Rechercher
Rechercher

Politique

Tarraf : Nous avons les outils pour aider le Liban si ses dirigeants coopèrent

Tarraf : Nous avons les outils pour aider le Liban si ses dirigeants coopèrent

L’ambassadeur Ralph Tarraf prononçant son allocution. Photo DR

Au cours d’une réception donnée le 19 janvier en l’honneur des journalistes, Ralph Tarraf, ambassadeur de l’Union européenne au Liban, a déclaré que son organisation a « les outils pour soutenir le Liban, si toutefois ses dirigeants décident de transformer son secteur public de manière à ce que l’administration soit gouvernée avec davantage de transparence et de remise en question, que le judiciaire soit indépendant et renforcé et que la séparation des pouvoirs soit claire et évite la paralysie du pays à chaque échéance ».

M. Tarraf a énuméré les projets dans lesquels l’UE a épaulé le Liban, le dernier en date étant l’assistance pour l’élaboration de la loi sur l’indépendance de la justice. « Mais notre appui peut seulement se mesurer aux ambitions des décideurs libanais », a-t-il ajouté.

L'édito de Issa GORAIEB

Duel aux chandelles

S’attardant sur l’effondrement économique qui frappe le pays, l’absence de réformes et la vacance aux différents niveaux de l’État, le responsable européen a martelé : « Il est grand temps de remettre l’économie sur la voie du redressement. »

M. Tarraf n’a pas omis de parler de la « présence des réfugiés syriens en grand nombre sur le sol libanais », rappelant la « solidarité » de l’UE face à cet afflux de près d’un million de réfugiés.

Faisant écho à des différends qui opposent le gouvernement libanais, désireux d’entamer un processus de retour des Syriens, et diverses parties occidentales soupçonnées par les Libanais d’entraver ce processus, M. Tarraf a poursuivi : « Nous avons fait notre part pour aider et n’avons bloqué aucune tentative de trouver des solutions à long terme à cette crise. L’UE ne s’est jamais opposée à un retour des réfugiés syriens chez eux, mais le retour ne peut avoir lieu que dans les bonnes conditions. Malheureusement, celles-ci ne le sont pas actuellement. »


Au cours d’une réception donnée le 19 janvier en l’honneur des journalistes, Ralph Tarraf, ambassadeur de l’Union européenne au Liban, a déclaré que son organisation a « les outils pour soutenir le Liban, si toutefois ses dirigeants décident de transformer son secteur public de manière à ce que l’administration soit gouvernée avec davantage de transparence et de remise en...

commentaires (3)

Comme c'est bien dit! Rien que des laches, ces europeens bureaucrates.

RAYMOND SAIDAH

18 h 35, le 21 janvier 2023

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Comme c'est bien dit! Rien que des laches, ces europeens bureaucrates.

    RAYMOND SAIDAH

    18 h 35, le 21 janvier 2023

  • Vous avez surtout les outils pour traquer et saisir tous les flux financiers douteux qui ont transité par l’Europe mais vous ne l’avez pas fait. Bien au contraire, les politiciens de divers pays européens sont en parfaite harmonie avec plusieurs de nos politiciens. Je ne vais pas citer des noms pour ne pas être censuré. Vous voulez conserver les syriens au Liban de crainte qu’ils ne déferlent sur l’Europe. D’ailleurs vous versez des milliards à la Turquie pour conserver les syriens chez elle et pour garder ses frontières hermétiques avec l’Europe. Vous avez maintes et maintes fois menacé nos politiciens de sanctions mais vous n’avez rien fait car vous devez obtenir une unanimité européenne impossible à recueillir à ce sujet. Vous voulez continuer à envoyer des aumônes pudiquement appelés dons pour faire bonne figure alors que vous payez des centaines de millions aux syriens pourvu qu’ils restent au Liban. Alors arrêtez vos hypocrisies et vos discours mensongers. Si vous voulez aider le peuple libanais, permettez lui de faire dégager tous les politiciens libanais véreux, confisquez tous leurs avoirs qui se trouvent dans vos banques et rendez les au peuple libanais. Autorisez ou même contraignez tous les syriens présents au Liban à retourner dans leur pays où il n’y a plus de guerre mais vous n’osez pas car vous ne voulez pas affronter Bachar El Assad et encore moins Poutine. Alors de grâce, taisez vous et occupez vous plutôt des problèmes de la population européenne

    Liberté de penser et d’écrire

    18 h 00, le 21 janvier 2023

  • Qu’ils commencent déjà par sortir des mandats d’arrêt de tous les pilleurs de notre pays puisqu’ils ont les preuves de leur culpabilité et qu’ils rechignent à les utiliser. Pour le reste on avisera en temps et en heure. Il faut les mettre hors d’état de nuire pour que le peuple puisse choisir son président, ses ministres et surtout ses protecteurs.

    Sissi zayyat

    11 h 24, le 21 janvier 2023

Retour en haut