Rechercher
Rechercher

Société - Crise

Insécurité la nuit : des femmes témoignent

Alors que la crise économique et l’absence d’électricité ont plongé les rues dans le noir, l’insécurité va grandissant. Face aux risques d’agression, les femmes redoutent de plus en plus de sortir seules.

Insécurité la nuit : des femmes témoignent

Dans les rues obscures et mal entretenues, les femmes se sentent de moins en moins en sécurité. Photo Bigstock

Nour rentre chez elle tard la nuit, après une soirée passée avec ses amies. Sur le chemin du retour, aucun éclairage... Par manque de vigilance et en excès de vitesse, un chauffard tamponne le véhicule de la jeune fille. Un accident somme toute classique déclenché par pure négligence du code de la route… qui aurait pu s’arrêter là. Mais la suite sera très désagréable pour Nour, qui a passé un mauvais quart d’heure. « J’ai dû attendre une heure et demie au bord de la route, face à un homme au regard vicieux et intimidant, qui s’est avéré de plus ivre et hostile, jusqu’à ce que l’assurance délègue enfin un expert pour venir examiner le véhicule », témoigne-t-elle.

Si pour Nour, l’incident ne s’est pas mal terminé, Maya n’a pas eu cette chance. Alors qu’elle s’apprêtait à sortir d’une place de parking à Manara, un motard heurte son rétroviseur avant de se laisser tomber intentionnellement devant son véhicule, lui barrant ainsi le passage. En gesticulant et en criant, l’homme, dont la moto n’est pas immatriculée, commence à lui réclamer une somme d’argent pour réparer son deux-roues soi-disant accidenté. Prise de panique, Maya tente d’appeler les autorités, qui tardent à arriver sur place malgré la proximité d’une gendarmerie. Entre-temps, le motard, aidé par un autre homme qui se trouvait derrière lui sur la moto, de plus en plus furieux que la jeune femme n’obtempère pas, commence à casser la voiture.

« J’ai assisté à la destruction de mon propre véhicule, terrifiée et bloquée à l’intérieur, tentant de contacter les autorités qui n’étaient qu’à quelques mètres de moi », raconte Maya. À l’arrivée d’un gendarme, les deux voyous prennent finalement la fuite. Depuis le début de la crise économique au Liban, alors que les routes sont très rarement éclairées et que le taux d’insécurité culmine dans le pays, de plus en plus de femmes avouent redouter de sortir seules la nuit. L’état des routes plongées dans l’obscurité, qui expose toute la population à de graves dangers, est d’autant plus hasardeux pour les femmes, plus vulnérables au danger d’agression que les hommes. Un phénomène qui est encore très mal étudié, ce qui explique qu’il n’est pas facile de trouver des chiffres spécifiques aux violences subies par les femmes dans la rue. Interrogée par L’Orient-Le Jour, une source des Forces de sécurité intérieure (FSI) déplore que les femmes victimes de violence ne portent pas plainte systématiquement, par peur sans doute, d’où la difficulté d’estimer leur nombre. Les victimes, elles, relèvent presque systématiquement un retard de la part des forces de sécurité à répondre à leurs appels de détresse.

C’est pourtant l’intervention providentielle d’une patrouille qui a sauvé N.K. d’un sort terrible. À la suite d’une longue soirée passée au travail, la jeune femme décide de revenir à pied vers son appartement, « car même les transports publics sont financièrement inabordables, et finalement peu rassurants ». Dans l’obscurité d’une petite ruelle, un homme surgit de nulle part, l’attaquant par surprise par derrière en lui fermant la bouche pour l’empêcher de crier. Heureusement pour la jeune femme, le passage d’une patrouille policière de nuit fait fuir l’agresseur, qui abandonne sa victime bouleversée et tremblante. « J’aurais été dans l’incapacité de lui résister, et même si j’avais essayé de le faire, mon action aurait été entravée par le fait qu’il n’était pas dans mon champ de vision qui, d’ailleurs, était très limité, faute d’éclairage », se souvient N.K..

Face à ces risques croissants encourus par les femmes dans l’obscurité des rues, que font les forces de sécurité ? « Prenant en considération la diminution, voire l’absence de nouveaux candidats souhaitant intégrer les rangs des FSI, nous n’avons d’autre choix que de demander aux citoyens une plus grande vigilance afin de préserver leur sécurité et la sécurité publique, répond la source des FSI précitée. Nous encourageons les femmes victimes d’agression à appeler le numéro 1747 mis à leur disposition, afin que nous puissions leur venir en aide. »

Cet article est publié dans le cadre d’un concours organisé par WAN-IFRA Women.


Nour rentre chez elle tard la nuit, après une soirée passée avec ses amies. Sur le chemin du retour, aucun éclairage... Par manque de vigilance et en excès de vitesse, un chauffard tamponne le véhicule de la jeune fille. Un accident somme toute classique déclenché par pure négligence du code de la route… qui aurait pu s’arrêter là. Mais la suite sera très désagréable pour Nour,...

commentaires (1)

"Alors qu’elle s’apprêtait à sortir d’une place de parking à Manara, un motard heurte son rétroviseur avant de se laisser tomber intentionnellement devant son véhicule, lui barrant ainsi le passage. " J'ai eu exactement la même chose sur la route de l'Aéroport et en plein jour, en juillet 2021, déjà! Il a commencé à me blâmer pour l'"accident", mais je ne me suis pas laissé faire. Heureusemnt, un autre motard a surgi de nulle part et l'a sommé de continuer son chemein en s'excusant...Un barbouze du Hezb probablement.

Georges MELKI

10 h 38, le 28 septembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • "Alors qu’elle s’apprêtait à sortir d’une place de parking à Manara, un motard heurte son rétroviseur avant de se laisser tomber intentionnellement devant son véhicule, lui barrant ainsi le passage. " J'ai eu exactement la même chose sur la route de l'Aéroport et en plein jour, en juillet 2021, déjà! Il a commencé à me blâmer pour l'"accident", mais je ne me suis pas laissé faire. Heureusemnt, un autre motard a surgi de nulle part et l'a sommé de continuer son chemein en s'excusant...Un barbouze du Hezb probablement.

    Georges MELKI

    10 h 38, le 28 septembre 2022

Retour en haut