Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Technologies

Les Émirats lancent un langage d'intelligence artificielle en arabe

Le pays a pour ambition de s'imposer comme un leader mondial en termes d'intelligence artificielle d'ici à 2031. 
Les Émirats lancent un langage d'intelligence artificielle en arabe

Un enfant à la conférence mondiale sur l'intelligence artificielle (WAIC) à Shanghai, le 6 juillet 2023. Photo d'illustration Wang Zhao/AFP

Les Émirats arabes unis (EAU) font un nouveau pas dans leur course à l'intelligence artificielle (IA). Un groupe lié à la famille régnante a lancé Jais, un modèle de langage de grande envergure en arabe, présenté comme le logiciel le plus sophistiqué dans cette langue. Une innovation dévoilée mercredi, résultat d'une coopération entre G42, une société d'intelligence artificielle dirigée par Tahnoun ben Zayed, frère du président émirati, et l'université de l'IA Mohammad ben Zayed à Abou Dhabi (MBZUAI), et Cerebras, une compagnie basée en Californie. 

Composée d'universitaires, d'ingénieurs et de chercheurs, l'équipe de développement s'est lancée dans le projet parce qu'il existe très peu de grands modèles de langage bilingues en arabe, comparés aux fameux logiciels développés en anglais comme Bard (Google) et Chat-GPT (Open IA). « Nous veillons à ce que la langue arabe, avec sa profondeur et son héritage, trouve sa voix dans le paysage de l'IA », a expliqué Andrew Jackson, PDG d'Inception, l'unité de recherche appliquée de la société G42, cité par le média Arabian Business.

L'arabe est une des langues les plus parlées au monde, avec plus de 400 millions de personnes l'utilisant quotidiennement, selon les estimations de l'Unesco, l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture. Jais sera disponible sous une licence open source, c'est-à-dire que le code pour l'utiliser sera accessible à qui le souhaite, et que les utilisateurs participeront à son développement.

Si les logiciels d'IA les plus répandus sont déjà capables de comprendre et de générer du texte en langue arabe, les créateurs de Jais estiment que le logiciel serait plus précis et performant, basé sur l'arabe littéraire ainsi que sur les dialectes nationaux. Cité par le Financial Times, le professeur Timothy Baldwin de MBZUAI, qui a collaboré au projet, précise que Jais a été optimisé pour prendre en compte la culture et le contexte de la région, et pensé pour ne pas dépasser « les limites raisonnables en termes de sensibilités culturelles et religieuses ». Des tests approfondis ont été effectués avant son lancement pour éliminer les contenus « nuisibles » ou « sensibles », ainsi que les contenus « offensants ou inappropriés », a-t-il ajouté. De quoi faire froncer les sourcils dans une région où la liberté d'expression continue de reculer.

L'interface de l'intelligence artificielle émiratie en arabe, Jais. Photo du site internet Jais

Pour parer à tout oubli, le site de l'intelligence artificielle contient néanmoins un paragraphe d'avertissement quant à son utilisation : « En utilisant Jais, vous reconnaissez et acceptez que, comme pour tout modèle de langage de grande envergure, il peut générer des informations ou du contenu incorrects, trompeurs et/ou offensants. » 

Objectif 2031

En ce qui concerne les applications concrètes, le logiciel sera utilisé au sein des institutions émiraties, dont les ministères des Affaires étrangères, de l'Industrie et des technologies avancées, de la Santé, ainsi que par la principale compagnie pétrolière nationale Adnoc et d'autres, selon Arabian Business. Le 12 juillet, le gouvernement émirati avait déjà annoncé avoir intégré Chat-GPT au site du gouvernement pour guider les citoyens dans leurs démarches. La fédération était alors devenue le premier pays à introduire un modèle de langage dans ses services gouvernementaux. « Les données sont le pétrole du futur », affirmait le gouvernement. 

Le lancement de Jais intervient en pleine course à l'innovation en terme d'IA dans le monde. Les EAU se donnent pour objectif de s'imposer dans ce milieu d'ici à 2031, dans le but également de diversifier leur économie basée essentiellement sur le pétrole, selon la stratégie nationale émiratie en matière d'IA. Comme Riyad, Abou Dhabi a récemment acheté des milliers de puces ultrasophistiquées Nvidia, nécessaires pour les logiciels d'IA. 

L'annonce jeudi par les États-Unis d'élargir les restrictions sur l'exportation des puces d'IA Advanced Micro Devices et Nvidia à plusieurs pays du Moyen-Orient, sans préciser lesquels, pourrait potentiellement compliquer le projet Jais. Cette décision intervient dans un contexte d’inquiétudes croissantes concernant l’accès de Pékin à des ressources d’IA critiques à travers ses partenaires, d'autant que les EAU, comme l'Arabie saoudite, ont récemment été invités à rejoindre le groupe des Brics, un groupe de cinq pays qui se réunissent depuis 2011 en sommets annuels : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud. Il semblerait qu'Abou Dhabi ait néanmoins diversifié ses approvisionnements avant cette annonce, G42 ayant signé avec Cerebras un contrat de 100 millions de dollars pour l'achat de neuf superordinateurs, un des plus gros contrats de la sorte pour un des rivaux de Nvidia, rapporte le Financial Times

Les Émirats arabes unis (EAU) font un nouveau pas dans leur course à l'intelligence artificielle (IA). Un groupe lié à la famille régnante a lancé Jais, un modèle de langage de grande envergure en arabe, présenté comme le logiciel le plus sophistiqué dans cette langue. Une innovation dévoilée mercredi, résultat d'une coopération entre G42, une société d'intelligence...

commentaires (1)

TECHNOLOGIE, INTELLIGENCE CREATRICE ET ARABE... ON SE GRATTE LA TETE MAIS RIEN NE LES LIE.

LA LIBRE EXPRESSION

11 h 27, le 02 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • TECHNOLOGIE, INTELLIGENCE CREATRICE ET ARABE... ON SE GRATTE LA TETE MAIS RIEN NE LES LIE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    11 h 27, le 02 septembre 2023

Retour en haut