Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Libertés

Liban : les forces de sécurité appelées à empêcher les activités des LGBT


Liban : les forces de sécurité appelées à empêcher les activités des LGBT

La lettre du ministre libanais sortant de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui. Photo fournie par son bureau de presse

Le ministre libanais sortant de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, a adressé vendredi une lettre à la direction générale de la Sûreté générale et à la direction générale des Forces de sécurité intérieure (FSI) appelant les FSI à empêcher les regroupements qui "font la promotion des relations sexuelles contre nature". 

"Après la diffusion sur les réseaux sociaux d'appels pour l'organisation de célébrations visant à faire la promotion des relations contre nature au Liban, après que le ministère ait été contacté par des responsables religieux qui rejettent ce phénomène, et vu ce que ceci peut avoir comme impact négatif sur l'individu et la société (...) il vous est demandé de prendre les mesures nécessaires pour empêcher la tenue de toute célébration, rencontre ou rassemblement ayant pour objectif de faire la promotion de ce phénomène". 

Le ministre estime également que "ne peut être invoquée dans ce cas la liberté d'expression étant donné qu'il s'agit là d'une violation des habitudes et traditions de notre société, contraire aux principes des religions monothéistes".

Les positions les plus en vue rejetant les activités des LGBT ont été émises par le mufti de la République, le cheikh Abdel Latif Deriane, qui a déclaré dans un discours que Dar Al-Fatwa (la plus haute autorité sunnite au Liban) "ne permettrait pas la légalisation de l'homosexualité", rappelle l’AFP.

La décision du ministère de l'Intérieur a suscité des critiques sur les réseaux sociaux. "Ce que le ministre appelle la promotion de l'homosexualité est en fait une défense des droits des homosexuels dans le respect", a écrit l'avocat Nizar Saghieh. "Ce qu'il (le ministre) appelle les traditions et les principes des religions célestes sont des préjugés hérités qui répriment les droits de milliers de citoyens".

Le nouveau film Pixar de Walt Disney, "Lightyear", vient d'être interdit au Liban en raison d'un baiser entre personnes du même sexe, rejoignant ainsi au moins 14 pays du Moyen-Orient et d'Asie par cette décision d'interdire le film.

Le Liban criminalise encore les relations entre personnes de même sexe, l’article 534 du Code pénal et d’autres articles évoquant la moralité publique. L’homosexualité et l’identité LGBT+ sont exclues, voire combattues, sur le plan des droits sociaux, économiques et politiques. Et pourtant, la Constitution libanaise garantit la protection des droits humains et l’égalité des citoyens.


Le ministre libanais sortant de l'Intérieur, Bassam Maoulaoui, a adressé vendredi une lettre à la direction générale de la Sûreté générale et à la direction générale des Forces de sécurité intérieure (FSI) appelant les FSI à empêcher les regroupements qui "font la promotion des relations sexuelles contre nature". "Après la diffusion sur les réseaux sociaux d'appels pour...