Rechercher
Rechercher

Sport - Basket

Le sursaut français

Au terme d’un combat épique face à la Lituanie, les Bleus s’imposent au forceps (77-73) et se relancent dans la course aux places qualificatives pour le second tour de l’Euro de basket.

Le sursaut français

Evan Fournier levant le poing après sa brillante performance face à la Lituanie, sur le parquet de la Lanxess Arena de Cologne, en Allemagne. Thilo Schmuelgen/Reuters

Ne jamais enterrer des vice-champions olympiques. La victoire fut si belle, ce samedi soir à Cologne, que les basketteurs français mériteraient presque un adage à leur gloire. Longtemps menés au score, ils ont su se sublimer dans les ultimes instants d’une rencontre irrespirable pour renverser avec brio la très solide sélection lituanienne. Forts d’un succès étriqué (77-73) mais réalisé avec la manière, les Bleus entrevoient désormais la route des huitièmes de finale avec beaucoup plus de sérénité.

Pourtant, la tâche s’annonçait une nouvelle fois périlleuse. Défaits deux jours plus tôt (63-76) par le pays hôte allemand, les hommes de Vincent Collet étaient déjà dans l’obligation de s’imposer, au risque de sérieusement hypothéquer leurs chances d’accrocher une des quatre places qualificatives pour le second tour du tournoi, qui plus est dans un groupe B au niveau particulièrement relevé. C’est donc dans le but de corriger les manquements aperçus face à la Mannschaft que le sélectionneur français opère deux changements dans son 5 majeur, avec le retour de Thomas Heurtel et l’entrée du Franco-Américain Terry Tarpey, très précieux sur les phases défensives, au poste d’ailier.

Une nouvelle entame poussive

Rapidement menés de 12 points (18-6) après les cinq premières minutes, les Bleus payent encore un déficit d’adresse dans les premières minutes de la rencontre, et ce malgré d’intéressants mouvements offensifs. Bousculés par des Lituaniens revanchards et soucieux de se relancer après un revers inaugural face à la Slovénie (85-92), les tricolores sont contraints de courir une nouvelle fois derrière le score, subissant la réussite diabolique dont jouissent les Lituaniens au shoot. Mais malgré l’impressionnante marée verte acquise à la cause des Baltes qui garnit les tribunes de la Lanxess Arena, les Bleus font le dos rond et recollent progressivement au score.

Grâce entre autres aux 2 mètres 18 de Mustapha Fall, blessé durant toute la préparation, marquant ses 4 premiers points de la compétition, et à la maestria retrouvée du meneur des New York Knicks Evan Fournier, la France n’est menée plus que de 2 petits points au terme du premier quart-temps. Mais comme souvent lorsque le niveau s’élève, la rigueur défensive demeure la clé de voûte des grandes victoires.

Lire aussi

Élevé au Liban, développé en France : Youssef Khayat, deux mètres de talent

Forts de valeurs collectives retrouvées, les hommes de Vincent Collet continuent de talonner les Lituaniens. Un sélectionneur français qui ne cache pas son mécontentement au duo arbitral, ayant le coup de sifflet un peu trop lourd à son goût lorsqu’il s’agit de signaler les fautes des Lituaniens, au contraire de celles commises par ses protégés. Pas de quoi déstabiliser un collectif bleu transfiguré depuis la défaite inaugurale face à l’Allemagne. Ce samedi, c’est l’intégralité des douze joueurs tricolores qui s’est mise au diapason, venant suppléer un Evan Fournier des grands soirs. Déjà auteur de 18 points à l’issue de la première période, le néocapitaine ramène les siens à une longueur au moment de rentrer au vestiaire.

La marque des grandes équipes

Le renouveau français se confirme dès le début du second acte, au cours duquel les deux équipes se rendront coup pour coup. Les Bleus mènent rapidement au score, une première depuis le coup d’envoi, dès la troisième minute de la seconde période. Un sursaut qui oblige le coach lituanien à poser un temps mort pour stopper l’hémorragie. La défense lituanienne, tout heureuse de voir les Bleus continuer de manquer des tirs qu’ils s’étaient pourtant ouverts, paraît bien moins sereine qu’à l’accoutumée. Surtout face aux 4 mètres 31 cumulés de la paire intérieure Rudy Gobert-Vincent Poirier, qui règne dans les deux raquettes en récupérant plusieurs rebonds très précieux. Mais toujours pas aidés par un arbitrage et un cercle capricieux, les champions d’Europe 2013 restent menés de 6 points au terme du 3e quart-temps (50-56). Les dix dernières minutes seront le théâtre d’un combat épique. Rudy Gobert (8 points, 4 rebonds), toujours aussi précieux dans la création d’espaces, facilite les percées des meneurs français qui maintiennent la distance avec les Lituaniens. Le nouveau pivot des Wolves de Minnesota se met également à enchaîner les lancers francs, chose inhabituelle chez lui, et réussit un précieux 6 sur 6 sur la ligne. De son côté, Guerschon Yabusele (9 points, 5 rebonds), meilleur tricolore lors du premier match, sort de sa boîte avec des paniers à reculons sortis de nulle part. Mais la mention spéciale revient comme souvent à l’inévitable Terry Tarpey. Auteur de l’égalisation à 3 points à 5 minutes du terme (60-60), il enchaîne les stops défensifs et les interceptions héroïques au meilleur des moments, portant ainsi le total de son équipe à 4 contres et 11 interceptions.

Le match vient de basculer. Menés jusqu’alors, les Bleus prennent le score et ne le lâcheront plus jusqu’au coup de sifflet final. Evan Fournier, dans une forme des grands soirs, prend les choses en main et conforte l’avance. Avec ses 29 points, il sera de loin le meilleur marqueur du match, mais n’empêchera pas la dernière minute d’être irrespirable pour les 20 000 spectateurs de la Lanxess Arena. Les Baltes reviennent à deux petits points... avant que Gobert ne claque un dunk salvateur et réceptionne un ultime rebond. Son nouveau 2 sur 2 à 6 mètres scelle le sort de la partie. Score final : 77-73. L’équipe de France ouvre son compteur de victoires, et avec la manière. « Être mis en difficulté, ça rend les victoires encore plus belles », déclare Rudy Gobert au micro de Canal+. « On doit être tout le temps comme ça en fait, embraie Andrew Albicy. On a retrouvé confiance en nous, on a été beaucoup plus agressifs. Si on garde cet état d’esprit, on se donnera toutes les chances d’aller au bout. » Nul doute qu’avec de telles valeurs collectives, les vice-champions olympiques ne devraient avoir aucun mal à tenir leur rang face à leurs prochains adversaires, la Hongrie et la Bosnie-Herzégovine. De quoi monter en puissance avant d’affronter la Slovénie de la star NBA Luka Doncic ce mercredi. Un rival pour la première place du groupe dont les Bleus étaient venus à bout en demi-finale du dernier tournoi olympique de Tokyo (90-89).

Ne jamais enterrer des vice-champions olympiques. La victoire fut si belle, ce samedi soir à Cologne, que les basketteurs français mériteraient presque un adage à leur gloire. Longtemps menés au score, ils ont su se sublimer dans les ultimes instants d’une rencontre irrespirable pour renverser avec brio la très solide sélection lituanienne. Forts d’un succès étriqué (77-73) mais...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut