Rechercher
Rechercher

Politique - Fin de mandat

Aoun agite le spectre d'un "chaos constitutionnel"

Évoquant une éventuelle candidature de son gendre Gebran Bassil à la présidence, le chef de l'Etat affirme à l'agence Reuters qu'"une fois qu'il sera élu (président), les sanctions disparaîtront".

Aoun agite le spectre d'un

Le président libanais Michel Aoun lors d'une allocution depuis le palais présidentiel à Baabda, le 13 octobre 2022. Photo d'archives Dalati et Nohra

Le président libanais, Michel Aoun, a déclaré samedi à l'agence Reuters que le Liban pourrait sombrer dans un "chaos constitutionnel", sans que personne ne soit en mesure de lui succéder à la magistrature suprême, alors que le gouvernement actuel de Nagib Mikati est seulement chargé d'expédier les affaires courantes depuis le 22 mai.

M. Aoun doit quitter le palais présidentiel dimanche, un jour avant la fin de son mandat de six ans, mais quatre sessions d'un parlement fracturé n'ont pas permis de dégager un consensus sur un candidat à la présidence de la République.

Lire aussi

Qu’est-ce que le « aounisme » ?

Si le Liban a déjà été confronté à des vacances présidentielles prolongées par le passé, il se trouve aujourd'hui au bord d'une situation sans précédent, avec à la fois une présidence vacante et un cabinet intérimaire aux pouvoirs limités.

Selon M. Aoun, un mouvement politique de dernière minute pour résoudre la crise constitutionnelle est possible, mais il n'y a "aucune décision finale" sur ce que cela pourrait impliquer.

Dans l'esprit de nombreux Libanais, la présidence de Michel Aoun est inextricablement liée aux pires jours de leur histoire depuis la guerre civile de 1975-1990, avec une grave crise financière qui a débuté en 2019 et l'explosion meurtrière au port de Beyrouth en août 2020.

"Les sanctions disparaîtront"

Son gendre Gebran Bassil, qui a été placé sur une liste de sanctions par les États-Unis en 2020 pour corruption présumée, a des ambitions présidentielles. Il a nié ces allégations, et Michel Aoun a soutenu samedi que ces sanctions ne l'empêcheraient pas d'être éventuellement candidat à la présidence. "Une fois qu'il sera élu (président), les sanctions disparaîtront", a dit M. Aoun, sans plus de détails.

Lire aussi

Face à Mikati, le camp aouniste entame une dernière escalade

Au cours de sa dernière semaine en tant que président, le chef de l'État a signé un accord sous l'égide des États-Unis délimitant la frontière maritime sud du Liban avec Israël - une modeste avancée diplomatique qui permettrait aux deux pays d'extraire du gaz naturel des gisements maritimes.

D'après lui, le Hezbollah, qui a envoyé des drones non armés au-dessus d'Israël et menacé d'attaquer ses plateformes offshore à plusieurs reprises, a servi de "dissuasion" qui a contribué à maintenir les négociations en faveur du Liban. "Cela n'a pas été coordonné (avec le gouvernement). C'était une initiative prise par le Hezbollah et elle a été utile", a déclaré M. Aoun.

Lire aussi

Aoun et les présidents de Conseil, un désamour qui remonte à Taëf

Il a ajouté que l'accord ouvrait la voie à des découvertes de gaz qui pourraient être la "dernière chance" du Liban de se remettre d'un effondrement financier de trois ans qui a coûté à la monnaie nationale 95 % de sa valeur et plongé 80% de la population dans la pauvreté.


Le président libanais, Michel Aoun, a déclaré samedi à l'agence Reuters que le Liban pourrait sombrer dans un "chaos constitutionnel", sans que personne ne soit en mesure de lui succéder à la magistrature suprême, alors que le gouvernement actuel de Nagib Mikati est seulement chargé d'expédier les affaires courantes depuis le 22 mai.M. Aoun doit quitter le palais présidentiel dimanche,...

commentaires (15)

LA VERITE ET LA FRANCHISE DISENT QU,IL N,EST PAS JUSTE QUE BERRY ET MIKATI RESTENT. ILS DOIVENT PARTIR AVEC LUI AINSI QUE LE BARBU SON ALLIE ET MAITRE POUR QUE LE NETTOYAGE SOIT PLUS TOTAL. ET APRES LE TOUR DE TOUS LES VOLEURS ET MAFIEUX RESTANTS.

LA LIBRE EXPRESSION

13 h 34, le 30 octobre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • LA VERITE ET LA FRANCHISE DISENT QU,IL N,EST PAS JUSTE QUE BERRY ET MIKATI RESTENT. ILS DOIVENT PARTIR AVEC LUI AINSI QUE LE BARBU SON ALLIE ET MAITRE POUR QUE LE NETTOYAGE SOIT PLUS TOTAL. ET APRES LE TOUR DE TOUS LES VOLEURS ET MAFIEUX RESTANTS.

    LA LIBRE EXPRESSION

    13 h 34, le 30 octobre 2022

  • Degages et qu'on en finisse de ce regne desastrueux et prends to beau fils narcissus Iznogoud avec toi!!!

    Sabri

    10 h 55, le 30 octobre 2022

  • Yalla retournez plutôt à terminer vos cartons, la libération de la majorité de la population libanaise est pour ce soir. Le vin mousseux (a défaut de champagne inabordable grâce à vos réalisations) est bien au frais, je le débouche dès que vous quitterez Baabda même si vous vous faites entourer de toutes les fanfares du monde.

    Liberté de penser et d’écrire

    07 h 59, le 30 octobre 2022

  • Le summum du délire.

    Esber

    07 h 52, le 30 octobre 2022

  • Un super long Mwaaaahahaha... on entendait ces rires, à peine retenus, qui sortaient d'une chaloupe surchargée à déborder d'échapés libanais vers des horizons aussi lointains que possible du liban, après avoir entendu "spectre d'un "chaos constitutionnel".... inchallah youssalo bi khair...

    Wlek Sanferlou

    01 h 26, le 30 octobre 2022

  • Ras- le-bol de sa tronche de cake. Il peut ne serait ce que par décence se la boucler et s’occuper d’emballer ses affaires et ne plus nous soûler avec ses propres niais et insignifiants. Vivement dimanche.

    Sissi zayyat

    22 h 17, le 29 octobre 2022

  • Cette "initiative du Hezbollah" résume à elle seule la non gouvernance du Liban pendant le mandat dit fort, et ses multiples misères. Venir se gargariser en fin de mandat est franchement abject

    CAMAYOU / INEOS

    20 h 13, le 29 octobre 2022

  • UN DUO DE LA CATASTROPHE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    20 h 07, le 29 octobre 2022

  • Soit il est complètement de mauvaise foi, soit il nous prend tous pour des autistes (pardon, je voulais écrire des aounistes). En fait , je crois que l’analyse est beaucoup plus simple que ça. S’il ne veut pas entrer dans l’histoire comme le pire président de tous les temps, il n’a plus que le choix entre deux solutions: soit il parvient à faire nommer quelqu’un de vraiment pire que lui à la présidence (par exemple Gendrillon), soit il fout le Liran dans un chaos sans fin, dans l’espoir (vain) que nous pensions un jour: c’était quand même mieux sous Aoun… Allez, plus que un jour et on fait la fête. Happy new year anticipée à tous les patriotes!

    Gros Gnon

    19 h 53, le 29 octobre 2022

  • Le chaos, nous l'avons déjà grâce à lui son gendre le Hezbollah, Berry et tout le reste... alors il peut agiter ce qu'il veut les Libanais sont fatigués de ces mensonges. Son gendre président, c'est la meilleure celle là... alors quoi ils vont bloqué toute élection pendant des années pour imposer ce nabot mafieux... alors dans ce cas le chaos d'--actuel sera parçu comme le paradis perdu ...

    Zeidan

    19 h 25, le 29 octobre 2022

  • Je ne savais pas que M. Aoun dictait la loi au Trésor Américain. Je ne sais pas non plus comment son gendre haï par la grande majorité de la population libanaises y compris auprès des aounistes peut être élu président par l’actuel parlement à moins que les députés souverainistes ne commettent la même bêtise que celle commise en 2016. Jusqu'à la dernière seconde de son mandat, le président va nous pourrir la vie

    Liberté de penser et d’écrire

    19 h 06, le 29 octobre 2022

  • Il rêve ou il radote ?

    Liberté de penser et d’écrire

    19 h 00, le 29 octobre 2022

  • Le Liban vient d'être classé parmi les 3 derniers pays ou il fait agréable à vivre ils entre entre le Zimbaoué et l'Afghanistan dans le World Hapyness Report de l'ONU sur153 pays analysés. On ose parler de Chaos post mandat du président..

    DAMMOUS Hanna

    17 h 09, le 29 octobre 2022

  • C'est vrai, notre Jeddo National, durant les six longues années de votre mandat, notre pays était un vrai paradis, n'est-ce pas ? Pas de "chaos constitutionnel", et tout fonctionnait parfaitement dans tous les domaines. Et maintenant, cerise sur le gâteau d'adieu, vous nous promettez le même bonheur avec...oui...oui...!!!...votre gendre dans le fauteuil prochain. Devons-nous en rire ou en pleurer ??? - Irène Saïd

    Irene Said

    16 h 13, le 29 octobre 2022

  • Que Dieu nous protège du gendre

    Staub Grace

    15 h 29, le 29 octobre 2022

Retour en haut