Rechercher
Rechercher

Sport - Tennis

Djokovic-Alcaraz, le nouveau duel qui électrise le tennis

Après les deux finales épiques qu’ils se sont livrées à Wimbledon et à Cincinatti, Djokovic et Alcaraz seront au centre de toutes les attentions lors du Majeur américain qui débute cette semaine.

Carlos Alcaraz et Novak Djokovic prenant la pose côte à côte après la finale du Master 1000 de Cincinatti le 20 août. Matthew Stockman/Getty Images via AFP

Une finale en apothéose est attendue à l’US Open, qui débute lundi, entre Carlos Alcaraz et Novak Djokovic, dont les affrontements déjà historiques sont encore rares, à l’inverse des duels entre Iga Swiatek et Coco Gauff, qui pourraient se croiser dès les quarts de finale.

Avant le dernier Grand Chelem de la saison, Djokovic mène 2-1 face à Alcaraz dans leurs duels lors des tournois majeurs cette année, après avoir remporté l’Open d’Australie et Roland-Garros où le jeune Espagnol, 20 ans, avait plié physiquement. Mais ce dernier a marqué les esprits en surprenant le Serbe en finale de Wimbledon, où il était invaincu depuis sa défaite en quarts en 2017...

Le « Djoker » a depuis prouvé qu’il n’était pas encore prêt à abandonner la place aux jeunes, et à Alcaraz en particulier, en arrachant le trophée à Cincinnati, au terme d’une finale homérique de près de quatre heures. « Carlos me pousse toujours dans mes retranchements. Et je pense que je lui fais la même chose. C’est pourquoi nous avons produit cette finale mémorable », relève le Serbe, en estimant avoir joué ce jour-là à Cincy l’une des « meilleures » et « plus difficiles » finales au meilleur des trois sets de toute sa carrière. Encore formidablement compétitif à 36 ans, Djokovic veut porter à 24 son nombre de titres en Grand Chelem (et ainsi égaler le record absolu de Margaret Court), sur le dur américain où il ne s’est imposé que trois fois.

« C’est un roc mentalement »

Déjà incroyablement fort, Alcaraz vise un troisième Majeur, un deuxième à Flushing Meadows où sa victoire l’an dernier en finale face à Casper Ruud lui avait permis de devenir le plus jeune n° 1 mondial de l’histoire. En l’absence de Djokovic, non vacciné contre le Covid-19 et alors privé d’US Open par les autorités américaines.

Sûr de son propre tennis, Alcaraz considère que ce qu’il a le plus à apprendre de Djokovic, c’est sa force mentale. « C’est un roc mentalement (...) C’est probablement sa plus grande qualité et j’essaie de compléter mon propre jeu avec cet élément », indique le Murcien qui, fort de ses victoires à New York l’an dernier et à Wimbledon en juillet, se sent « plus mature sur le court ». Et si le fait de défendre son titre lui crée une pression supplémentaire, il dit « essayer de ne pas y penser » et se préparer exactement comme il l’avait fait l’an passé.

Ce que l’on pourrait voir, avant la finale rêvée, c’est une demie contre Daniil Medvedev qui a lui aussi remporté à New York, en 2021, son premier – et unique à ce jour – titre du Grand Chelem. Le Russe croit à ses chances de succès final, mais il reconnaît le domination actuelle de Djokovic et Alcaraz. Et il résume la situation dans une formule dont il a le secret : « À chaque tournoi, l’objectif de chacun des joueurs est d’essayer de les empêcher de s’affronter. »

Gauff pour une première ?

Dans le tableau féminin, la n° 1 mondiale Iga Swiatek pourrait bien retrouver sa meilleure ennemie Coco Gauff dès les quarts de finale. Mais si elle a remporté les sept premiers duels entre les deux joueuses, la Polonaise s’est inclinée lors de leur dernier match. En demi-finale à Cincinnati, l’Américaine a été héroïque en défense et particulièrement relâchée pour se défaire de Swiatek, avant remporter son troisième titre cette saison face à la Tchèque Muchova.

Mais la route vers le titre à l’US Open sera semée d’embûches. Celle qui sortira victorieuse de ce neuvième duel devra probablement se défaire de la n° 2 mondiale Sabalenka en finale, après avoir écarté la Kazakhe Rybakina (4e) en demi-finale. Un stade de la compétition atteint l’an dernier par la Française Caroline Garcia. Mais la septième joueuse mondiale, qui n’a remporté aucun titre cette saison, arrive à Flushing Meadows en pleine crise de confiance après des éliminations prématurées à Roland-Garros et Wimbledon. 

Une confiance qu’a retrouvée Gaël Monfils. Après une tournée américaine encourageante, où il a notamment battu Tsitsipas, le 162e joueur mondial affrontera le Japonais Taro Daniel (95e) et pourrait retrouver Andrey Rublev (8e) dès le deuxième tour. S’ils parviennent à se défaire respectivement de Marozsan (92e) et de Watanuki (85e), Richard Gasquet et Adrian Mannarino se retrouveront au deuxième tour, tandis que le n° 1 français Ugo Humbert sera opposé à l’Italien Berrettini (36e) au premier tour.

Une finale en apothéose est attendue à l’US Open, qui débute lundi, entre Carlos Alcaraz et Novak Djokovic, dont les affrontements déjà historiques sont encore rares, à l’inverse des duels entre Iga Swiatek et Coco Gauff, qui pourraient se croiser dès les quarts de finale.

Avant le dernier Grand Chelem de la saison, Djokovic mène 2-1 face à...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut