Rechercher
Rechercher

Économie - Énergie

Tarifs d'EDL : les industriels libanais pas convaincus par les baisses annoncées

Tarifs d'EDL : les industriels libanais pas convaincus par les baisses annoncées

Le siège d'Électricité du Liban à Beyrouth. Photo João Sousa

L’Association des industriels libanais n’a pas été convaincue par les baisses de tarifs décidées par Électricité du Liban (EDL) jeudi, qui doivent s’appliquer sur les factures de janvier et février en attendant d’autres changements à venir.

Dans un communiqué relayé vendredi par son service de presse, l’AIL considère que la réduction de 25 % des frais fixes d’abonnement et de maintenance est un pas « positif » mais « insuffisant », compte tenu du fait que les abonnés du fournisseur public ne reçoivent « pas plus de 4 heures de courant par jour ». L’association considère, sans exposer ses calculs, que l’impact des coûts fixes combiné à la faiblesse des heures d’approvisionnement fait passer le prix réel du kWh « au-dessus de 1 dollar » pour les industriels.

Une estimation qui semble prendre en compte l’escompte de 25 % sur les frais fixes et la baisse de 0,1 dollar sur le prix du kWh facturé aux abonnés qui en consomment plus de 100 par mois.  Contacté, le président de l'AIL, Salim Zeenni, a demandé que le montant des charges fixes varient en fonction des heures de fourniture de courant, jusqu'à ce qu'EDL soit en mesure d'en distribuer 24h sur 24. Pendant les heures de coupures, les sociétés et les particuliers doivent compter sur les générateurs privés, personnels et collectifs, pour lesquels ils payent le kilowattheure au prix fort.

Lire aussi

Sous pression, EDL baisse certains de ses tarifs

L’AIL se s’arrête pas là et reproche à EDL d’avoir supprimé l’ancien système de tranches de consommation avec la mise à jour des tarifs en novembre dernier. Avant, les tarifs étaient calculés suivant des barèmes allant de 35 à 200 livres libanaises par kWh et répartis sur plusieurs paliers de consommation mensuelle : de 0 à 100 kWh, de 100 à 300, de 300 à 400, de 400 à 500, et enfin plus de 500. Le nouveau système instaure simplement un seuil pivot de 100 kWh par mois pour séparer ceux qui payent respectivement 0,10 et 0,26 dollar (après la baisse annoncée jeudi) par kWh.

EDL avait annoncé sa baisse de ses tarifs deux jours après une réunion entre le Premier ministre  Nagib Mikati et le ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau Walid Fayad, et suite aux demandes insistantes de l’Association des industriels, la Confédération générale des travailleurs (CGTL) et d’importants groupes parlementaires. Le fournisseur n’est pas intervenu sur le taux de change appliqué pour convertir en livres les montants des factures calculées en dollars en vertu de la nouvelle tarification. Ce taux correspond toujours à la moyenne atteinte par celui affiché par la plateforme Sayrafa de la Banque du Liban, majoré de 20 %. 

L’Association des industriels libanais n’a pas été convaincue par les baisses de tarifs décidées par Électricité du Liban (EDL) jeudi, qui doivent s’appliquer sur les factures de janvier et février en attendant d’autres changements à venir.Dans un communiqué relayé vendredi par son service de presse, l’AIL considère que la réduction de 25 % des frais fixes d’abonnement et...
commentaires (2)

Il n'y a qu'à observer l'immeuble du siège social d'EDL à Beyrouth pour mesurer l'ampleur du délabrement de ses installations. Il n'y a plus rien à faire pour cet organisme moribond. Sa renaissance ne viendra qu'avec des actions politiques fortes destinées à rétablir la confiance du peuple libanais et des institutions internationales. Sans elle, point de salut.

Ca va mieux en le disant

00 h 00, le 11 juin 2023

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Il n'y a qu'à observer l'immeuble du siège social d'EDL à Beyrouth pour mesurer l'ampleur du délabrement de ses installations. Il n'y a plus rien à faire pour cet organisme moribond. Sa renaissance ne viendra qu'avec des actions politiques fortes destinées à rétablir la confiance du peuple libanais et des institutions internationales. Sans elle, point de salut.

    Ca va mieux en le disant

    00 h 00, le 11 juin 2023

  • Les frais fixes doivent au prorata temporis des heures de distribution du courant électrique. Sinon ça serait du vol en bande organisée et donc pénalement reprehensible. Mais ça, les cadres de l’EdL et leur ministre (quand il est sobre) de tutelle s’en foutent royalement. Dans un pays où l’Etat est le principal voleur de l’épargne de ses citoyens, les sous fifres de l’EdL se croient tout permis. Boycottons le paiement des factures et que EdL vienne nous couper le courant inexistant

    Lecteur excédé par la censure

    22 h 08, le 09 juin 2023

Retour en haut