Rechercher
Rechercher

Économie - Monnaie

La livre libanaise pointe à 41 000 livres, le taux Sayrafa reste inchangé

L'écart entre le taux du marché parallèle et celui de la plateforme Sayrafa continue de se creuser, s'élevant désormais à plus de 10.000 LL.

La livre libanaise pointe à 41 000 livres, le taux Sayrafa reste inchangé

Un bureau de change fermé rue Badaro, à Beyrouth. Photo P.H.B.

Le taux de change sur le marché réunissant les agents autorisés et ceux du marché libre a pulvérisé un nouveau record mercredi en atteignant la barre des 41 000 livres pour un dollar en milieu d’après-midi sur au moins deux applications qui le relayent – Lirarate.org et Adde Dollar. Le cours flottait encore autour de ce niveau en début de soirée.

La monnaie nationale flirtait avec le seuil de 41 000 LL depuis plusieurs jours et avait même failli le franchir le 23 octobre dernier, avant de se replier brusquement. C’était d’ailleurs la première fois que la livre dépassait la barre symbolique des 40 000 LL, soit près de 27 fois la parité officielle de 1 507,5 livres pour un dollar avec laquelle le pays a vécu pendant plus de 20 ans et que la crise qui a éclaté en 2019 a rendu obsolète.Bien qu’informel, le taux du marché reflète la vraie valeur de la livre face au dollar. Ses variations sont directement répercutées par les agents économiques sur les prix des biens et des services, à quelques exceptions près comme le carburant (régulé par le ministère de l’Énergie et de l’Eau) ou le pain (le blé étant encore subventionné).Le taux du marché coexiste avec d’autres taux qui sont artificiellement fixés, comme celui de la plateforme Sayrafa opéré par la Banque du Liban et utilisé pour certaines opérations (conversion de dollar via le circulaire n° 161).


Malgré le nouveau pic du marché, le taux de Sayrafa que la BDL modifie tous les jours ouvrés est resté figé mercredi à 30 300 livres pour un dollar, soit un écart de plus de 10 000 livres avec le taux du marché libre.Les raisons de l’effondrement de la livre sont connues : accumulant les déficits et trop dépendant des importations, le pays a une balance des paiements très largement déficitaire depuis plusieurs années, et le ralentissement puis l’arrêt des flux entrants de dépôts ont réduit la capacité de la banque centrale à soutenir la parité officielle, tandis que les réserves de devises du pays ont continué de s’amenuiser.

Lire aussi

Plus de 170 000 déposants ont « profité » de la circulaire n° 158

L’absence de réformes a fait exploser le système bancaire au profit d’une économie du cash. Pendant ce temps, la BDL a continué à imprimer des livres, faisant exploser la masse monétaire dans un État de plus en plus dysfonctionnel.Ce même État vient d’ailleurs de tripler les salaires des fonctionnaires, payés en livres, via le budget 2022 entré en vigueur avec 10 mois et demi de retard, et dont les calculs de recettes se basent sur un taux de change à 15 000 livres pour un dollar.

Le marché des changes est enfin extrêmement opaque et beaucoup d’acteurs travaillant dans les secteurs bancaire et financier considèrent, sans pouvoir le démontrer formellement, que le taux dollar/livre est manipulé par des spéculateurs agissant de manière coordonnée au vu et au su des autorités. 



Le taux de change sur le marché réunissant les agents autorisés et ceux du marché libre a pulvérisé un nouveau record mercredi en atteignant la barre des 41 000 livres pour un dollar en milieu d’après-midi sur au moins deux applications qui le relayent – Lirarate.org et Adde Dollar. Le cours flottait encore autour de ce niveau en début de soirée.
La monnaie nationale flirtait avec...

commentaires (1)

Le haircut se poursuit a grands pas. Et ils se trouve des economistes bancaires assez stupides pour pretendre que le taux du marche, a 41000 aujourd'hui, est speculatif. Ces cretins oublient (volontairement) de preciser que le taux diu marche (noir ?) est celui des echanges internationaux. Celui qui sert a determiner les prix REELS dedans le commerce.

Michel Trad

23 h 00, le 30 novembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Le haircut se poursuit a grands pas. Et ils se trouve des economistes bancaires assez stupides pour pretendre que le taux du marche, a 41000 aujourd'hui, est speculatif. Ces cretins oublient (volontairement) de preciser que le taux diu marche (noir ?) est celui des echanges internationaux. Celui qui sert a determiner les prix REELS dedans le commerce.

    Michel Trad

    23 h 00, le 30 novembre 2022

Retour en haut