Rechercher
Rechercher

Monde - Religion

La ville de New York autorise les mosquées à diffuser l'appel à la prière

Des activistes dénoncent le timing de cette décision, quelques jours après la visite du maire en Israël. 


Des musulmans célèbrent la fête de l'Adha à l'extérieur d'une mosquée dans le quartier de Brooklyn à New York. Photo AFP

La ville de New York a lancé une nouvelle initiative pour soutenir et faciliter la diffusion de l'appel à la prière, ou azan, par les mosquées de la ville, le vendredi ainsi que pendant les prières du soir du mois de ramadan. Une décision qui vient favoriser un esprit d'inclusion, selon le maire Eric Adams.

« Nous voulons que nos frères et sœurs de confession musulmane sachent qu'ils sont libres de vivre leur foi à New York, car désormais en vertu de la loi nous serons tous traités de la même manière. Notre administration est fière d'avoir enfin obtenu ce résultat », a déclaré le maire de la ville dans une déclaration relayée sur le site de la ville de New York. Le commissaire de police, Edward Caban, a salué une avancée fondamentale « pour la liberté religieuse, la compréhension, la paix et la prospérité durables pour tous ». 

Les nouvelles directives permettront aux mosquées de diffuser l’appel à la prière entre 12h30 et 1h30 tous les vendredis, sans avoir à demander de permis particulier face aux restrictions sonores en vigueur dans les différents quartiers de la ville. Elles permettront également la diffusion de l’azan – entre 3 et 5 minutes – pendant les prières du maghreb chaque jour du mois sacré du ramadan, appelant à la rupture du jeûne au moment du coucher du soleil. 

Lire aussi

La Mecque balayée par une violente tempête

Le maire a assuré que la police travaillera conjointement avec les leaders religieux musulmans pour communiquer les nouvelles directives et s'assurer que les appareils pour diffuser l'azan soient réglés sur des niveaux de décibels appropriés. Les lieux de culte seront autorisés à diffuser jusqu'à 10 décibels au-delà du niveau sonore ambiant. Une décision similaire avait déjà autorisé la diffusion de l'appel à la prière dans la ville de Minneapolis, en mars 2022.

Un mauvais timing ?

La communauté musulmane de la ville de New York a salué à cette annonce. « C'est très important pour nos enfants. Beaucoup d'entre nous, les anciens, ont grandi en entendant l'azan chez eux. Il nous a manqué », a déclaré Mohammad Bahe, chargé de liaison avec la communauté musulmane au cabinet du maire, cité par le média Middle East Eyes. « Je vois mes élèves lutter pour conserver leur identité musulmane. Beaucoup ont peur d'en parler », a déclaré Somaia Ferozi, directrice de l'école islamique de New York, auprès de l'agence Associated Press. «Le fait d'entendre l'appel à la prière en public pendant nos jours sacrés leur confirmera qu'il s'agit de leur ville et qu'ils ont le droit de pratiquer leur culte comme tout le monde. »

Mais certains dénoncent le timing de cette annonce. Le maire de New York s'était rendu en Israël la semaine dernière où il a rencontré Benjamin Netanyahu, le Premier ministre israélien et son gouvernement d'extrême droite. Sa visite intervient à un moment tendu alors que le gouvernement israélien tente un passage en force de sa réforme de la justice très controversée et ne cesse d'accroître la violence envers les Palestiniens. Depuis le début de 2023, le nombre de jeunes Palestiniens tués par les forces israéliennes est encore en hausse, près de dépasser le chiffre record de 35 mineurs tués en 2022. 

Lire aussi

Normalisation avec Israël : l’Arabie saoudite joue la carte palestinienne

« Autoriser les mosquées à diffuser l'azan est une étape importante dans l'inclusion à New York des communautés musulmanes. Cependant, cette décision est ternie par le fait qu'elle intervient immédiatement après le voyage honteux du maire Adams, pour rencontrer les dirigeants israéliens qui piétinent la liberté, les droits et la dignité des Palestiniens musulmans et chrétiens », dénonce Nerdeen Kiswani, activiste palestinienne et fondatrice de Within Our Lifetime Palestine, citée par Middle East Eyes. Cette visite « au cours de l'année la plus meurtrière pour les Palestiniens de Cisjordanie depuis 2005 est une gifle pour les communautés musulmanes du monde entier », ajoute-t-elle. 

La ville de New York a lancé une nouvelle initiative pour soutenir et faciliter la diffusion de l'appel à la prière, ou azan, par les mosquées de la ville, le vendredi ainsi que pendant les prières du soir du mois de ramadan. Une décision qui vient favoriser un esprit d'inclusion, selon le maire Eric Adams.« Nous voulons que nos frères et sœurs de confession musulmane sachent qu'ils sont...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut