Rechercher
Rechercher

Politique - Présidentielle

Bassil : On ne peut pas commencer le mandat par un viol de la Constitution

Le chef du CPL a de nouveau critiqué le dialogue tel que prôné par Nabih Berry, se disant en faveur de « discussions bilatérales ou trilatérales ».

Bassil : On ne peut pas commencer le mandat par un viol de la Constitution

Le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, prononçant un discours à l'occasion de sa reconduction à la tête du parti, le 17 septembre 2023. Photo fournie par le CPL

Le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, a de nouveau critiqué l'initiative du président du Parlement, Nabih Berry, pour sortir de l'impasse présidentielle, à savoir un dialogue de sept jours suivi de « séances électorales ouvertes et successives », le qualifiant de « traditionnel ». Le leader aouniste s'est toutefois montré ouvert à la tenue de « discussions bilatérales ou trilatérales » entre chefs de partis (de premier rang) pour aboutir à l'élection d'un président, dans un Liban sans chef d'État depuis le départ de Michel Aoun en octobre 2022. Il a tenu ces propos lors d'un discours prononcé à l'occasion de sa reconduction pour un troisième mandat à la tête du CPL. 

« Viol de la Constitution »
Lors de sa dernière visite au Liban depuis sa prise de fonction, l'émissaire français pour le Liban Jean-Yves Le Drian a proposé, avec un coup de pouce de l'Arabie saoudite, la tenue de « discussions » politiques ou un « débat » à même de paver la voie à la tenue de l’élection, au lieu d'un dialogue élargi portant sur le nom et le profil du futur chef de l’État comme le souhaite le camp du 8 Mars. Une démarche que Nabih Berry (mais aussi le Hezbollah) tient à considérer comme une bénédiction à sa propre initiative qui consiste en un dialogue de sept jours suivi de « séances électorales ouvertes et successives ». Si l'opposition a catégoriquement rejeté cette offre, le CPL s'était montré dans un premier temps ouvert, tout en réclamant que le maître du perchoir clarifie son initiative, avant de prendre un peu ses distances. Dimanche, Gebran Bassil a franchi un nouveau cap dans son opposition à son ennemi juré.  « Il faut que le président du Parlement s'engage à tenir, après un dialogue limité dans le temps, des séances électorales ouvertes qui conduisent soit à un consensus autour d'un nom, soit à une compétition démocratique entre deux candidats », a-t-il réclamé. Et d'abonder : « Venez à un véritable dialogue, sinon nous n'y participerons pas. Pas un dialogue traditionnel, pas une table ronde avec un président et un présidé ! » Et de proposer en contrepartie « des discussions bilatérales ou trilatérales entre des figures du premier rang ».

Lire aussi

Le Drian III : des idées en suspens... en attendant le quatrième acte

S'il s'est donc montré ouvert à la proposition de l'émissaire français, Gebran Bassil a tout de même critiqué Jean-Yves Le Drian, qui aurait insinué lors de sa tournée la semaine dernière que le commandant de l'armée Joseph Aoun, bête noire du leader aouniste, pourrait être le candidat de compromis idéal pour débloquer la crise. « Si l'Occident veut nous imposer un président, demandez lui au moins qu'il s'engage à alléger le blocus sur le Liban et rapatrier les migrants syriens », a-t-il lancé. Le leader aouniste est ensuite revenu à la charge contre Joseph Aoun. « Que valent les promesses de bâtir un État de droit si on commence le mandat par un viol de la Constitution alors qu'on élit quelqu'un qui doit jurer de la protéger », s'est-il interrogé. Si l'article 43 de la Loi fondamentale interdit aux fonctionnaires de première catégorie d'être élus à la magistrature suprême, cela n'a pas empêché Michel Sleiman, alors chef de la troupe, d'accéder à Baabda en 2008 suite au consensus atteint à Doha, avec l'aval des aounistes, pour éviter au Liban une nouvelle guerre civile. 

« De même pour l'opposition »
Le chef du CPL s'en est également pris au leader des Marada et candidat du Hezbollah, Sleiman Frangié. « Le programme du président est plus important que sa personne, surtout s'il n'a pas de représentativité politique et que nous devons compenser cela par un soutien du Parlement et du peuple », a-t-il affirmé. Une pique contre celui qui ne peut compter au Parlement que sur un député (son fils, Tony Frangié) et trois alliés de circonstances. « Le camp de la moumanaa ne peut pas nous imposer un candidat qui ne nous représente pas, qui ne représente pas notre mentalité, ni nos citoyens », a-t-il lancé. S'il a récemment repris le dialogue avec le Hezbollah après des mois de froid, promettant de soutenir son allié dans le dossier présidentiel en échange de la décentralisation élargie et de la mise sur pied du fond fiduciaire pour la gestion des biens de l'État, Gebran Bassil semble ainsi vouloir garder toutes les cartes en main. Dans la même veine, alors qu'il s'était entendu en juin dernier avec les opposants pour soutenir la candidature de Jihad Azour, ancien ministre des Finances, face à Sleiman Frangié, cela ne l'a pas empêché de critiquer ce camp lors de son discours. « L'opposition ne peut pas imposer à la moumanaa un candidat qui la défie et qui justifie ses craintes », a-t-il souligné, dans une volonté de s'ériger en électron libre entre les deux pôles politiques.

Outre la présidentielle, le chef de file des aounistes a évoqué la reprise des combats la semaine passée dans le camp de réfugiés palestiniens de Aïn el-Héloué. Si le calme semble désormais revenu, de nombreux observateurs craignent que la trêve soit de courte durée et que les affrontements débordent vers la ville voisine de Saïda. « En 1948, nous avons payé le prix de la Nakba palestinienne, nous menant à la guerre en 1975. Nous nous sommes vu imposer l'asile d'opprimés, dont nous continuons de payer le prix aujourd'hui. Est-il permis de payer de nouveau, après 75 ans, le prix de conflits palestiniens dans des camps sur notre sol, nourris de l'extérieur et conduisant à de nouveaux dangers ? » a-t-il martelé.
M. Bassil s'est par ailleurs attardé sur les divergences au sein de son parti, notamment avec le vice-président de la Chambre Élias Bou Saab, membre du CPL, mais qui garde une importante marge de  manœuvre par rapport au directoire, ce qui lui a valu des « sanctions ». « Personne n'est obligé d'être dans un parti. Mais on ne peut se contenter de prendre à son parti, on doit aussi lui donner », a-t-il lancé.

Le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, a de nouveau critiqué l'initiative du président du Parlement, Nabih Berry, pour sortir de l'impasse présidentielle, à savoir un dialogue de sept jours suivi de « séances électorales ouvertes et successives », le qualifiant de « traditionnel ». Le leader aouniste s'est toutefois montré ouvert à la tenue de « discussions...

commentaires (18)

Quand donc l’OLJ lancera une pétition anti GB ?

TrucMuche

11 h 12, le 19 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (18)

  • Quand donc l’OLJ lancera une pétition anti GB ?

    TrucMuche

    11 h 12, le 19 septembre 2023

  • - J,ATTENDS SUR CETTE INEPTIE, - POUR NE PAS DIRE HERESIE, - DU JOURNAL, SANS EXEPTION, - FUT-CE UNE CONDAMNATION.

    C,EST IDIOT CE QUE FAIT LA CENSURE AUJOURD,HUI !

    21 h 09, le 18 septembre 2023

  • - QUAND A L,ORIENT-LE-JOUR, - JE LE DIS AVEC PEINE, - IL LE JOUE CONTRE ET POUR, - POUR SAUVER SON ANTENNE. - QUITTE A VENDRE AVEC AISE - JUSQUES AXIOME ET THESE.

    C,EST IDIOT CE QUE FAIT LA CENSURE AUJOURD,HUI !

    19 h 54, le 18 septembre 2023

  • Le plus grand abus de la Constitution a été perpétré maintes fois pendant le sexennat précédent en collusion entre vous et Aoun, et vos disciples toujours présents au gouvernement démissionnaire,continuent dans l'ambiance des mêmes pratiques d'obstruction .

    Esber

    16 h 14, le 18 septembre 2023

  • GB est contre le viol de la constitution lorsqu'il s'agit des autres. Il n'avait aucun problème lorsque son beau père le faisait en 89-90 et pour devenir lui même Président. S'il était, cependant, le candidat officiel du Hezbollah, il serait passé outre toutes les constitutions du monde.

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    15 h 59, le 18 septembre 2023

  • - LE GENDRIOTE ABOU AYOUB, - NOUS FREDONNE UN AUTRE RAMAGE, - QUAND LEBESS TYEBOU BEL MA2LOUB. - NOUS EXHIBANT SON NEUF PLUMAGE. - MAIS NOUS SAVONS QUE LES CORBEAUX, - MEME S,ILS PEIGNENT LEURS MANTEAUX, - ET CROIENT BRILLER POUR QUELQUES JOURS, - ILS SONT CORBEAUX ET POUR TOUJOURS.

    C,EST IDIOT CE QUE FAIT LA CENSURE AUJOURD,HUI !

    15 h 36, le 18 septembre 2023

  • L'imam de Batroun, De nouveau dans les bras du Hezbollah. Il nous fait croire qu'il est le "sauveur du Liban". Quand c'est sa politique néfaste et égoïste, qui a mené le Liban à sa perte! Il en est Fière ! Hypocrite !

    Marwan Takchi

    15 h 25, le 18 septembre 2023

  • "« discussions bilatérales ou trilatérales » entre chefs de partis (de premier rang)"... bon! Le truc entre parenthèses veut dire quoi exactement ? Le chef d'une milice non-enregistrée au liban? Le chef d'une milice+chef du parlement à vie? Chef d'un parti dont le papa est parti? D'autres millionaires et milliardaires qui se pavannent avec l'argent du peuple... ( etc)... Il y a 128 élus qui doivent faire leur devoir, un point et c'est tout ! Tout le reste n'est que mensonges et roublardise.

    Wlek Sanferlou

    13 h 57, le 18 septembre 2023

  • - LES VIOLATEURS DONNENT LA LECON. - PAS DE VIOL DE LA CONSTITUTION, - DE SEPT JOURS, A TOUS OUVERT SANS MISE, - MAIS RESTREINT AUX CHEFS DE LA MAINMISE. - ET AU VIOL DANS LE TEMPS LIMITE, - ILS PRONENT LE VIOL ILLIMITE, - QUI PAR APPLICATION ET USAGE, - RETIENT PAYS ET PEUPLE EN OTAGE.

    C,EST IDIOT CE QUE FAIT LA CENSURE AUJOURD,HUI !

    12 h 46, le 18 septembre 2023

  • Pourquoi l'OLJ fait-il tant de publicité pour cet homme ??

    TrucMuche

    11 h 57, le 18 septembre 2023

  • Cause toujours tu nous intéresse.

    Sissi zayyat

    10 h 34, le 18 septembre 2023

  • "On ne peut pas commencer le mandat par un viol de la Constitution". Ah bon! Depuis que Berry est au perchoir, on l'a pourtant toujours fait!

    Yves Prevost

    07 h 35, le 18 septembre 2023

  • Vous avez fait un mariage de 'raison' avec les plus grands violeurs de la constitution, de notre nation; avec ceux qui ont nuit le plus au Liban, pour vos interets personels. Meme vos partisans le pensent (finalement)...Alors le silence est d'or....

    Sabri

    05 h 19, le 18 septembre 2023

  • La légitimité d’un raté

    Abdallah Barakat

    02 h 52, le 18 septembre 2023

  • Bassil retourne sa veste et le pantalon avec.

    Khairallah Issam

    01 h 21, le 18 septembre 2023

  • Houla… Pour en venir à menacer les cadres contestataires en public?? Ca doit gueuler dans les coulisses…?? Normalement, dans un parti démocratique, les cadres gardent leurs choix personnels et ceux de leurs électeurs s’ils sont députés par ex… C’est pour cela qu’on parle de divers courants au sein d’un même parti. C’est normal , c’est sain et c’est ce qu’on appelle LIBERTÉ et RESPECT de ses PROPRES IDEES. En Europe, on trouve divers courants, opposants même au sein même d’un même parti…

    radiosatellite.co

    00 h 49, le 18 septembre 2023

  • Violation peut-être?

    Marionet

    00 h 05, le 18 septembre 2023

  • Le Hezb et son allie Berri appelent au dialogue chaque fois qu'ils veulent imposer leur candidat a la presidence. Aussitot ce dernier elu, plus de dialogue mais le langage de la force. On l'a vu avec Sleiman et Aoun et maintenant ca se repete avec Frangieh et aussi l'autre Aoun (Joseph). Gare a l'apres presidentielle. C'est la que les choses se gateront.

    Michel Trad

    23 h 07, le 17 septembre 2023

Retour en haut