Rechercher
Rechercher

Économie - Etats-Unis

Les autorités se pressent de protéger les dépôts de la banque SVB

Londres annonce que la branche britannique de SVB a été vendue à HSBC, qui a précisé l'avoir acquise pour une livre symbolique.

Les autorités se pressent de protéger les dépôts de la banque SVB

Le logo de la banque américaine SVB sur fond de drapeau de l'Union européenne. Photo d'illustration REUTERS/Dado Ruvic

Les autorités américaines dimanche, suivies de leurs homologues britanniques lundi, ont annoncé des mesures pour protéger les dépôts de la banque californienne en faillite Silicon Valley Bank (SVB), et rassurer les particuliers comme les entreprises.

Dimanche, les autorités américaines ont ainsi annoncé une série de mesures pour tranquilliser particuliers et entreprises à l'égard de la solidité du système bancaire américain. Elles vont notamment garantir le retrait de l'intégralité des dépôts de la banque en faillite.

Outre SVB, les autorités américaines vont permettre l'accès à tous les dépôts d'un autre établissement, Signature Bank, qui a été fermé d'office par le régulateur, à la surprise générale, selon un communiqué.

La Réserve fédérale (Fed) - la banque centrale américaine - s'est également engagée à prêter les fonds nécessaires à d'autres banques qui en auraient besoin pour honorer les demandes de retraits de leurs clients.

Eclairage

La faillite de la banque SVB fait redouter un bain de sang pour les start-up technologiques

Ces mesures ont été prises conjointement par la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, la Fed et l'Agence de garantie des dépôts (FDIC), après consultation avec le président américain Joe Biden, selon le communiqué.

Londres a pour sa part annoncé lundi que la branche britannique de SVB avait été vendue à HSBC, qui a précisé l'avoir acquise pour une livre symbolique.

"Silicon Valley Bank (UK) a été vendue aujourd'hui à HSBC. (...) Les clients de SVB UK pourront accéder à leurs dépôts et leurs services bancaires normalement à partir d'aujourd'hui", ajoute le Trésor britannique dans sa déclaration.

Les autorités financières britanniques ont agi dans l'urgence tout le week-end, après l'annonce des déboires de SVB, afin de rassurer les marchés et tenter de limiter les dégâts pour le secteur de la technologie envers qui cette faillite pose un "risque sérieux", a admis le ministre britannique des Finances Jeremy Hunt.

Turbulences menaçantes

Les mesures fortes déployées par les autorités américaines témoignent des turbulences qui menacent le système bancaire américain, perturbé par le resserrement monétaire de la Fed à marche forcée.

Ces relèvements de taux d'intérêt ont notamment incité des clients à placer leur argent dans des produits financiers mieux rémunérés que les comptes courants et ont bousculé le secteur des nouvelles technologies, gourmand en cash.

La vague de retraits bancaires qui a suivi a provoqué la défaillance de trois banques la semaine dernière: SVB, Signature Bank mais aussi Silvergate Bank, plus petite mais connue pour ses liens privilégiés avec le milieu des cryptomonnaies.

L'établissement new-yorkais Signature Bank est la 21e banque américaine, avec des actifs estimés par la Fed à 110 milliards de dollars fin 2022. Sa défaillance est la troisième plus importante de l'histoire des Etats-Unis, derrière SVB et Washington Mutual en 2008.

"Aujourd'hui, nous prenons des mesures décisives pour protéger l'économie américaine en renforçant la confiance dans notre système bancaire", ont indiqué Fed, Trésor et FDIC dimanche dans leur communiqué.

Après l'annonce de la prise de contrôle de SVB par la FDIC, vendredi, beaucoup s'étaient inquiétés du sort des dépôts bloqués par la défaillance de l'établissement.

Quelque 96% d'entre eux n'étaient, en effet, pas couverts par la garantie traditionnelle des dépôts, qui assure jusqu'à 250.000 dollars par client et par banque.

"Le système bancaire est beaucoup plus résilient et doté d'une bien meilleure assise qu'avant la crise financière" de 2008, a martelé un responsable du Trésor. L'ensemble des mesures dévoilées dimanche étaient "nécessaires pour traiter le risque systémique que nous avons observé sur les marchés financiers", a-t-il appuyé.

"Demander des comptes"

Quant au président américain Joe Biden, il s'est dit "fermement déterminé à demander des comptes aux responsables de ce gâchis".

La solution annoncée dimanche protège les déposants, mais les actionnaires de SVB et Signature Bank "vont tout perdre", a souligné le responsable de la Fed.

Joe Biden a assuré que "le peuple américain et les entreprises américaines (pouvaient) avoir confiance dans le fait que leurs dépôts bancaires seront là lorsqu'ils en auront besoin". Le chef de l'Etat doit s'exprimer lundi sur "la manière dont nous maintiendrons un système bancaire résilient pour protéger notre reprise économique historique", a-t-il annoncé.

Parallèlement, les autorités américaines ont mis aux enchères SVB avec l'objectif de trouver un repreneur au plus vite.

Cette course contre la montre rappelle le week-end des 13 et 14 septembre 2008. Les autorités américaines avaient échoué à trouver un repreneur pour Lehman Brothers et refusé d'intervenir, poussant la banque au dépôt de bilan, avec des conséquences dramatiques pour le secteur financier et l'économie toute entière.

Les annonces de dimanche sont intervenues quelques minutes avant l'ouverture de la Bourse de Tokyo, qui a clôturé lundi en baisse de 1,11%.

Outre la stabilité du système bancaire, beaucoup se disaient préoccupés par les répercussions de la faillite de SVB sur le secteur technologique, américain mais aussi au-delà. SVB se targuait d'avoir pour clients "près de la moitié" des entreprises technologiques et des sciences du vivant financées par des investisseurs américains.

Les autorités américaines dimanche, suivies de leurs homologues britanniques lundi, ont annoncé des mesures pour protéger les dépôts de la banque californienne en faillite Silicon Valley Bank (SVB), et rassurer les particuliers comme les entreprises.
Dimanche, les autorités américaines ont ainsi annoncé une série de mesures pour tranquilliser particuliers et entreprises à l'égard de...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut