Rechercher
Rechercher

Politique - Décryptage

L’incident de Chebaa, un échange de messages musclés entre le Hezbollah et les Israéliens ?

Alors que le pays est occupé par les tiraillements politiques au sujet de la présidentielle, le Sud a connu jeudi des développements de la plus haute importance. Brusquement et sans aucun indice préalable, la tension est montée dans le secteur des fermes de Chebaa, entre d’un côté les soldats israéliens et de l’autre des habitants de la région, ainsi qu’avec l’armée libanaise et la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul). Selon des sources proches du Hezbollah, il ne s’agirait pas d’un incident anodin, mais bien d’une volonté israélienne d’ouvrir le dossier du tracé des frontières terrestres avec le Liban.

Lire aussi

Casque bleu tué au Liban : le Hezbollah nie l'implication de ses membres

Tout a commencé lorsque des jeunes de la région ont installé une tente dans ce que l’on appelle la ferme de Bastara, qui fait partie des fermes de Chebaa. Aussitôt, les forces israéliennes ont menacé de l’enlever par la force, considérant qu’elle a été dressée au-delà de la ligne bleue, dans un territoire que les Israéliens considèrent comme le leur. Ils ont ainsi alerté la Finul en menaçant de détruire la tente de force, hier matin à partir de 7 heures. Ils ont d’ailleurs procédé à un déploiement militaire dans le secteur pour montrer le sérieux de leurs menaces. La Finul est aussitôt entrée en contact avec l’armée libanaise pour transmettre les menaces israéliennes et pousser la partie libanaise à agir pour faire baisser la tension et éviter tout dérapage. Mais la position du Liban a été ferme et claire : dans le secteur des fermes de Chebaa, il n’y a pas de ligne bleue. Cette zone est restée conflictuelle en 2000, tout comme 12 autres points qui demeurent en suspens jusqu’à ce que des négociations se mettent en place entre les Libanais et les Israéliens sous parrainage international pour les régler. Ce qui constituerait un pas vers une trêve de longue durée entre les Libanais et les Israéliens. En 2006, après la guerre de juillet, la résolution 1701, qui a mis fin au conflit, a maintenu le flou au sujet de ces 13 zones conflictuelles, dont les fermes de Chebaa. Ces zones qui, selon la résolution internationale, continuent à être disputées par les Israéliens et les Libanais, ne font donc pas partie du champ d’action des Casques bleus. Ce qui signifie que non seulement la force internationale ne peut pas y agir, mais qu’elle ne peut pas non plus déterminer laquelle des deux parties en conflit est dans son droit. La seule possibilité pour la Finul consistait donc à faire appel à l’armée libanaise. Celle-ci a clairement déclaré que la zone dans laquelle la tente a été érigée fait partie des territoires réclamés par le Liban, qui est donc dans son droit. Dès que cette position a été transmise aux Israéliens par la Finul, ceux-ci ont menacé de frapper fort. L’armée libanaise a aussitôt réagi en amenant à son tour des renforts dans le secteur, alors que le Hezbollah a de son côté mobilisé ses partisans. Le message était clair : si les Israéliens s’approchent de la tente ou cherchent à la détruire, la riposte libanaise ne se fera pas attendre. Finalement, quelques heures avant l’expiration du délai qu’ils avaient fixé, les Israéliens ont retiré leurs troupes des environs de la ferme de Bastara et la tente est restée sur place.

Lire aussi

Le Hezbollah à nouveau sur la sellette ?

Cet incident a toutefois failli mettre le feu aux poudres jeudi. Vendredi, tout semble être rentré dans l’ordre, mais pour la plupart des observateurs, cet épisode intervient à un moment délicat, quelques jours après la grande manœuvre du Hezbollah à Iqlim el-Touffah, à quelques kilomètres de la zone d’action de la Finul. De cette manœuvre impressionnante, qui a d’ailleurs fait couler beaucoup d’encre, il faut retenir une chose très importante : c’est la première fois que le Hezbollah se montre en position offensive à des kilomètres de la frontière avec Israël. Il s’agissait donc d’un déploiement de forces attaquantes, prêtes à s’introduire en Galilée, en utilisant, selon les propres termes du Hezbollah, une partie de leurs nouvelles armes. Les autres resteront cachées « pour que les Israéliens les découvrent sur le champ de bataille ». Cette manœuvre a suscité de nombreuses interprétations dans les médias. Mais ce qui n’a pas été beaucoup dit, selon des sources proches du Hezbollah, c’est que celui-ci a eu vent de préparatifs d’une attaque israélienne contre le Liban et a voulu un tel déploiement de force pour décourager les Israéliens.

Lire aussi

Des figures religieuses chrétiennes « dupées » par le Hezbollah ?

