Rechercher
Rechercher

Politique - Banque du Liban

Tout le monde devant le fait accompli : les vice-gouverneurs assureront l’après-Salamé

Les quatre adjoints du patron de la BDL « ont accepté de rester à leurs postes et de s’acquitter de leurs responsabilités », assure Nagib Mikati à « L’OLJ ».

Tout le monde devant le fait accompli : les vice-gouverneurs assureront l’après-Salamé

Le Premier ministre sortant Nagib Mikati, réuni avec les vice-gouverneurs de la Banque du Liban au Sérail, le 26 juillet 2023. Photo fournie par le bureau de presse de M. Mikati

Le suspense est enfin levé : les quatre vice-gouverneurs de la Banque du Liban succéderont à Riad Salamé après la fin de son mandat à la tête de la BDL, le 31 juillet. C’est le Premier ministre sortant, Nagib Mikati, qui vient de marquer ce point à l’issue d’une réunion marathon avec les quatre hauts responsables financiers. « Tout va très bien. Les vice-gouverneurs ont accepté de rester à leurs postes et de s’acquitter de leurs responsabilités », se félicite le chef du gouvernement sortant dans une déclaration à L’Orient-Le Jour, quelques minutes après son entretien avec Wassim Mansouri, Salim Chahine, Bachir Yakzan et Alexandre Mouradian. « Le gouvernement enverra au Parlement un projet de loi pour répondre à leur requête de pouvoir faire usage des réserves de la BDL », ajoute le Premier ministre sortant, renvoyant la balle dans le camp de son principal soutien, le chef du législatif, Nabih Berry, qui se montrait, dans un premier temps, hostile à ce que M. Mansouri (chiite, proche de Aïn el-Tiné) soit aux commandes de la BDL après le 31 juillet.

En résumé, tout le monde ou presque a (théoriquement) gagné : le Premier ministre a évité de se mettre à dos les partis chrétiens qui s’opposaient à la nomination d’un nouveau patron de la BDL en l’absence d’un président de la République. Il a en outre pu convaincre les quatre adjoints de M. Salamé de remplir leur devoir loin des menaces et des chantages. À leur tour, les quatre adjoints de M. Salamé ont écarté l'éventualité d'une démission collective après avoir réussi à arracher au gouvernement la couverture légale qu’ils demandaient à leurs décisions (notamment une loi votée par le Parlement leur autorisant de piocher dans les réserves obligatoires de la BDL la somme de 200 millions de dollars par mois, pendant trois mois, à condition que le cabinet rembourse le montant d'ici un an) une fois à la tête de la haute institution financière. Même si la tenue de la séance parlementaire dépend largement de la participation des formations chrétiennes majoritaires. 

Lire aussi

Sayrafa, justice, BDL : Riad Salamé achève son mandat dans le déni

C’est en tout cas ce qui ressort du communiqué publié par le bureau de presse du Premier ministre à l’issue de la réunion tenue jeudi après-midi au domicile de M. Mikati. Dans son allocution, rapportée dans le texte, le chef du gouvernement a souligné que « la période actuelle requiert la collaboration de tous afin de préserver la stabilité financière et monétaire ». « Nous portons sur nos épaules une responsabilité nationale si un nouveau gouverneur n’est pas nommé », a encore dit le Premier ministre, comme pour exhorter les quatre vice-gouverneurs à ne pas démissionner. Une menace qu’ils avaient lancée dans un communiqué conjoint publié le 6 juillet sous très probable forcing du chef du législatif. Le message de Nagib Mikati a été rapidement capté par les adjoints de Riad Salamé. Selon le communiqué du Sérail, ils ont insisté devant le Premier ministre sur le fait qu’ils accomplissent leur devoir conformément aux textes de loi. Comprendre : ils ne comptent pas jeter l’éponge. D’ailleurs, les vice-gouverneurs ont tenu à rappeler que le communiqué du 6 juillet visait principalement à inciter tous (les protagonistes) à assurer les demandes légales pour préserver le minimum de stabilité. Ils se sont également félicités de voir les parties politiques assurer ces demandes sur le triple plan gouvernemental, parlementaire et légal.

Une position à même de paver la voie à la tenue d’une séance législative. Mais à Aïn el-Tiné, on ne tranche pas sur ce point. « Cela revient aux députés », commente un proche de M. Berry, dans ce qui semble être une pique aux partis chrétiens majoritaires qui rejettent le concept de législation de nécessité mis en place par le chef du législatif pour justifier la tenue de séances plénières de la Chambre en l’absence du chef de l’État. « « Si ces partis ne jugent pas nécessaire l’examen d’une question aussi grave que la succession du gouverneur de la BDL, qu’entendent-ils par urgent et nécessaire ? » s’interroge un proche du chef du législatif.

Un Conseil des ministres avorté
Quelques heures plus tôt, les principaux partis chrétiens présents au sein de l’équipe ministérielle avaient empêché la tenue d’un Conseil des ministres voulu par le duo Berry-Mikati pour nommer un nouveau gouverneur de la banque centrale. Il s’agissait d’une façon pour le maître du perchoir et son « protégé » de se laver les mains de toutes éventuelles conséquences d’un vide à la tête de la BDL.

Dans le cadre de cette démarche,  le président de la Chambre n’a pas pu compter sur son allié traditionnel, le Hezbollah, ni sur les satellites de ce dernier, à commencer par les Marada de Sleiman Frangié, candidat du duo chiite à la présidence de la République. De toute évidence, le zaïm zghortiote a voulu lancer une fleur en direction du Courant aouniste de Gebran Bassil (qui boude le Conseil des ministres depuis décembre dernier), duquel il a besoin pour satisfaire ses ambitions présidentielles. C’est donc en raison d’un défaut de quorum que la séance n’a pas eu lieu. Nagib Mikati a dû se contenter d’une réunion informelle avec les ministres qui ont fait acte de présence au Sérail. Il s’est agi du vice-président du Conseil, Saadé Chami, et de ses collègues Najla Riachi, Nasser Yassine, Firas Abiad, Bassam Maoulaoui, Georges Bouchikian, Abbas Halabi, Abbas Hajj Hassan, Georges Kallas et Youssef Khalil. « Le Premier ministre nous a informés de ses contacts avec les quatre vice-gouverneurs, ainsi qu’avec les responsables politiques, afin de parvenir à une solution », confie Mme Riachi avant de poursuivre : « Il faut que le premier vice-gouverneur assume ses responsabilités comme le stipule le Code de la monnaie et du crédit (article 25). »

Lire aussi

Riad Salamé, comme une odeur de fin de règne

Si ce n’est pas Mansouri, c’est Chahine
Un point que Nagib Mikati a soulevé à plusieurs reprises dans la journée de jeudi. Il est même allé jusqu’à déclarer, lors d’une conversation à bâtons rompus avec les journalistes, à l’issue de la réunion, que « le premier vice-gouverneur doit prendre la relève à la BDL. Et s’il manque à ses devoirs, c’est le deuxième vice-gouverneur (Salim Chahine) qui devrait être en charge ». Un message clairement adressé à M. Berry. « Cela est impossible », réagit un proche de Aïn el-Tiné. Tous les regards sont désormais rivés sur la Chambre. Pourra-t-elle se réunir ? « Tout peut être résolu », rassure Nagib Mikati.

Le suspense est enfin levé : les quatre vice-gouverneurs de la Banque du Liban succéderont à Riad Salamé après la fin de son mandat à la tête de la BDL, le 31 juillet. C’est le Premier ministre sortant, Nagib Mikati, qui vient de marquer ce point à l’issue d’une réunion marathon avec les quatre hauts responsables financiers. « Tout va très bien. Les vice-gouverneurs ont...

commentaires (11)

Correction: le second vice gouverneur est Bachir Yakzan.

Akote De Laplak

08 h 54, le 31 juillet 2023

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Correction: le second vice gouverneur est Bachir Yakzan.

    Akote De Laplak

    08 h 54, le 31 juillet 2023

  • Ils vont là où on le peuple les laisserait aller. Si les citoyens de notre pays continuent à jouer aux spectateurs de leur mise à mort rien ni personne ne les sauvera. Leur argent sera distribué comme les mafieux l’ont décidé et leur pays sera vendu au plus offrant. Autant dire pour pas cher, puisque personne ne paiera un prix fort pour un pays anéanti qui a perdu sa superbe peuple de citoyens à la ramasse, superficiels et soumis. Aucun peuple au monde aussi pauvre et démuni soit il n’aurait accepté ce que les libanais subissent sans broncher. AUCUN…

