces propos, le chef de l’Église maronite se range officiellement parmi ceux qui veulent épargner à l’institution militaire l’éventualité d’un vide à sa tête. Cela d’autant plus que le Liban risque d’être emporté dans la guerre opposant depuis le 7 octobre Israël au Hamas, soutenu par le Hezbollah. 

De toute évidence, ces prises de position de Mgr Raï constituent un feu vert à une prorogation du mandat de Joseph Aoun, tranchant ainsi le débat qui secoue la scène politique depuis plusieurs semaines. De quoi irriter le leader du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, dont l’isolement politique sur la scène chrétienne devient de plus en plus évident. Car le député de Batroun semble prêt à tout pour se débarrasser de Joseph Aoun, à qui il veut barrer la voie de la présidence de la République, à l’heure où le patron de la troupe est perçu par la communauté internationale comme étant le plus apte à faire l’objet d’un consensus. « À compter du moment où il prend sa retraite, il ne sera plus un présidentiable », affirme Nagi Hayek, un des vice-présidents du CPL. Un objectif sur lequel il converge uniquement avec le leader des Marada, Sleiman Frangié, candidat à la magistrature suprême soutenu par le Hezbollah. Sauf que contrairement à ce qu’auraient espéré ces deux leaders maronites rivaux, cela pourrait ne pas suffire pour tourner la page Joseph Aoun. 

« Sauf pour ce qui est de Joseph Aoun »
La question du sort du commandant de l’armée était, entre autres, au menu d’une réunion tenue samedi soir entre Gebran Bassil et Mgr Raï. Contacté par L’Orient-Le Jour, le porte-parole de Bkerké, Walid Ghayad, se contente de faire savoir que « les discussions ont porté sur la nécessité d’élire un nouveau chef de l’État, et de resserrer les rangs des Libanais à la lumière des événements que nous vivons ». Mais dans les milieux politiques, on apporte une version un peu plus pimentée. « La réunion s’est tenue dans une atmosphère positive, sauf pour ce qui est de l’affaire Joseph Aoun », confie un ancien député aouniste qui a souhaité garder l’anonymat. « Mgr Raï a demandé à Gebran Bassil de ne pas risquer un vide inopportun à la tête de l’armée en ces temps de guerre. Mais ce dernier s’en est tenu à sa position : aucun fonctionnaire ne devrait être maintenu à son poste contrairement aux textes de loi en vigueur », souligne Nagi Hayek.

Lire aussi

Vide à la tête de l’armée : la démarche FL tuée dans l’œuf

Le leader du courant aouniste a devancé l’homélie du patriarche maronite pour tacler implicitement Joseph Aoun. « Toute décision qui irait à l’encontre du pacte national et de la Constitution serait un coup porté au partenariat (entre les différentes confessions, NDLR) », a écrit le chef du CPL sur son compte X. Joseph Aoun a ensuite été convié à Bkerké dimanche après-midi. De sources concordantes, on apprend que le chef de l’Église maronite a informé le général Aoun de la teneur de la réunion avec Gebran Bassil, et assuré qu’il poursuivra ses contacts avec le président de la Chambre, Nabih Berry, et le Premier ministre sortant, Nagib Mikati, pour éviter le vide à ce poste prestigieux réservé aux maronites. 

Un précieux cadeau

De leur côté, les aounistes doutent que ces contacts puissent porter leurs fruits. « Le patriarche Raï a longtemps mis en garde contre le vide à la tête de la Banque du Liban (également réservée aux maronites, NDLR) et on lui a fait la sourde oreille », rappelle Nagi Hayek. Fin juillet, l’Église avait plaidé pour une extension du mandat de l’ex-gouverneur de la banque centrale, Riad Salamé, sans succès. Ce dernier a finalement été remplacé par son second, Wassim Manssouri (chiite), qui assure l’intérim depuis. Mais dans le cas de l’armée, la situation est plus compliquée, puisque le poste du chef d’état-major (censé assurer l’intérim) est vacant depuis décembre dernier, le cabinet sortant ne parvenant pas à procéder à des nominations pendant la vacance présidentielle. « Il y a plusieurs solutions, à commencer par la nomination de l’officier le plus haut gradé pour prendre la relève, en l’occurrence Pierre Saab », soutient Nagi Hayek.

