Rechercher
Rechercher

Politique - Trafic de Captagon

Sanctions US contre les trafiquants Nouh Zeaïter et Hassan Dekko et plusieurs personnalités syriennes

Le Trésor américain souligne les liens des deux trafiquants avec l'armée syrienne. 

Sanctions US contre les trafiquants Nouh Zeaïter et Hassan Dekko et plusieurs personnalités syriennes

Des pilules de Captagon saisies. Archives AFP

Le Département du Trésor américain a imposé des sanctions, mardi, contre une série de personnalités syriennes et libanaises, y compris les narcotrafiquants libanais Nouh Zeaïter et Hassan Dekko, pour trafic de Captagon. 

Dans un long communiqué, le Bureau du contrôle des actifs étrangers (OFAC) du Département du Trésor américain a ajouté à sa liste d'individus sanctionnés, "en coordination avec des contreparties au Royaume-Uni", plusieurs "personnes clés qui soutiennent le régime du président syrien et la production ou l'exportation de Captagon, une amphétamine dangereuse".

Dans notre dossier "Captagon : la face «cachets» du Liban"

Comment le Liban est devenu une plaque tournante du trafic régional de captagon

"La Syrie est devenue un leader global de la production de Captagon, qui est hautement addictif et dont une grande partie passe par le Liban, a déclaré le directeur de l'OFAC Andrea M. Gacki, cité par le communiqué. Avec nos alliés, nous demandons des comptes à ceux qui soutiennent le régime de Bachar el-Assad avec des revenus illicites du trafic de drogue et d'autres moyens financiers, qui permettent au régime de poursuivre la répression du peuple syrien". "Le régime syrien et ses alliés sont de plus en plus impliqués dans la production et le trafic de Captagon pour générer des devises, estimées par certaines à des milliards de dollars".

Le Trésor US souligne, dans le cadre de cette procédure,"le rôle des trafiquants de drogue libanais, dont certains maintiennent des liens avec le Hezbollah, dans la facilitation de l'exportation de Captagon", ainsi que "la domination de la famille (du président syrien Bachar) el-Assad sur le trafic de Captagon. 

Opérations "sous couvert du Hezbollah"
Le premier des deux trafiquants libanais sanctionnés est Hassan Dekko, un Syro-Libanais surnommé "Le roi du Captagon" par les médias et dont le Trésor souligne les relations avec la "Quatrième division de l'armée syrienne dirigée par Maher el-Assad" et le fait que ses opérations se font "sous couvert du Hezbollah". "Dekko a été arrêté au Liban en 2021 pour trafic de drogues en lien avec l'envoi d'une quantité massive de Captagon en Malaisie, avant d'être transféré en Arabie saoudite. Des membres du Hezbollah sont suspectés d'avoir facilité les activités de Dekko lorsqu'il était en prison", ajoute le texte. Deux entreprises d'import-export enregistrées au nom de Hassan Dekko et opérant dans la Békaa sont sanctionnées en même temps que lui.

Dans notre dossier "Captagon : la face «cachets» du Liban"

Face au trafic de captagon, une croisade aux allures de chemin de croix pour le Liban


En décembre dernier, Hassan Dekko avait été condamné à sept ans de prison avec travaux forcés. une source judiciaire.

Le second est Nouh Zeaïter, "un trafiquant d'armes et de drogues notoire, actuellement recherché par les autorités libanaises". Le Trésor souligne également ses liens avec l'armée syrienne.

Deux cousins d'Assad 
Parmi les personnalités syriennes, l'OFAC a ajouté à sa liste l'homme d'affaires Khaled Kaddour "un proche-associé de Maher el-Assad", frère cadet de Bachar el-Assad et chef de la Quatrième division de l'armée syrienne, qui contrôlerait la contrebande, les pillages et des trafics en tout genre dans le pays en guerre. "Kaddour serait la personne responsable de la gestion des revenus générés par ces activités" illicites de l'armée syrienne, selon l'OFAC. Un cousin du président Assad, Samer Kamal el-Assad, est également ajouté à la liste des sanctions pour ses activités de "surveillances de cites de production du Captagon à Lattaquié, en coordination avec la Quatrième division et certains associés du Hezbollah". Un second cousin Assad, Wassim Badi el-Assad, est également sanctionné pour "plusieurs rôles" de soutien à l'armée syrienne.


Dans notre dossier "Captagon : la face «cachets» du Liban"

Chantage, disparitions et argent sale : les multiples facettes d’un baron du captagon libanais

Enfin, un membre de l'Armée syrienne libre, rassemblement de groupes rebelles, Imad Abou Zoureik, est également sanctionné pour jouer un "rôle important dans la production et le trafic de drogue dans le sud de la Syrie", notamment via le poste-frontière de Nassib entre la Syrie et la Jordanie. 

Les États-Unis ont déjà imposé des sanctions à de nombreuses personnes ayant des liens présumés avec le puissant parti chiite, mais aussi à des politiciens libanais de haut rang comme le chef du Courant patriotique libre (CPL, aouniste) Gebran Bassil et le député du mouvement Amal Ali Hassan Khalil, accusés de corruption. En janvier, l'OFAC avait annoncé des sanctions contre l'ancien président et l'actuel vice-président du Paraguay pour corruption, en citant leurs liens avec le Hezbollah.

En raison de ces sanctions, les avoirs des personnes désignées doivent être gelés et signalés à l'OFAC, précise le communiqué. L'OFAC peut également "interdire ou imposer de strictes conditions à l’ouverture ou au maintien aux États-Unis d’un compte correspondant ou d’un compte créditeur par l’intermédiaire d’un compte d’une institution financière étrangère qui a consciemment effectué ou facilité une transaction importante au profit d’un terroriste mondial".


Le Département du Trésor américain a imposé des sanctions, mardi, contre une série de personnalités syriennes et libanaises, y compris les narcotrafiquants libanais Nouh Zeaïter et Hassan Dekko, pour trafic de Captagon. Dans un long communiqué, le Bureau du contrôle des actifs étrangers (OFAC) du Département du Trésor américain a ajouté à sa liste d'individus sanctionnés,...

commentaires (7)

Les sanctions par les USA se transforment sur le terrain du trafic comme "une décoration de l'ordre du mérite", aidant les trafiquants à assoir solidement leur ascendants sur leurs semblables. Ils ne vont pas ouvrir des comptes chez l'Uncle Sam, Quand même!

Céleste

12 h 05, le 29 mars 2023

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Les sanctions par les USA se transforment sur le terrain du trafic comme "une décoration de l'ordre du mérite", aidant les trafiquants à assoir solidement leur ascendants sur leurs semblables. Ils ne vont pas ouvrir des comptes chez l'Uncle Sam, Quand même!

    Céleste

    12 h 05, le 29 mars 2023

  • Les USA n'ont rien affaire au Liban!! Ce sont les autorités libanaises qui doivent sévir fortement contre ces trafiquants ( en espérant qu'ils n'en fassent pas partie!!!). Et concernant la Syrie, on peu plus de surveillance aux Frontières!!!Pas plus fréquentable que les USA!!!! Hélène Somma

    Hélène Somma

    03 h 25, le 29 mars 2023

  • vue le.reportage de France tv qui a dévoilé tout le réseau et après à oublié toute sanction contre les têtes de ce trafic de drogue en brandissant le REAL POLITIQUE apparemment l histoire se répète la aussi.tout ça c est pathétique.

    Le juste milieu

    01 h 20, le 29 mars 2023

  • Mais la Syrie d'Assad n'est évidemment pas fréquentable !

    TrucMuche

    19 h 30, le 28 mars 2023

  • Curieux timing....juste au moment où la Syrie risque de redevenir fréquentable

    Tamimtamim

    18 h 32, le 28 mars 2023

  • Curieux timing...juste au moment où la Syrie risque de redevenir fréquentable .....

    Tamimtamim

    18 h 32, le 28 mars 2023

  • Encore du chantage politique , on n'en finira jamais avec ces américains !

    Chucri Abboud

    16 h 33, le 28 mars 2023

Retour en haut