Rechercher
Rechercher

Société - Social

Contraint d’hypothéquer sa voiture pour récupérer le corps de son fils...

Le père d’un nourrisson décédé dans un hôpital du Akkar a été contraint par une employée de l’établissement de laisser son véhicule en guise de garantie et de rentrer en taxi avec son fils dans les bras. Face au scandale, l’hôpital a fini par s’excuser.

Contraint d’hypothéquer sa voiture pour récupérer le corps de son fils...

Hussein Baarini, 37 ans, pris en photo avec la dépouille de son fils dans les bras. Photo fournie par Michel Hallak

Au Akkar, une scène effroyable a témoigné cette semaine des pratiques surréalistes dans certains établissements hospitaliers depuis que la crise sévit au Liban : un père de famille dont le nouveau-né est mort à l’hôpital, a été contraint de laisser sur place sa voiture en guise de garantie afin de pouvoir récupérer le corps de son nourrisson mort. La photo de Hussein Baarini, 37 ans, marchant dans la rue avec dans les bras un nouveau-né enveloppé d’une couverture, a suscité un vif émoi sur les réseaux sociaux et relancé le débat sur l’accès des Libanais aux hôpitaux en période de crise et le traitement parfois « inhumain » réservé à ceux qui ne peuvent pas payer les factures exigées en dollars « frais » par le système de santé, depuis que la livre libanaise a commencé à perdre de sa valeur.

Dans les faits, après avoir été maintenu en couveuse pendant 25 jours, le nouveau-né est décédé en début de semaine. L’hôpital Habtour, à Hrar, dans le Akkar, a alors demandé à Hussein Baarini de s’acquitter de la somme de 2 400 dollars avant de pouvoir récupérer le corps de son enfant. « Je n’avais que 400 dollars sur moi. La comptable a alors exigé que je laisse ma voiture sur place en guise de garantie. Elle a ensuite demandé à un médecin qui passait par là, et qui n’avait rien à voir avec notre histoire, de lui donner une estimation du coût de la voiture. Ce dernier a dit qu’il pensait qu’elle valait 2 000 dollars », raconte M. Baarini à L’Orient-Le Jour. « J’ai accepté cette proposition. N’ayant plus de moyen de locomotion, j’ai dû marcher jusqu’à l’autoroute avec le corps de mon fils dans les bras, puis j’ai pris un taxi jusqu’au village », poursuit-il.

Lire aussi

Le gel du programme de cartes de rationnement pèse sur les familles

Hussein Baarini, qui travaille comme gardien dans une école du village de Fneideq, est conscient d’avoir été « traité de manière inhumaine ». « Ils ont agi comme si j’étais un ennemi ou un étranger. Je touche 1 700 000 livres par mois (environ 40 dollars au prix du marché parallèle). J’avais donc besoin d’un peu temps pour pouvoir récolter 2 400 dollars auprès de ma famille ou de mes amis », soupire-t-il.

Mesures disciplinaires à l’encontre de l’employée

Construit en 2016 par l’homme d’affaires émirati Khalaf Habtour, l’hôpital privé où s’est déroulé l’incident est l’un des rares centres de santé de cette région qui souffre d’une absence presque totale de projets de développement. Contacté par L’OLJ, Rabih Samad, directeur général de l’hôpital, assure que l’établissement « a pris des mesures disciplinaires à l’encontre de l’employée qui a demandé au père du nourrisson d’hypothéquer sa voiture » pour récupérer la dépouille de son enfant. « Elle aurait dû consulter l’administration avant de prendre une telle décision. Elle est en arrêt jusqu’à la fin de notre enquête », indique le Dr Samad. Il assure avoir appelé Hussein Baarini pour lui présenter ses excuses.

Lire aussi

Les Libanais face au « piège de l’invisibilité »

Le directeur général de l’hôpital estime toutefois que le père « est issu d’une famille aisée et a les moyens de payer ». « Nous avons quand même trouvé un donateur qui était prêt à couvrir sa facture. Nous lui avons demandé de récupérer sa voiture », poursuit le directeur.

Hassan Baarini, lui, dit ne pas avoir voulu récupérer le véhicule. « Je n’ai pas accepté l’aide de l’établissement. Je n’ai besoin de personne. J’ai réussi à me débrouiller », lance-t-il.

Réagissant à l’incident, le député du Akkar Walid Baarini, qui est issu du même village que le père de l’enfant, a appelé la direction de l’hôpital à « revoir sa manière de traiter avec les patients ». « Nous appelons l’hôpital à faire preuve d’indulgence envers les familles. Certains établissements traitent de manière scandaleuse avec les patients », a affirmé M. Baarini, dans une déclaration rapportée par notre correspondant Michel Hallak


Au Akkar, une scène effroyable a témoigné cette semaine des pratiques surréalistes dans certains établissements hospitaliers depuis que la crise sévit au Liban : un père de famille dont le nouveau-né est mort à l’hôpital, a été contraint de laisser sur place sa voiture en guise de garantie afin de pouvoir récupérer le corps de son nourrisson mort. La photo de Hussein...

commentaires (9)

Décidément je ne portais jamais m’habituer à l’horreur de ces situations qui existaient déjà bien avant la crise … L’accès aux soins et les familles qui jonglent avec endettement et vente de biens Je ne compte plus les nouveaux nés pris en otage dans des couveuses le temps que les parents puissent trouver de quoi régler les factures .. Aujourd’hui les gens braquent des banques pour se soigner Ce pays a plus que souvent marché sur la tête mais on n’en parlait pas Bravo Zeina

Noha Baz

18 h 39, le 11 décembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Décidément je ne portais jamais m’habituer à l’horreur de ces situations qui existaient déjà bien avant la crise … L’accès aux soins et les familles qui jonglent avec endettement et vente de biens Je ne compte plus les nouveaux nés pris en otage dans des couveuses le temps que les parents puissent trouver de quoi régler les factures .. Aujourd’hui les gens braquent des banques pour se soigner Ce pays a plus que souvent marché sur la tête mais on n’en parlait pas Bravo Zeina

    Noha Baz

    18 h 39, le 11 décembre 2022

  • C’est MONSTRUEUX

    Joumana Jamhouri

    14 h 05, le 10 décembre 2022

  • C.est à vomir, j.ai eu la nausée en lisant cet article.

    Darwiche Jihad

    22 h 44, le 09 décembre 2022

  • Petite modification, Chronique d'une folie devenue "ordinaire" au Liban.

    Christine KHALIL

    14 h 50, le 09 décembre 2022

  • A hussein Baarini Allah yerhamo Samir c. Atallah

    AK

    12 h 03, le 09 décembre 2022

  • YA C HAAB LOUBNAN EL AZIM Samir C Atallah Chevalier de l Ordre National des Cedres 1991 par decret Presidentiel 1745 pour 30 annees au service du Patrimoine Libanais pourl emigration https://aawsat.com/home/international/section/first

    AK

    11 h 07, le 09 décembre 2022

  • Chronique d'une folie devenue "normale" au Liban.

    Christine KHALIL

    10 h 58, le 09 décembre 2022

  • C’est plus que scandaleux. Cette employée mérite une radiation à vie de tout emploi. Ce n’est pas une personne humaine mais un monstre pour traiter de cette façon un père qui vient de perdre son nouveau né.

    Liberté de penser et d’écrire

    09 h 43, le 09 décembre 2022

  • How can this happen? These people are dead inside. The child did likely not obtain optimal healthcare otherwise, the child would have survived. The state should budget to provide free healthcare for all children in Lebanon.

    Mireille Kang

    07 h 02, le 09 décembre 2022

Retour en haut