Rechercher
Rechercher

Au cirque des planqués


La tronche que tirent les différents ahuris politiques depuis que l’ambassadeur d’Arabie les a gentiment priés de se démerder pour se dégotter un chef d’État capable de présider le cirque au cèdre. « C’est aux Libanais seuls de se choisir un président, sans aucune intervention extérieure », qu’il ânonnait le faux-cul, en sachant bien que ces ectoplasmes planqués ne sont même pas fichus d’élire un patron à la tête d’un syndic d’immeuble délabré sans se cramer mutuellement la barbaque au lance-flammes.


Faut quand même les comprendre ! Voilà des individus, diplômés ou analphabètes, qui n’ont jamais rien su faire de leur vie à part asphalter les routes qui mènent à leurs palaces, chouiner dans les enterrements et les condoléances juste pour faire genre, et caser dans la fonction publique les traîne-lattes parmi leurs électeurs. Ah ! si, tout de même ! Ils se réunissent à l’heure où les gens normaux travaillent, refont le Liban des bas quartiers et arborent les mines compassées de ceux qui sont investis d’un pouvoir discrétionnaire. Ils se déplacent aussi en bahut noir aux vitres noircies, des lunettes noires à califourchon sur un nez obscène que leurs doigts honorent de temps en temps d’une visite furtive. Depuis que les ploucs ont découvert que le noir fait chic, la quadrichromie est sous le choc… Mais pour le reste, ils sont toujours là, les bras ballants, chapelet de plaisance pendouillant d’une main, à échanger des blagues épaisses. Sans tablette numérique ni porte-serviette. Jamais vus assis derrière un bureau en train d’écrire, pianoter sur un ordinateur, pas même lisant un livre. Saillie littéraire bien connue : « Y en a qui sont faits pour servir leur pays, d’autres pour servir à table. »


C’est quand même dingue d’être parmi les derniers bleds au monde à se voir affublés d’une pareille basse extraction de nuisibles, dont l’unique préoccupation est de laisser leur rondelle tutoyer le même fauteuil, guettant avec avidité le moindre borborygme, le plus petit rot, la plus discrète flatulence échappée d’un émissaire étranger ou d’une ambassade qui puisse les guider pour retrouver le sens de la girouette.


Alors, qui du Franju ou de Mamiche installera le Tout-Zghorta mondain et rural aux commandes ? À moins de déguster le Aoun nouveau, qui viendra lui aussi nous faire la gueule en frétillant de l’index ! Jusque-là, rien qu’un fatras de prédictions affligeantes dont il ressort pour l’essentiel qu’elles ont été pompées de l’histoire du Liban contemporain. Qu’en somme, on ne sait pas grand-chose sur la façon de relever le pays, mais que c’est une bonne raison de geindre et quémander à chaque fois qu’on touche le fond, vu que tout irait bien dans le pire des Liban possibles… si ça n’était pas déjà plus mal.

gabynasr@lorientlejour.com

La tronche que tirent les différents ahuris politiques depuis que l’ambassadeur d’Arabie les a gentiment priés de se démerder pour se dégotter un chef d’État capable de présider le cirque au cèdre. « C’est aux Libanais seuls de se choisir un président, sans aucune intervention extérieure », qu’il ânonnait le faux-cul, en sachant bien que ces ectoplasmes planqués...
commentaires (7)

Chapeau levé et merci!

Wlek Sanferlou

13 h 47, le 15 mai 2023

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Chapeau levé et merci!

    Wlek Sanferlou

    13 h 47, le 15 mai 2023

  • "… des individus, diplômés ou analphabètes, qui n’ont jamais rien su faire de leur vie à part asphalter les routes qui mènent à leurs palaces …" - Et encore, si vous voulez mon avis, ils les ont "faites asphalter", même pas capables de le faire eux-mêmes…

    Gros Gnon

    21 h 35, le 12 mai 2023

  • Inégalable comme toujours!

    Georges Breidy

    12 h 57, le 12 mai 2023

  • Bravo ! On déguste ...

    GM92190

    11 h 50, le 12 mai 2023

  • Quel talent! Merci.

    Sissi zayyat

    10 h 50, le 12 mai 2023

  • Merci pour ce billet, il reflète mon humeur

    Hajjar Fady

    09 h 14, le 12 mai 2023

  • que c’est bien dit !!!

    Bassam Hajjar

    06 h 46, le 12 mai 2023

Retour en haut