Lire aussi

Face à Bassil, le feu vert des FL à une prorogation de Joseph Aoun

Une position qui ne semble pas convaincre Béchara Raï, qui préfère octroyer une couverture chrétienne pour maintenir Joseph Aoun à la tête de l’armée. À l’instar du reste des barons chrétiens. La semaine dernière, les Forces libanaises, adversaires chrétiens du CPL, avaient présenté une proposition de loi repoussant à 61 ans (au lieu de 60) le départ à la retraite du chef de la troupe. Cette initiative a peu de chance d’aboutir, s’étant heurtée à l’opposition de Nabih Berry, qui rejette ce qu’il appelle la « législation à la carte », les FL étant prêtes à prendre part à une séance plénière exclusivement consacrée à la question de l’armée. Quant aux Kataëb, ils soutiennent l’idée de proroger le mandat du chef de la troupe par une décision du gouvernement prise sur proposition du ministre de la Défense, la Chambre étant à leurs yeux un collège exclusivement électoral, comme l’a précisé à L’Orient-Le Jour le porte-parole du parti, Patrick Richa. Dès lors, les propos de Mgr Raï deviennent un précieux cadeau à Nagib Mikati, qui ferait pression lui aussi pour le maintien du général Aoun. 

Béchara Raï a choisi son camp. « Il est honteux d’entendre des propos qui évoquent le fait de faire tomber le commandant en chef de l’armée durant la période la plus critique de l’histoire du Liban », a-t-il tonné dans son homélie dimanche dernier, un peu plus de deux mois avant la date du départ à la retraite du chef de la troupe, Joseph Aoun, le 10 janvier prochain. Lundi, ...

commentaires (7)

A quand d’autres problèmes à résoudre?

Mohamed Melhem

06 h 02, le 09 novembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • A quand d’autres problèmes à résoudre?

    Mohamed Melhem

    06 h 02, le 09 novembre 2023

  • Pourquoi il y a une constitution ? C’est le Hezbollah qui fait tout pauvre Liban

    Eleni Caridopoulou

    16 h 11, le 07 novembre 2023

  • "Toute décision qui irait à l’encontre du pacte national et de la Constitution serait un coup porté au partenariat (entre les différentes confessions, NDLR) », a écrit le chef du CPL sur son compte X. Hmmm...et l'entente de Mar-Mkhayel, elle s'inspire de quel article de la Constitution exactement? Et cette fameuse "entente" ne porte-t-elle pas un coup au pacte national, dont l'essence même est la neutralité du Liban dans tout conflit entre l'Occident et l'Orient???

    Georges MELKI

    12 h 22, le 07 novembre 2023

  • Quelle epatante photo de ces 2 marguerites, desole maronites

    Abdallah Barakat

    03 h 46, le 07 novembre 2023

  • Tres importants ces Maronites, des marguerites en gros

    Abdallah Barakat

    03 h 44, le 07 novembre 2023

  • En gros, ils ne servent vraiment a rien, c'est connu, ils vont finir par s'entrelacer, se sourire, partager le meme repas, se partager les gains et rebelotte, c'est vraiment tous les memes c'est drole, genre les memes memes tous. tous dans le meme sac quoi.

    Abdallah Barakat

    03 h 23, le 07 novembre 2023

  • Il fut un temps ou de grands hommes meritaient vraiment, avec fierte, gloire et honneur de porter uniforme et tunique ... Au moins on le sait, on sait tout sur tout le monde.

    Abdallah Barakat

    03 h 20, le 07 novembre 2023

Retour en haut