Rechercher
Rechercher

Économie - Sécurité alimentaire

Le ministre de l’Économie confirme le maintien des subventions sur le blé

Le ministre de l’Économie confirme le maintien des subventions sur le blé

Le ministre sortant de l’Économie et du Commerce Amine Salam, entouré des représentants du secteur boulanger pendant la réunion hier. Photo ANI

Alors que les files d’attente devant les boulangeries, principalement au nord et au sud du pays, s’allongent depuis la semaine dernière, le ministre sortant de l’Économie et du Commerce Amine Salam a assuré hier, dans une conférence de presse à l’issue d’une réunion avec des représentants du secteur, que les subventions de la Banque du Liban sur le blé seront maintenues. La crainte de voir ces subventions retirées au pied levé dès après la mise à exécution du prêt de la Banque mondiale pour sécuriser les importations au Liban, à hauteur de 150 millions de dollars sur neuf mois, et qui sera votée la semaine prochaine au Parlement, a précipité cette semaine les remontrances ici et là entre le ministère et certains professionnels.

« Socialement, le pays ne peut pas supporter » une telle levée, a-t-il déclaré, notant toutefois que celle-ci « se fera de manière rationnelle », et seul le Conseil des ministres pourra prendre une telle décision, a-t-il précisé. Le gouvernement est actuellement démissionnaire suite aux élections législatives le mois dernier. Amine Salam avait indiqué mardi à L’Orient-Le Jour que la suppression de ce mécanisme se fera de manière « graduelle », une fois la BM sur le terrain. Au cours de cette réunion, le ministre a en outre affirmé aux représentants du secteur qu’il n’y avait pas de problème d’argent sur ce dossier. « Nous disposons des fonds et des crédits pour garantir la production du pain, des crédits de plus de 12 millions de dollars sont toujours ouverts (…) et d’autres fonds sont attendus », a-t-il assuré. Quant aux retards de paiement de la part de la Banque du Liban dénoncés cette semaine par le secteur privé, le ministre a assuré qu’il « continuera de trouver des solutions » à ce retard pour débloquer les montants nécessaires aux importations de blé ou de farine. La BDL avait, elle, affirmé mardi à L’Orient-Le Jour avoir assuré le suivi nécessaire sur ce dossier.

« Voyous »

Mardi, Amine Salam s’en était pris aux professionnels de la filière, les accusant de « stocker la farine subventionnée, de la revendre sur le marché noir au double du prix, de l’utiliser pour confectionner d’autres produits que le pain et de profiter de la grève des fonctionnaires (entamée lundi dernier et à durée indéterminée) pour échapper aux contrôles ». Hier, le ministre s’est excusé pour ses propos, alors que nombre de syndicats du secteur lui reprochaient de ne pas être coopératif, en réitérant que « 50 % du secteur était constitué de voyous ». Cette semaine également, Amine Salam avait annoncé avoir pris les choses en mains en envoyant les noms des personnes et des lieux qui n’auraient pas respecté les règles de tarification et de poids des paquets de pain à l’instance judiciaire concernée.

Enfin, pour résoudre le manque de distribution rencontré dans certaines parties du pays, Amine Salam a fait savoir qu’il coordonnait avec les 12 moulins présents sur le sol libanais pour « répartir la distribution de manière équitable dans toutes les régions au cours des prochaines 48 heures ». Il s’est enfin voulu rassurant en précisant que les quantités de blé présentes dans le pays sont suffisantes pour « plus d’un mois », si tout le monde suit les règles, a-t-il insisté.

En crise profonde depuis trois ans, le Liban subit également les répercussions du conflit russo-ukrainien sur ses importations de blé, ces deux nations belligérantes étant habituellement ses principaux fournisseurs de cette denrée essentielle.


Alors que les files d’attente devant les boulangeries, principalement au nord et au sud du pays, s’allongent depuis la semaine dernière, le ministre sortant de l’Économie et du Commerce Amine Salam a assuré hier, dans une conférence de presse à l’issue d’une réunion avec des représentants du secteur, que les subventions de la Banque du Liban sur le blé seront maintenues. La...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut