Rechercher
Rechercher

Culture - Cinéma

Découvrez le meilleur du 7e art européen du 25 septembre au 4 octobre

Le Festival du film européen au Liban, un rendez-vous cinématographique incontournable et un échange entre le public et les professionnels du 7e art, à l’initiative de Metropolis Art Cinema Association, ouvre ses portes le lundi 25 septembre.


Découvrez le meilleur du 7e art européen du 25 septembre au 4 octobre

L'actrice Lourdes Hernandez dans le film "Ramona" d'Andrea Bagney. Photo D.R.

Pour sa 28e édition, le Festival du film européen présente, comme chaque année, durant dix jours consécutifs, une quarantaine de projections provenant d’une vingtaine de pays.  Cette rencontre entre l’Europe et le Liban pour l’amour du septième art est attendue par les cinéphiles locaux depuis plus de 25 ans.

Fidèle à son habitude, le festival mis en place par Metropolis offre une place prépondérante au cinéma contemporain et aux classiques intemporels. Un panorama riche de par sa diversité de langues, de traditions et de cultures. La sélection s’opère avec la collaboration des instituts culturels européens au Liban. Le festival, grâce au partenariat mis en place au fil des ans avec les metteurs en scène et les producteurs européens, établit sa sélection. Cependant, une condition est de rigueur pour le choix des films dont la sortie dans les salles européennes ne doit pas dépasser les trois ans. Cinq lieux ont étés sélectionnés pour la projection. Les salles Galaxy Grand Cinémas, le théâtre Caracalla où aura lieu un ciné-concert, concept intéressant où un film muet est projeté avec, en présentiel, un groupe musical sur scène qui s’occupera d’accompagner le film La petite marchande d’allumettes de Jean Renoir. Cette année, c’est le collectif d’artistes sonores et visuels exploitant les marges de l’art Frequent Defect, avec comme musiciens Joseph Junior Sfeir, Renata Sabella et Patrick Abou Abdallah, qui comblera le vide sonore du film par ses compositions. Seront également projetés certains films dans les jardins de l’ambassade d’Italie, au Beirut Art Center (BAC) ainsi qu’au palais Sursock.

Une riche sélection

La soirée d’ouverture qui aura lieu le lundi soir au palais Sursock verra la projection d’un film espagnol, Ramona, premier long-métrage de sa réalisatrice Andrea Bagney. Il est interprété par Lourdes Hernández, charismatique et photogénique en diable, Bruno Lastra et Francesco Carril. Un long-métrage qui s’est vu décerner le prix du meilleur film au festival de Rome (entre autres) et qui suit l’histoire de Ramona qui, de retour à Madrid avec son petit ami, veut tenter sa chance comme actrice. La veille d’une première audition, elle fait une rencontre pleine de promesses. Elle ne se doute pas que celle-ci va chambouler ses rêves et ses certitudes... Dans un noir et blanc d’autant plus saisissant, le film est ponctué de plans en couleurs flamboyantes.

Le Festival du cinéma européen offre une sélection variée de films, mais programme aussi des rencontres et un ciné-concert. Photo DR

Concernant les films à l’affiche, le festival a réalisé un choix très judicieux et varié selon les pays et les langues. Les films sélectionnés ont tous tantôt reçu des prix des festivals du monde, tantôt bénéficié de critiques favorables. Ils sont chacun à sa façon une valeur ajoutée au palmarès de chaque cinéphile.

Les incontournables

EO est une œuvre polonaise du metteur en scène Skolimowski qui suit un héros exploité de toutes parts, impuissant et avec lequel personne n’essaie plus de dialoguer, et R.M.N, le film roumain de Cristian Mungiu, propose un regard implacable sur le racisme. The quiet girl, film irlandais du réalisateur Colm Bairéad dont on ne peut dévoiler le sujet par crainte de spoiler, est une œuvre magnifique que l’on découvre à travers les yeux d’une jeune fille. Tout est parfait : les images, les prises de vue, les acteurs, la musique, les sons de la campagne, le choix de la langue irlandaise. Un film sensible, subtil et poétique à ne pas rater d’après les grands critiques cinématographique. Quant au film Cria Cuervos de Carlos Saura, il est présenté comme un hommage au grand réalisateur et scénariste espagnol décédé en février 2023 à Madrid.

Trois films italiens seront à l’affiche, dont Nostalgia de Mario Martone qui sera projeté en plein air dans les jardins de l’ambassade italienne. After sun, film britannique de Charlotte Wells, raconte l’histoire de Sophie qui se remémore avec mélancolie les vacances d’été passées avec son père vingt ans auparavant. Le film propose quelque chose qu’on ne voit quasiment jamais dans les films de vacances : un père et sa fille qui ne font rien, si ce n’est aller à la piscine et jouer au billard. Et pour ça, le film est exceptionnel. Il ne fait rien comme les autres.

Autres œuvres à ne pas rater, Eight mountains, un film italien réalisé par Felix Groeningen, et Sick of myself, un film norvégien de Kristoffer Borgli qui se démarque par son étrangeté.

C’est avec un film libanais, Riverbed de Bassam Breche, que le festival clôt cette saison le mercredi 4 octobre. Un film de 80 minutes qui revient sur la vie de Salma (interprétée par Carole Abboud) et de sa fille Thuraya qu’elle retrouve et de leur tentative de préserver, maintenir et reconstruire leurs vies l’une avec l’autre et contre les autres.

Parmi les moments phares de ce festival, la nuit des courts-métrages le samedi 30 septembre, dans une des salles du complexe Galaxy, au cours de laquelle pas moins de 12 films seront projetés. Cette nuit, qui s’inscrit dans la volonté des organisateurs de faire découvrir le travail de jeunes talents libanais, fera participer cette années le public au vote grâce à un système mis au point par la délégation du festival. 

Mais le festival ne propose pas que des films, il met en place une plateforme pour promouvoir la créativité et la liberté d’expression, ce qui permettra les échanges autour de discussions et de débats. On l’aura compris, le festival est un rendez-vous à ne pas manquer.

Festival du film européen du 25 septembre au 4 octobre.

Billets en vente sur place ou sur le site de l’association Metropolis.

Pour plus d’informations : @EUinLebanon

Pour sa 28e édition, le Festival du film européen présente, comme chaque année, durant dix jours consécutifs, une quarantaine de projections provenant d’une vingtaine de pays.  Cette rencontre entre l’Europe et le Liban pour l’amour du septième art est attendue par les cinéphiles locaux depuis plus de 25 ans. Fidèle à son habitude, le festival mis en place par Metropolis offre...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut