Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Guerre Hamas/Israël

"Tout n'est que carnage, l'odeur de la mort flotte partout" : le témoignage glaçant d'une Gazaouie

"Qu’attend le monde pour nous sauver ? Et que cherche cette force d'occupation ?" s'indigne Samira Abdel Aleem, militante féministe syndicale palestinienne.

Les dégâts causés par les frappes israéliennes dans le camp de réfugiés de Maghazi, dans le centre de la bande de Gaza, le 5 novembre 2023. Photo Mahmud HAMS / AFP

"Gaza a besoin qu’on la ramène à la vie. Ce qui nous manque, c’est notre café du matin avec la voix de Feyrouz", confie à L'Orient-Le Jour Samira Abdel Aleem, militante féministe syndicale palestinienne vivant à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. "Nous sommes des êtres humains. Nos enfants sont comme vos enfants", poursuit-elle.

Commentaire

Gaza : Demain sera encore une longue journée en enfer

Dans son dernier bilan, le Hamas comptabilisait 10.022 morts, dont 4.104 enfants, dans les bombardements israéliens sur la bande de Gaza depuis le début de la guerre, lancée le 7 octobre après une attaque du mouvement palestinien en Israël.  Côté israélien, plus de 1.400 personnes ont été tuées selon les autorités, majoritairement des civils tués le 7 octobre.

"Crimes odieux" commis "sciemment" par Israël

"Au 31ème jour de guerre, la connexion est restaurée. Nous sommes toujours vivants mais nous n’allons pas bien. L’ennemi fait exprès de couper les communications afin d'avoir la latitude pour commettre ses crimes à Gaza sans que le monde ne soit au courant", poursuit Samira, qui indique que l'armée israélienne frappe "sciemment" des écoles et des hôpitaux. "Ils commettent des crimes odieux dans les camp. Ils ciblent les hôpitaux, les écoles et même les panneaux solaires, pour nous empêcher de recharger nos téléphones portables. Il n’y a plus d’électricité, plus d’eau..."

Des personnes dans les décombres à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Photo envoyée par Samira Abdel Aleem

La militante estime également que l'UNRWA (Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens) a "complètement abandonné les déplacés qui se retrouvent dans les écoles, elle n’assure plus nourriture, ni eau, ni des soins de santé… Les maladies sont en train de se propager, comme la gale, la grippe et des maladies respiratoires", poursuit Samira Abdel Aleem. "Tout n'est que carnage. La famine va se propager. Des gens sont sous les décombres et l’odeur de la mort flotte partout."

"Qu'attend le monde ?"

"Je veux m’adresser à tous les gens libres dans ce monde : regardez Gaza, regardez les enfants…", continue Samira, la gorge nouée. "Les gens meurent ici, les enfants meurent, sans qu’ils ne soient coupables de quoi que ce soit. C’en est assez. Nos enfants ont été tués. Qu’attend le monde pour nous sauver ? Et que cherche cette force d'occupation ?" lance-t-elle.

"Chaque jour est pire que le précédent. Des bombes au phosphore sont utilisées contre les camps, des nouveaux massacres sont perpétrés. Les blessés qui sont hospitalisés chez nous, nous n’avons pas les capacités de les soigner… ni les moyens. Et ce que je vous raconte ne représente même pas 1% de ce que nous vivons", conclut Samira Abdel Aleem.

"Gaza a besoin qu’on la ramène à la vie. Ce qui nous manque, c’est notre café du matin avec la voix de Feyrouz", confie à L'Orient-Le Jour Samira Abdel Aleem, militante féministe syndicale palestinienne vivant à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. "Nous sommes des êtres humains. Nos enfants sont comme vos enfants", poursuit-elle. Commentaire Gaza : Demain sera encore une longue...

commentaires (3)

L,OLJ NE M,AYANT PAS DICTE CE QUE JE DEVAIS ECRIRE, JE N,AI PU COMMENTER.

LA LIBRE EXPRESSION

19 h 02, le 06 novembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • L,OLJ NE M,AYANT PAS DICTE CE QUE JE DEVAIS ECRIRE, JE N,AI PU COMMENTER.

    LA LIBRE EXPRESSION

    19 h 02, le 06 novembre 2023

  • Le porte-parole de l'armée israélienne Jonathan a appelé lundi matin les civils à quitter le nord de Gaza, affirmant: « nous serons moins limités » pour agir. « Nous serons alors en mesure de démanteler le Hamas, bastion après bastion, bataillon après bataillon, jusqu'à ce que NOUS ATTEIGNIONS L OBJECTIF ULTIME QUI EST DEBARRASSER GAZA DU HAMAS... PRIORITE: HAMAS ..PAS LES GENS "PRISIONNIERS

    Z KD

    18 h 38, le 06 novembre 2023

  • Je suis prêt à sacrifier ma vie pour me porter volontaire pour la libération des prisonniers aux mains du Hamas pour un cessez le feu définitif.

    Mohamed Melhem

    15 h 23, le 06 novembre 2023

Retour en haut