Rechercher
Rechercher

Culture - Disparition

Le chanteur et musicien libanais Élie Choueiri n'est plus

Né à Beyrouth en 1939, ce musicien prolifique a écrit des chansons pour Sabah ou Wadih Safi et a collaboré à 25 pièces de théâtre aux côtés des frères Rahbani et de Fairouz. 

Le chanteur et musicien libanais Élie Choueiri n'est plus

Le musicien et chanteur Elie Choueiri. Photo d'archives L'OLJ

Le chanteur et musicien Élie Choueiri est décédé mercredi à Beyrouth, à l'âge de 84 ans, rapporte l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle). Né le 27 décembre 1939, Choueiri était marié et père de trois filles. Il avait reçu en 2017 les insignes de commandeur de l'ordre national du Cèdre pour l'ensemble de sa carrière artistique et musicale.

Elie Choueiri débute sa carrière en 1960 à la radio koweïtienne, avant de rentrer au Liban et de collaborer avec les plus grands noms de la scène musicale libanaise, dont les frères Rahbani, Fairouz, Sabah, Wadih Safi ou encore Samira Toufic.

Au Koweït, l'artiste participe à plusieurs événements qui lui permettent de découvrir la musique des pays du Golfe. En 1962, il assiste à un concert de plusieurs artistes libanais dont Wadih Safi, Souad Hachem, Zaki Nassif et Toufic Bacha, ce qui lui donnera envie de rentrer au Liban pour se lancer dans la chanson. A son retour au pays, il est soutenu par le musicien Joseph Chamaa et rejoint une chorale aux côtés de ce dernier et de Nicolas Deek. L'équipe se produit avec plusieurs chanteurs dont Fahed Ballan et Nazha Younès. 

Elie Choueiri (g), recevant les insignes de commandeur de l'ordre national du Cèdre, en 2017, remis par l'ancien président de la République Michel Aoun. Photo Dalati Nohra

En 1963, Elie Choueiri décroche un rôle dans une pièce de Roméo Lahoud présentée dans le cadre du festival de Baalbeck. Il est ensuite repéré par les frères Rahbani et collabore à 25 pièces de théâtre avec Fairouz, dont "Sahh el-Nom", "Bayyaa el-Khawatem" ou "Dawalib al-Hawa".

Il se sépare des Rahbani au bout de quelques années, et se lance en 1975 dans une émission satirique sur la radio Voix du Liban avec le journaliste Samy Ghamika. Il rencontre ensuite Sabah, à l'occasion de la pièce "Sett el-Kell", et compose pour elle le célèbre titre "Tehla w tetaammar ya dar". C'est alors qu'il est repéré en Syrie, ce qui lui permet de s'y produire. 

Elie Choueiri a composé la musique et les paroles de plusieurs grands classiques de Sabah et de Wadih Safi, ainsi que de nombreux titres interprétés par Dalida Rahmé et Majida el-Roumi. Il est l'auteur de la célèbre chanson "Ayyam el-Loulou", chantée à la fois par Sabah et par Samira Toufic qui se sont disputées pour interpréter ce titre.

Le chanteur et musicien Élie Choueiri est décédé mercredi à Beyrouth, à l'âge de 84 ans, rapporte l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle). Né le 27 décembre 1939, Choueiri était marié et père de trois filles. Il avait reçu en 2017 les insignes de commandeur de l'ordre national du Cèdre pour l'ensemble de sa carrière artistique et musicale.Elie Choueiri débute sa...
commentaires (2)

Salut l'artiste ! Il y a une couleur très personnelle et éminemment libanaise dans ses compositions mais aussi dans sa voix et ses propres interprétations.

IBN KHALDOUN

15 h 04, le 06 mai 2023

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Salut l'artiste ! Il y a une couleur très personnelle et éminemment libanaise dans ses compositions mais aussi dans sa voix et ses propres interprétations.

    IBN KHALDOUN

    15 h 04, le 06 mai 2023

  • Paix à son âme ?

    Boustany Brenda

    11 h 48, le 04 mai 2023

Retour en haut