Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Vient de paraître

« Mayylu ! », l’invitation à bien manger de Hana el-Hibri

Elle a deux amours, les sentiers du Liban et ses traditions culinaires, réunis dans un ouvrage qu’elle signe aujourd’hui à 17h30 au Café Younès, Hamra.

« Mayylu ! », l’invitation à bien manger de Hana el-Hibri

Hana el-Hibri signe son ouvrage aujourd’hui à partir de 17h30. Photo DR

C’était il y a 12 ans. Hana el-Hibri sortait un livre intitulé A million steps, où elle partageait, pas à pas, lentement mais passionnément, ses promenades et ses découvertes. 26 villages et autant de chemins arpentés à pied, du nord au sud, en suivant le parcours établi par l’association Lebanon Mountain Trail. Des millions de pas plus tard et toujours membre du board de l’association, avec, dans ses bagages et ses souvenirs, des rencontres avec des lieux et des êtres magnifiques, elle revient avec un livre qu’elle a choisi de titrer avec ce fameux Mayylu !, entre Tfadalo et Bienvenus chez nous ! Une invitation tout en générosité lancée par nos villages à partager leur table et précieuses traditions. Car c’est de cela qu’il s’agit, essentiellement, dans cet ouvrage de 264 pages, rédigé par elle en anglais, que Hana el-Hibri a mis 5 ans à penser et réaliser avec la complicité de 18 femmes et 4 hommes qu’elle a visités dans 19 villages dispersés aux quatre coins du Liban et qui lui ont confié au total 76 recettes du terroir, certaines oubliées, d’autres inédites ou tout simplement surprenantes.

Férial et Majed Makhoul, du village de Marjeyoun. Photo DR

Un savoir-faire à retenir

Ils s’appellent Sana, Guitta, Samia et Marwan, Safaa, Rose, Wafaa, Thérèse, Bassima ou encore Salim. Ils vivent à Assia, Baino, Aitanite, Maasser el-Chouf, Ain Zebdeh et Hasbaya. Ils ont une vie, des histoires, souvent touchantes, à confier et des spécialités culinaires du terroir à partager et faire découvrir. Ce livre, confie l’auteure, n’est pas juste un livre de recettes mais un livre de cuisine. Et même deux livres en même temps. Le premier parle de nos plats du terroir et l’autre des personnes qui sont cachées derrière ce savoir-faire ancestral et qui les gardent en vie. Les recettes de nos grands-mères, qui disparaissent de plus en plus – la jeune génération ne les connaît pas – ont été murmurées à l’oreille de leurs enfants. Il n’en reste aucune trace écrite. Il fallait le faire, poursuit-elle. Les recueillir et les réunir dans un livre pour les préserver. »

Lire aussi

« Forever Beirut » de Barbara Abdeni Massaad, pour le meilleur et pour le pire

Conseillée par la Food Heritage Foundation dans le choix des recettes typiques des villages, sucrées et salées, et les personnes à rencontrer, « ils ont été d’un extraordinaire support et d’une grande générosité», confie-t-elle. Munie de ses « instruments de mesure », « les recettes sont toujours approximatives », précise-t-elle, Hana el-Hibri a rencontré chacune de « ces merveilleuses personnes », a pris le temps qu’il fallait pour les écouter et les regarder faire. Quand elles disaient vaguement « une pincée de sel » ou un peu de beurre, ce qui était naturellement leur façon de faire, je devais insister pour arriver à un dosage précis… Une mission accomplie avec bonheur et dont elle garde un souvenir touchant. « Toutes ces personnes m’ont laissé entrer dans leur intimité, leur maison, leur cuisine. Nous avons fait les photos sur place, dans leur cadre, profitant de l’ambiance et de l’éclairage naturel. J’ai découvert des ingrédients, des manières de faire que je ne connaissais pas, mais aussi des références culturelles et historiques. »

La moujaddara bil burghul de Safaa Sarkis Shalhoub (Douma). Photo DR

Pratique et sentimental

Dans un format carré et une mise en page claire et aérée, le livre, dédié à sa mère Hindo qui lui a appris « le sens de l’hospitalité et le plaisir de cuisiner », se présente avec une couverture illustrée. « Je ne voulais pas de la traditionnelle belle photo d’un plat. » Signée Jana Traboulsi, dans une couleur vive, un rouge orangé « qui existe dans tous nos plats » et une typo blanche choisis pour attirer le regard, l’effet est garanti. L’introduction est signée par l’ancien ambassadeur britannique Tom Fletcher, un grand amoureux du Liban. Le contenu, divisé en 4 grands chapitres, le Nord, la Békaa-Ouest, le Chouf, et le Sud est clair et compréhensible. À l’intérieur de chacune de ces régions, l’auteure a choisi des villages et des personnes. « Il existe une telle diversité dans nos ingrédients et nos plats, liés à la diversité géographique et climatique du pays.

Lina Haddad, habitante de Kherbet Qanafar, livre quelques-unes de ses recettes inédites. Photo DR

C’est un guide précieux pour comprendre notre cuisine et ses origines. » Des indications techniques ont été rajoutées aux recettes, temps, difficulté, végétarien, sans blé (ou pas). À la fin de l’ouvrage, des contacts ont été ajoutés pour permettre à qui le désire d’aller à la rencontre des « vedettes », si discrètes, de ce livre, qui ont, pour certaines, des maisons d’hôte, et de goûter à leurs plats dans un cadre à la fois simple et beau. « Mon livre parle de notre terre, de la région d’où vient chaque recette, chaque ingrédient. Le but pour moi était aussi de créer un intérêt auprès des Libanais pour aiguiser leur curiosité et les pousser à visiter ces régions et ces personnes. »

Le batata bil joz de Guitta Germanos, à Aqoura. Photo DR

« Avec chaque recette qui se perd, c’est un peu de notre identité qui s’en va. Il nous faut préserver cette partie importante de ce que nous sommes. » Maintenant plus que jamais, dans un retour à l’essentiel.

« Mayylu ! » (Discovering Lebanon’s Hidden Culinary heritage) aux éditions Gilgamesh est en vente dans toutes les Librairies Antoine et en Grande-Bretagne.

La signature aura lieu aujourd’hui, de 17h30 à 20h, à Café Younès, Hamra, en présence des femmes qui ont confié leurs recettes et qui proposeront quelques-unes de leurs spécialités.

C’était il y a 12 ans. Hana el-Hibri sortait un livre intitulé A million steps, où elle partageait, pas à pas, lentement mais passionnément, ses promenades et ses découvertes. 26 villages et autant de chemins arpentés à pied, du nord au sud, en suivant le parcours établi par l’association Lebanon Mountain Trail. Des millions de pas plus tard et toujours membre du board de...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut