Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Iran

Téhéran contrôlera « dès le premier jour » son satellite qui sera lancé par la Russie

Téhéran a assuré dimanche qu’il contrôlerait « dès le premier jour » un satellite que la Russie mettra en orbite pour lui mardi, après que la presse américaine a assuré que l’appareil serait d’abord utilisé par Moscou dans sa guerre en Ukraine. Le satellite de télédétection « Khayyam » commandé par la République islamique doit être lancé le 9 août depuis le cosmodrome (russe) de Baïkonour, au Kazakhstan, avait indiqué mercredi dernier l’Agence spatiale russe (Roscosmos). « Tous les ordres liés au contrôle et à l’opération de ce satellite seront émis dès le premier jour et immédiatement après le lancement par des experts iraniens basés au ministère des Communications iranien », a indiqué dimanche l’Agence spatiale iranienne dans un communiqué. Jeudi, le quotidien américain The Washington Post assurait que la Russie « envisage d’utiliser le satellite pendant plusieurs mois » dans sa guerre en Ukraine avant d’en céder le contrôle ensuite à l’Iran. Citant des sources anonymes de renseignements occidentales, le journal affirme aussi que le satellite fournira à l’Iran « des capacités sans précédent, notamment de surveillance quasi ininterrompue d’infrastructures sensibles en Israël et dans le Golfe », mais seulement après que Moscou l’aura utilisé pour « accroître sa surveillance d’objectifs militaires » dans le conflit en Ukraine. Ce satellite, nommé en l’honneur du poète et savant persan Omar Khayyam (1048-1131), a notamment pour but de « surveiller les frontières du pays », d’améliorer la productivité agricole, de contrôler les ressources hydriques et les catastrophes naturelles, selon l’agence spatiale iranienne.


Téhéran a assuré dimanche qu’il contrôlerait « dès le premier jour » un satellite que la Russie mettra en orbite pour lui mardi, après que la presse américaine a assuré que l’appareil serait d’abord utilisé par Moscou dans sa guerre en Ukraine. Le satellite de télédétection « Khayyam » commandé par la République islamique doit être lancé le 9 août...

commentaires (1)

Et dire qu’un des slogans phares de la révolution iranienne de 1979 était « ni Ouest ni Est, République Islamique ». Pour qu’un satellite censé être le fleuron de la puissance militaire iranienne soit lancé et donc au moins dans un premier temps utilisé par les russes, c’est dire le peu de cas que les néo-safavides au pouvoir à Téhéran font de la souveraineté de leur propre pays. Normal: le régime en place qui se prend pour le nouvel empire safavide n’a même pas de quoi payer ses propres salariés et retraités qui sont dans la rue depuis des mois. Comment donc pourrait-il par lui-même se construire ses propres bases de lancement de satellites ? Comment ce régime pourra-t-il échapper au reproche d’avoir vendu la souveraineté de son pays aux russes, et son économie aux chinois ? La Russie a été pourtant il y a 100 ans à peine une puissance occupante en Iran, au même titre que l’Angleterre. Jamais le peuple iranien qui a renversé le Shah en 1979 aux cris de « indépendance, liberté, république islamique » ne pardonnera à ce régime d’avoir bradé la souveraineté de l’Iran encore plus que ne l’a fait le Shah.

Citoyen libanais

07 h 55, le 08 août 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Et dire qu’un des slogans phares de la révolution iranienne de 1979 était « ni Ouest ni Est, République Islamique ». Pour qu’un satellite censé être le fleuron de la puissance militaire iranienne soit lancé et donc au moins dans un premier temps utilisé par les russes, c’est dire le peu de cas que les néo-safavides au pouvoir à Téhéran font de la souveraineté de leur propre pays. Normal: le régime en place qui se prend pour le nouvel empire safavide n’a même pas de quoi payer ses propres salariés et retraités qui sont dans la rue depuis des mois. Comment donc pourrait-il par lui-même se construire ses propres bases de lancement de satellites ? Comment ce régime pourra-t-il échapper au reproche d’avoir vendu la souveraineté de son pays aux russes, et son économie aux chinois ? La Russie a été pourtant il y a 100 ans à peine une puissance occupante en Iran, au même titre que l’Angleterre. Jamais le peuple iranien qui a renversé le Shah en 1979 aux cris de « indépendance, liberté, république islamique » ne pardonnera à ce régime d’avoir bradé la souveraineté de l’Iran encore plus que ne l’a fait le Shah.

    Citoyen libanais

    07 h 55, le 08 août 2022

Retour en haut