Rechercher
Rechercher

Politique - Analyse

Les six leçons du duel Azour/Frangié

Le Hezbollah est mis en minorité, mais Sleiman Frangié reste dans la course. En attendant qu’un compromis autour d’un troisième candidat se dessine.

Les six leçons du duel Azour/Frangié

Vue générale de l’hémicycle lors de la 12e séance électorale, mercredi place de l’Étoile. Photo Mohammad Yassine.

Il était évident qu’aucun des deux principaux candidats à la présidentielle n’allait être élu lors de la séance de mercredi et que celle-ci allait être torpillée dès la fin du premier tour. Celui-ci était pourtant particulièrement intéressant pour...
Il était évident qu’aucun des deux principaux candidats à la présidentielle n’allait être élu lors de la séance de mercredi et que celle-ci allait être torpillée dès la fin du premier tour. Celui-ci était pourtant particulièrement intéressant pour...
commentaires (8)

La leçon de cette dernière séance électorale c'est que Michel Aoun, Gebran Bassil et le CPL on offert au Hezb pendant des années une majorité artificiel en échange pour une semblance de chaise présidentielle dans un beau pays transformé en enfer. J'espère qu'ils ne reviendrons plus jamais sur ce chemin apocalyptique. Une observation intéressante est que le Hezb à ratter une excellente opportunité de laisser s'effectuer le déroulement de l'élection de Jihad Azour à la présidence. Ça aurai était un coup de maître en face de Gebran Bassil, et de la communauté international. Azour est en effet le plus proche du Hezbollah de tout les candidats du centre. Le Hezb et avec lui le maître du mouvement Amal aurai pu prouvés que contre tout accusations ils appliquent la constitution. Et avec le bonus d'avoir propulser a Baabda un président qui ne va pas les contrarié

Sarkis Dina

15 h 52, le 15 juin 2023

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • La leçon de cette dernière séance électorale c'est que Michel Aoun, Gebran Bassil et le CPL on offert au Hezb pendant des années une majorité artificiel en échange pour une semblance de chaise présidentielle dans un beau pays transformé en enfer. J'espère qu'ils ne reviendrons plus jamais sur ce chemin apocalyptique. Une observation intéressante est que le Hezb à ratter une excellente opportunité de laisser s'effectuer le déroulement de l'élection de Jihad Azour à la présidence. Ça aurai était un coup de maître en face de Gebran Bassil, et de la communauté international. Azour est en effet le plus proche du Hezbollah de tout les candidats du centre. Le Hezb et avec lui le maître du mouvement Amal aurai pu prouvés que contre tout accusations ils appliquent la constitution. Et avec le bonus d'avoir propulser a Baabda un président qui ne va pas les contrarié

    Sarkis Dina

    15 h 52, le 15 juin 2023

  • SEULE GRANDE LEÇON À RETENIR : La séance du 14 juin a mis en échec tout ce que les Forces libanaises et ce que Geagea lui-même avaient pour objectif , et pour lequel ils avaient lutté de toute leur énergie durant ces deux dernières semaines : Parvenir à ce que leurs espoirs et calculs avaienyt promis à leurs supportes (Que le candidat, Jihad Azour, franchisse le seuil des 65 voix dès le premier tour) .Par malheur pour eux , et ,d'après les résultats des élections, Il devient clair qu'Azour ayant remporté à peine 59 voix, ce nombre aurait pu bien diminuer pourrait diminuer au cours de la deuxième session éventuelle , au cas où elle aurait eu lieu . Les frondeurs du CPL n'auraient plus suivi Gebran . C'est sûr et certeain . Azour est éliminé pour de bon .

    Chucri Abboud

    15 h 11, le 15 juin 2023

  • Ce pays devrait être gouverné comme une entreprise, avec à sa tête un chef, lequel devrait être soumis à des obligations de résultats. Et si résultats non atteints, des sanctions ou rappels à l'ordre devraient être prononcés.

    Vero M

    10 h 30, le 15 juin 2023

  • Le plan du tandem Chiite n’est pas d’avoir Frangieh président , ils savent bien qu’il n’aura jamais assez de voix pour y arriver, au fond leur plan est de ne pas avoir de président du tout , de créer un vide autour de cette institution jusqu’à meme à ce que cela crée une jurisprudence. Les députés sunnites également semblent également suivre la meme strategie. Par ailleurs l’ORIENT LE JOUR il est bizarre que vous n’avez pas fait d’article sur le pretre maronite (pere Joseph Eid) qui s’est fait agressé avant hier à Lyon ?? le fait a été pourtant abordé par la presse Francaise.

    JPF

    09 h 35, le 15 juin 2023

  • Nous ne retenons qu'une leçon après avoir assisté au pitoyable spectacle de hier au Parlement: faut d'urgence débarrasser notre pays de tous ces mauvais guignols qui se prétendent "députés, Président de..." etc. Ils sont tout juste bons à faire des déclarations et commentaires devant les médias...et encore...!!! - Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 44, le 15 juin 2023

  • Puisqu'ils veulent le chaos, les milices et associés ne peuvent plus prétendre oeuvrer pour le bien des libanais. Plutôt, tout ce groupe peut être assimilé à un ennemi de la nation quoiqu'ils donnent des préjugés pour leur action. Si on blâme le duo chiite, on critique davantage ceux qui les suivent comme des agneaux dociles dépourvus du sens de la responsabilité morale de leur fonction d'élus par les gens qui refusent leur trahison.

    Esber

    07 h 35, le 15 juin 2023

  • Pas de président. Pauvre Liban, morcelé, trahi, écrasé.

    Mohamed Melhem

    07 h 07, le 15 juin 2023

  • Je trouve lamentable que Frangié n'ait pas eu le courage de se désister pour permettre enfin l'élection d'un président soutenu par la majorité chrétienne et Druze, sans parler de certains des autres musulmans. Hezbollah et Berri n'ont pas à faire la loi, ça suffit!! Et Frangié montre son côté anti-Liban!!Très triste!!

    Hélène SOMMA

    04 h 15, le 15 juin 2023

Retour en haut