En effet, des rapports seraient parvenus au Hezbollah sur une intention israélienne de lancer une agression contre le Liban, d’abord pour bouleverser les cartes régionales, sachant que les rapprochements actuels entre l’Iran d’un côté et l’Arabie saoudite de l’autre ainsi qu’entre Riyad et Damas ne plaisent pas aux Israéliens et peut-être pas aux Américains non plus. Les Israéliens songeraient donc à créer une diversion de nature à bouleverser la donne. En même temps, il s’agirait également pour les Israéliens de se tailler une place dans les changements régionaux en cours en profitant de la faiblesse actuelle des institutions libanaises pour préparer un accord sur le tracé des frontières terrestres. Cette idée a germé chez les Israéliens, selon des sources proches du Hezbollah, avec la bénédiction des Américains, lors des négociations sur le tracé de la frontière maritime et l’exploitation des ressources gazières et pétrolières. Dans l’esprit des Israéliens, lorsque l’accord a été conclu, celui-ci ne pouvait pas être définitif et restait incomplet tant que le contentieux terrestre entre les Libanais et les Israéliens n’est pas réglé. Car le fait que ce conflit reste ouvert constitue une menace pour la stabilité israélienne, au moment où la région se dirige vers un apaisement. Selon les sources proches du Hezbollah, les Israéliens craindraient en effet que l’entente entre les différentes parties arabes et l’Iran ne se retourne contre eux et qu’ils en soient la principale victime. Si le contentieux avec la Syrie pouvait être réglé grâce aux Russes, avec le Liban, il faudrait choisir la force, en lançant une attaque qui obligerait les Libanais à négocier. Les sources proches du Hezbollah considèrent ainsi que par le biais de la manœuvre ou dans le cadre de l’incident à la ferme de Bastara, le message que le parti a voulu envoyer est le même : les Israéliens ne doivent pas croire qu’ils peuvent lancer des attaques et ne pas en payer le prix.

Alors que le pays est occupé par les tiraillements politiques au sujet de la présidentielle, le Sud a connu jeudi des développements de la plus haute importance. Brusquement et sans aucun indice préalable, la tension est montée dans le secteur des fermes de Chebaa, entre d’un côté les soldats israéliens et de l’autre des habitants de la région, ainsi qu’avec l’armée libanaise et...
commentaires (5)

Hier c’était l’armée qui avait installé la tente, aujourd'hui des jeunes du Hezbollah et demain se sera qui? Éclairez nous de grâce ! Quoi qu'il en soit, nous en revenons aux faits essentiels suivants: 1- Le monde a besoin des ressources énergétiques de l'est méditerranéen. 2- Pas de ressources sans paix et sans contrôles des puissances mondiales. 3- Pas de paix avec le Hezbollah et son idéologie nihiliste. 4- De facto, il va falloir traiter ce cancer qui a détruit son propre pays, affamé son propre peuple et empêché cette région de retrouver la paix et la prospérité. Le moment approche ou il va falloir mettre fin a ses fanfaronnades de gré ou de force. De gré c’était a travers les élections qu'il a fait l'erreur de fausser et refuser de jouer le jeu démocratique. Depuis il a bloqué l’élection du Président de la République mais menace les opposants et continue de vider les caisses de l’état et de paralyser ses institutions. Avec ses actions dangereuses Il pousse a la confrontation et cherche a nous convaincre que cela provient d’Israël pour se couvrir. Si elle a lieu, elle fera peut être mal a Israël, mais se qu'il restera du pays sera bien plus catastrophique. Le Hezbollah n'a plus aucun soutient interne, pas même au sein de ses propres troupes. Il ne laissera que désolation et la communauté Chiite paiera le prix de ses actions en raison de la haine que ce parti aura bâti dans le cœur des gens de par ses crimes depuis sa création. Le rebours touche a sa fin ...

Pierre Christo Hadjigeorgiou

08 h 57, le 06 juin 2023

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Hier c’était l’armée qui avait installé la tente, aujourd'hui des jeunes du Hezbollah et demain se sera qui? Éclairez nous de grâce ! Quoi qu'il en soit, nous en revenons aux faits essentiels suivants: 1- Le monde a besoin des ressources énergétiques de l'est méditerranéen. 2- Pas de ressources sans paix et sans contrôles des puissances mondiales. 3- Pas de paix avec le Hezbollah et son idéologie nihiliste. 4- De facto, il va falloir traiter ce cancer qui a détruit son propre pays, affamé son propre peuple et empêché cette région de retrouver la paix et la prospérité. Le moment approche ou il va falloir mettre fin a ses fanfaronnades de gré ou de force. De gré c’était a travers les élections qu'il a fait l'erreur de fausser et refuser de jouer le jeu démocratique. Depuis il a bloqué l’élection du Président de la République mais menace les opposants et continue de vider les caisses de l’état et de paralyser ses institutions. Avec ses actions dangereuses Il pousse a la confrontation et cherche a nous convaincre que cela provient d’Israël pour se couvrir. Si elle a lieu, elle fera peut être mal a Israël, mais se qu'il restera du pays sera bien plus catastrophique. Le Hezbollah n'a plus aucun soutient interne, pas même au sein de ses propres troupes. Il ne laissera que désolation et la communauté Chiite paiera le prix de ses actions en raison de la haine que ce parti aura bâti dans le cœur des gens de par ses crimes depuis sa création. Le rebours touche a sa fin ...

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    08 h 57, le 06 juin 2023

  • L’incident a donc été déclenché par « les jeunes de la région » et pas par l’armée Israélienne. L’article ne dit pas qui sont ces jeunes, probablement des partisans du Hezbollah. Tout ceci sent le coup monté. Le Hezbollah cherche-t-il à mettre le feu aux poudres ?

    K1000

    09 h 19, le 04 juin 2023

  • De grâce ne nous prenez pas pour de c..s

    Zampano

    20 h 24, le 03 juin 2023

  • Nous sommes supposes prendre les elucubrations du Hezb sur les intentions Israeliennes pour argent comptant ? LOL. Heureusement que le ridicule ne tue pas.

    Michel Trad

    11 h 09, le 03 juin 2023

  • Les modérateurs des lecteurs de l’OLJ ont censuré cet article pour cause de science fiction à la sauce persane

    Lecteur excédé par la censure

    08 h 12, le 03 juin 2023

Retour en haut