    Sissi zayyat

    09 h 45, le 29 juillet 2023

  • Voilà la réponse sans équivoque à tous ceux qui se demandaient quel était le but du parti vendu de bloquer toute issue favorable à notre pays en s’acharnant à le décharner en amont puis en empêchant l’élection d’un président patriote après avoir bloquer la nomination d’un premier ministre, ce qui a créé une série de blocage aux autres postes importants de la justice, administratifs sans parler de l’armée. Les voilà rois de ce pays avec une assurance dépassant l’imaginaire puisqu’ils ont la certitude qu’ils peuvent continuer leur sale besogne sans être inquiétés. Aucun de ces malfrats n’a été ni sanctionné ni sommé de quitter son poste malgré tous les délits avérés qu’il avait commis sans parler des crimes et des privations qu’ils font subir d’une façon collégiale au peuple, tout ça pour leur propre plaisir de sadiques et dans leur seul intérêt personnel puisqu’on est jamais assez riche ni assez puissant tant qu’on a pas mis sa main sur l’entièreté d’un pays jadis le modèle de la beauté et de la prospérité pour le transformer en capital personnel avec un peuple sous leurs ordres, qu’ils ne cessent de martyriser sans que ce dernier ne se rebelle pour leur montrer que trop c’est toujours trop. Où va t-on comme cela? Où est le peuple?

    Sissi zayyat

    09 h 36, le 29 juillet 2023

  • Et si on demande au milliardaire Mikati de prêter le gouvernement cet argent sans toucher à l’argent des déposants… 600 millions pour un milliardaire ce n’est pas grand chose….. en plus il a la garantie du remboursement par un gouvernement dont il est le chef…..

    HIJAZI ABDULRAHIM

    13 h 36, le 28 juillet 2023

  • Le gouvernement s’engage à rendre l’argent à la BdL. Mais le gouvernement libanais n’a aucune parole, il ne respecte ni ses engagements ni ses signatures depuis que Hassane Diab s’est déclaré en cessation de paiement et a envoyé paître tous ceux qui ont prêté de l’argent à l’Etat pour alimenter la corruption généralisé. Le pays s’est effondré et Hassane Diab s’est enfui avec un peu d’argent de poche. Alors la parole de Mikati n’engage que ceux qui veulent le croire, personnellement je ne le crois pas

    Lecteur excédé par la censure

    09 h 39, le 28 juillet 2023

  • Il a fallu que les vice-gouverneurs acceptent de donner 200 millions de $ par mois des reserves obligatoires au gouvernement Mikati pour que le probleme soit "regle". L'argent restant des deposants, bien sur. Que le FMI a recommande de ne pas toucher. La canaille vogue de sursis en sursis et refuse toute solution a la crise. Des jours encore plus difficiles attendent les Libanais.

    Michel Trad

    09 h 25, le 28 juillet 2023

  • Mr. Mikati cherche ses problem solving skills droit du secteur privé. Il a fait le necessaire pour resoudre le probleme. Quand a Mr. Mansouri, il a recu des instructions de Berri comme quoi ne pas etre le seul directeur. Pour diluer les responsabilités en cas de decrochage de la livre.

    Mon compte a ete piraté.

    08 h 43, le 28 juillet 2023

  • "… Tout le monde devant le fait accompli …" - Ni vainqueur ni vaincu en somme. Je constate que le Liban est toujours … "Fort" (haha)

    Gros Gnon

    06 h 07, le 28 juillet 2023

  • Bon, allez, en deux mots : la BDL prête 200 millions par mois sur trois mois à l'État moribond, et exige en contrepartie d'être remboursée dans un an contre clause de retour à meilleure fortune. Mais avec quel argent ? Celui détourné par Riad ? L'extraction de gaz ? Les champs de panneaux photovoltaïques ? Marché de dupes. Les trois gouverneurs savaient à quel point cette opération était périlleuse pour eux. Mais c'est encore nous, le peuple de vaches à lait grabataires, qui payons de nos propres deniers cet État déconfit et insolvable qui ne devrait plus toucher à une seule de nos mamelles. Comme toute entreprise, il devrait être mis purement et simplement en liquidation judiciaire et placé sous tutelle d'un administrateur chargé de sa gestion courante. Pas confié au bon vouloir du couple infernal Mikati/Berry chargé de son "expédition" courante et au final, de sa perte. A l'aide, on coule.

    Ca va mieux en le disant

    05 h 30, le 28 juillet 2023

  • Il n’y a pas lieu de pavoiser. La faute incombe depuis le départ le Michel Aoun au défaut de quorum. Honte à vous députés qui gravitaient dans l’arbitre de vos parrains au lieu de faire user de votre patriotisme en votre âme et conscience. Aux prochaines élections, le peuple ingrat doit analyser, comprendre et savoir voter. Amal et le Hezbollah sont bien rodés et tiennent sous leurs jougs presque tout le Sud Liban et un peu d’ailleurs où ils aident a élire sous l’engrenage de leurs orbites des vassaux.

    Mohamed Melhem

    05 h 18, le 28 juillet 2023

  • On ne dit pas "duquel il a besoin" mais "dont il a besoin"!!!

    Georges Airut

    02 h 13, le 28 juillet 2023

Retour en haut