Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Éclairage

Hamas et Hezbollah : de rivaux en Syrie à alliés contre Israël

Retour sur les relations tumultueuses entre les deux mouvements de la « résistance ». 

Hamas et Hezbollah : de rivaux en Syrie à alliés contre Israël

Des manifestants portent le logo du Hamas lors d’une manifestation près de l’ambassade de France à Beyrouth, le 31 octobre dernier. Photo Matthieu Karam

Quand l’étincelle de la révolution s’est enflammée dans les capitales du Moyen-Orient lors du printemps arabes de 2011, la Syrie n’y a pas fait exception. Quelques mois après les premières manifestations à Damas et dans d’autres villes du pays, l’organisation palestinienne Hamas, qui était basée dans la capitale syrienne depuis au moins onze ans à cette époque, avait le choix entre se rallier au peuple ou soutenir le régime de Bachar el-Assad. Elle ont opté pour le premier choix et a dès lors quitté la Syrie en 2012, direction le Qatar.

En parallèle, le Hezbollah a, lui, décidé de soutenir le régime syrien en raison de « sa posture avec la “résistance” », explique Mohanad Hage Ali, chercheur et directeur de la communication au Malcolm H. Kerr Carnegie Middle East Center. Présent notamment dans les camps des réfugiés palestiniens en Syrie, le Hamas s’est ainsi retrouvé confronté au Hezbollah, chacun étant d’un côté du front. « Cela a créé un énorme problème pour le Hezbollah et l’Iran, et la relation entre le Hamas et le Hezbollah s’en est vue détériorée. L’Iran a également stoppé de financer le groupe », souligne le chercheur.

Lire aussi

Ce qu’il faut savoir sur le Hamas au Liban

Quelques mois après avoir quitté la Syrie, le chef du bureau politique du Hamas Ismaïl Haniyé a bétonné cette nouvelle tension en déclarant au Caire devant des milliers de personnes rassemblées à la mosquée al-Azhar : « Je salue toutes les nations du printemps arabe et le peuple héroïque de Syrie qui s’efforce d’obtenir la liberté, la démocratie et la réforme (du régime). » Et les fidèles présents de lui répondre : « Ni Hezbollah ni Iran. La révolution syrienne est une révolution arabe. » Le soutien du Hamas à l’opposition au régime syrien a également été annoncée simultanément lors d’un rassemblement dans la bande de Gaza, isolant encore un peu plus Bachar el-Assad dans la région, avec l’Iran et le Hezbollah comme ses seuls principaux alliés.

« Les Arabes nous ont abandonnés »

Les années passant, cependant, il est devenu évident qu’un changement à la tête de la Syrie n’était pas prêt d’aboutir, explique Heiko Wimmen, chef de projet pour l’Irak, la Syrie et le Liban au sein de l’association International Crisis Group (ICG). Le Hamas s’est ainsi retrouvé isolé. Sous la coup d’un nouveau leader, Yahya Sinwar, élu en 2017, l’organisation a alors poussé pour une réconciliation avec le Hezbollah et l’Iran. « Tous les Arabes nous ont abandonnés, alors quelles options avons-nous ? » lui avait alors dit un leader du Hamas, se rappelle Heiko Wimmen.

Lire aussi

Quelles sont les capacités militaires du Hamas ?

Même si le Hamas a maintenu ses quartiers généraux au Qatar, la principale source de financement, d’entraînement, d’équipement et de salaires pour les membres du groupe est venue d’Iran, ajoute-t-il. « L’Iran a toujours été transparent quant à son soutien au Hamas sur différents plans, mais ses fonds principaux allaient à l’entraînement militaire et à l’équipement. L’Iran a enseigné aux membres du Hamas comment fabriquer leurs propres roquettes au sein de la bande de Gaza », affirme Mohanad Hage Ali.

Car la réconciliation incluait Gaza : « Peu importent les capacités que le Hamas s’est construites à Gaza, il le doit beaucoup au soutien iranien en termes de matériel et d’entraînement. Les Iraniens étaient les seuls à soutenir le Hamas dans leur lutte contre Israël. Alors, au final, le groupe n’avait d’autre choix que de se réconcilier avec les Syriens, chose faite en 2019 », détaille-t-il. Cela étant, « tous les membres du Hamas ne sont pas d’accord à propos de cette réconciliation avec l’Iran ».

Le Hezbollah et le Hamas « ont partagé une salle d’opérations »

En 2021, les signes de ce rapprochement sont devenus de plus en plus visibles, notamment quand le Hezbollah a coordonné avec le Hamas l’opération « Saïf el-Qods », lors de laquelle « le Hamas avait tracé les violations d’Israël dans la mosquée al-Aqsa et Cheikh Jarrah à Jérusalem comme ligne rouge », explique Heiko Wimmen. La bataille en question a eu lieu en mai 2021 et s’est dédoublée en « guerre des 11 jours ».

Lire aussi

Hezbollah-Jamaa islamiya : de frères d'armes à alliés politiques ?

Selon Heiko Wimmen, « le Hamas a partagé une salle d’opérations avec le Hezbollah durant cette bataille et ne s’en est pas caché ». Cette fois-ci, alors que l’opération Déluge d’al-Aqsa lancée par le Hamas contre Israël le 7 octobre dernier s’est transformée en une guerre sans merci dans la bande de Gaza, « le Hezbollah coordonne ses attaques à la frontière en solidarité avec Gaza, et cela pourrait indiquer qu’il partage toujours une salle d’opérations avec le Hamas, physiquement ou virtuellement », explique le spécialiste de l’ICG.

Mais pourquoi le Hezbollah et l’Iran seraient-ils intéressés à soutenir le Hamas ? « Le Hamas est un atout évident pour le Hezbollah. Si votre ennemi principal dans la région est Israël et que vous militez pour la cause palestinienne – peu importe à quel point vous êtes sincère sur cette question –, vous avez besoin d’un acteur palestinien pour vous soutenir. Quelles sont les autres options que le Hamas pour le Hezbollah ? » interroge Heiko Wimmen. Les deux groupes ont des raisons stratégiques de rester alliés, renchérit Mohanad Hage Ali, notamment le fait de coordonner leurs attaques contre Israël sur deux fronts séparés.

Cette alliance peut-elle perdurer ? Pour Heiko Wimmen, le Hamas est principalement intéressé par des alliances et des décisions stratégiques. « À n’importe quel moment, il pourrait choisir de prendre une autre décision. Mais quelles sont ses options ? »

Quand l’étincelle de la révolution s’est enflammée dans les capitales du Moyen-Orient lors du printemps arabes de 2011, la Syrie n’y a pas fait exception. Quelques mois après les premières manifestations à Damas et dans d’autres villes du pays, l’organisation palestinienne Hamas, qui était basée dans la capitale syrienne depuis au moins onze ans à cette époque, avait le choix...

commentaires (2)

En d’autres termes, lorsque l’Iran a senti souffler un vent de paix dans la région, il s’est précipité pour l’étouffer dans l’œuf en sacrifiant les premiers intéressés, les palestiniens qui n’aspiraient qu’à vivre enfin en paix, puisqu’ils ne cessent de le répéter sur tous les médias que cette guerre leur a été imposée et qu’ils servent de boucliers comme tous les peuples des autres pays où l’Iran a mis un pied dedans pour servir leurs propres intérêts. Le jour où le monde écoute ce que les citoyens des pays entraînés dans des guerres par des terroristes qui ont usurpé leur pays, il n’y aurait pas de guerre ni de morts mais des assassins derrière les barreaux pour détention d’armes illégales dans des pays démocratiques qu’ils entendent asservir par la terreur. Mais ça c’est une autre paire de manche.

Sissi zayyat

15 h 12, le 06 novembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • En d’autres termes, lorsque l’Iran a senti souffler un vent de paix dans la région, il s’est précipité pour l’étouffer dans l’œuf en sacrifiant les premiers intéressés, les palestiniens qui n’aspiraient qu’à vivre enfin en paix, puisqu’ils ne cessent de le répéter sur tous les médias que cette guerre leur a été imposée et qu’ils servent de boucliers comme tous les peuples des autres pays où l’Iran a mis un pied dedans pour servir leurs propres intérêts. Le jour où le monde écoute ce que les citoyens des pays entraînés dans des guerres par des terroristes qui ont usurpé leur pays, il n’y aurait pas de guerre ni de morts mais des assassins derrière les barreaux pour détention d’armes illégales dans des pays démocratiques qu’ils entendent asservir par la terreur. Mais ça c’est une autre paire de manche.

    Sissi zayyat

    15 h 12, le 06 novembre 2023

  • Ca se résume en cette simple phrase : L'ennemie de mon ennemie est mon ami et l'ennemi de mon ami est mon ennemie ...

    Zeidan

    17 h 02, le 05 novembre 2023

Retour en haut