Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Patrimoine / Histoire

Plongée dans la fraîcheur mystique de Byzance

Après restauration, la citerne-basilique de l’empereur Justinien vient de rouvrir au public à Istanbul.

Plongée dans la fraîcheur mystique de Byzance

Après cinq ans de lourds travaux de rénovation, la citerne-basilique de l’empereur byzantin Justinien à Istanbul (ex-Constantinople) s’est muée en une scène spectaculaire de sons et lumières. Yasin Akgul/AFP

On y rentre en frissonnant, après la touffeur de Sultanhamet, pour plonger dans la fraîcheur mystique de Byzance : la citerne-basilique de l’empereur Justinien, l’un des joyaux d’Istanbul (ex-Constantinople), vient de rouvrir au public. Après cinq ans de lourds travaux destinés à la protéger du prochain séisme, régulièrement promis à la ville, cette étape incontournable de l’histoire sur les rives du Bosphore s’est muée en une scène spectaculaire de sons et lumières qui révèle l’immensité des lieux (138 m de long sur 65 m de large).

La citerne-basilique de l’empereur Justinien est restée d’abord en partie fermée depuis 2017, puis totalement depuis la flambée de Covid-19 en 2020. Yasin Akgul/AFP

Construite en l’an 542 après J.-C., la citerne-basilique de l’empereur Justinien s’inscrivait dans un réseau de plus d’une centaine d’autres entamé par les Romains, poursuivi par les Byzantins puis par les Ottomans pour ravitailler en eau courante la ville et leurs palais. Connue à Istanbul sous son nom turc de Yerebatan Sarnici (la citerne enfouie sous terre), la basilique souterraine qui avait accueilli James Bond (From Russia With Love) menaçait de s’effondrer à la moindre secousse un peu violente, explique Aysen Kaya, directrice adjointe du patrimoine à la municipalité d’Istanbul. Il y avait donc urgence à renforcer son infrastructure tout en la toilettant.

Elle est restée d’abord en partie fermée depuis 2017, puis totalement depuis la flambée de Covid-19 en 2020. Des tiges d’acier ont été tendues pour relier entre eux les chapiteaux des 336 colonnes de l’édifice – douze rangées de 28 colonnes. Les murs de briques roses ont été débarrassés des traces laissées par plusieurs interventions intempestives. « En grattant les couches de ciment rajoutées, on a remis les briques à jour », reprend Aysen Kaya, qui désigne en passant deux conduites dévoilées par les travaux et jusqu’ici ignorées : l’une apportait l’eau à la basilique Sainte-Sophie toute proche, l’autre au palais byzantin qui précédait le Topkapi des sultans. La citerne était capable de stocker près de 80 000 litres d’eau fraîche arrivant des montagnes à 19 km au nord. Une prouesse pour garantir Byzance contre les sécheresses estivales.

Construite en l’an 542 après J-C, la citerne-basilique de l’empereur Justinien s’inscrivait dans un réseau de plus d’une centaine d’autres entamé par les Romains. Yasin Akgul/AFP

Les Méduse à l’envers

La remise en état a encore permis de démanteler la précédente passerelle aménagée pour les visiteurs à 1,60 m au-dessus du sol pour ramener la déambulation à moins de 50 cm au-dessus des pavements, rendus pour la première fois visibles sous l’eau.

Mais au-delà des aménagements techniques nécessaires à la sauvegarde du bâtiment, la rénovation s’est attachée à protéger le caractère mystique, presque spirituel, des lieux par un jeu de lumières qui modifie les perspectives et révèle les détails. Les fameuses têtes de Méduse qui ornent deux des piliers d’angle – sculptées à l’envers pour ne pas transformer en pierre le visiteur qui les regarde, selon la légende de L’Odyssée d’Homère – apparaissent encore plus vivantes et terrifiantes. Et au cœur de cette construction vieille de 1 500 ans, représentative de l’art et des techniques de l’époque, ont été déposées des œuvres contemporaines, comme cette main surgie de l’eau, ces méduses en verre translucide et ces projections de lumière qui dansent sur les colonnes. « Nous voulions une installation lumineuse qui n’enlève rien à l’atmosphère mystique du lieu », justifie la représentante de la municipalité.

À voir le succès qui entoure cette réouverture et les longues files d’attente sous le soleil pour pénétrer dans cette semi-pénombre aménagée, le pari est réussi. En témoigne Nick Alatti, un quadragénaire de Birmingham (Angleterre) qui peine à trouver les mots à la hauteur de son enthousiasme : « Absolument incroyable, vraiment unique. Je n’ai jamais rien vu de tel et je ne suis pas près de l’oublier », confie-t-il.

Anne CHAON/AFP


On y rentre en frissonnant, après la touffeur de Sultanhamet, pour plonger dans la fraîcheur mystique de Byzance : la citerne-basilique de l’empereur Justinien, l’un des joyaux d’Istanbul (ex-Constantinople), vient de rouvrir au public. Après cinq ans de lourds travaux destinés à la protéger du prochain séisme, régulièrement promis à la ville, cette étape incontournable de...

commentaires (1)

L'épouse de cet empereur Justinien était une femme fatale, Théodora ...

Stes David

21 h 10, le 05 août 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • L'épouse de cet empereur Justinien était une femme fatale, Théodora ...

    Stes David

    21 h 10, le 05 août 2022

Retour en haut