Rechercher
Rechercher

Politique - Frontière maritime

Karish : Israël est "préparé à défendre ses atouts stratégiques"

Le Hezbollah nomme l'ancien député Nawaf Moussaoui comme représentant du parti dans toutes les discussions sur cette affaire avec l’État libanais.

Karish : Israël est

Un navire de la marine israélienne au large de Ras Nakoura, à la frontière entre le Liban et Israël, le 6 juin 2022. Photo JALAA MAREY/AFP

Les ministres israéliens de la Défense, des Affaires étrangères et de l’Énergie ont commenté mercredi le différend opposant Israël au Liban après l'arrivée de l’unité flottante Energean Power, chargée d’extraire et de stocker les hydrocarbures offshore de l’État hébreu, et que Beyrouth considère comme pouvant potentiellement empiéter sur une zone contestée entre les deux pays. La plateforme "n'extraira pas de gaz de la zone contestée", ont déclaré les ministres dans un communiqué commun, affirmant que Tel-Aviv est "prêt à défendre ses atouts stratégiques", en réponse aux déclarations d'officiels libanais et du Hezbollah depuis l'arrivée de cette plateforme au large d'Israël. 

Lire aussi

Frontière maritime : les députés de la contestation en terrain miné

"La plateforme est un atout stratégique de l’État d'Israël et a pour but d'extraire des ressources énergétiques et du gaz naturel dans la Zone économique d'Israël et de faire progresser l'économie verte" de l’État hébreu, ont écrit Benny Gantz, Yair Lapid et Karin ElHarrar dans leur texte, publié notamment sur Twitter. Ils ont souligné que l'ancrage de l'unité se trouve "en territoire israélien, à plusieurs kilomètres au sud de la zone sur laquelle des négociations ont lieu entre Israël et le Liban, sous la médiation des États-Unis". La plateforme "ne pompera pas de gaz dans la zone contestée", ont-ils affirmé. 

Faire progresser le dialogue
"L’État d'Israël donne la priorité à la protection de ses atouts stratégiques et il est préparé à les défendre et à assurer la sécurité de ses infrastructures, conformément à ses droits, ajoutent les ministres Gantz, Lapid et ElHarrar. En même temps, nous appelons le Liban à accélérer les négociations sur la frontière maritime". "Localiser des sources d'énergie gazières peut fortement aider l'économie et les citoyens du Liban et il est dans son intérêt de faire progresser le dialogue sur cette question", ont-ils souligné.
Lundi, Benny Gantz avait affirmé que le différend maritime avec le Liban sera résolu via une médiation américaine.

Lire aussi

Frontière maritime : les calculs du Hezbollah

Les négociations avaient été entamées sur la base des revendications libanaises officielles enregistrées en 2011 auprès des Nations unies en référence au décret 6433/2011 portant sur une zone de 860 km2 délimitée par la ligne 23.  Elles avaient ensuite été interrompues lorsque la délégation libanaise de négociateurs, qui était alors dirigée par le général Bassam Yassine, avait annoncé sa volonté de réclamer un droit supplémentaire sur 1.430 km2 limités par la ligne 29. Cette ligne coupe en deux le champ de Karish. Une revendication qui, pour être officialisée, nécessitait l’amendement du décret 6433. Ce qui n’a jamais été fait par les autorités libanaises. En lieu et place, elles se sont contentées d’adresser une missive officielle à l'ONU rappelant que le champ gazier de Karish se trouve dans la zone contestée et que Beyrouth "tient au respect de ses droits sur ses ressources offshore". "Le Liban demande au Conseil de sécurité de réclamer à Israël de ne pas forer dans les zones controversées, ce qui pourrait constituer une menace pour la sécurité des deux pays", ajoutait le message.

Nawaf Moussaoui chargé du dossier
Malgré cette missive, la plateforme d'Energean Power est arrivée dimanche au large d'Israël, créant un tollé au Liban. Si le pays officiel a opté pour la diplomatie, le numéro deux du Hezbollah, Naïm Kassem, a lui soufflé le chaud et le froid, assurant que le Hezbollah serait prêt à passer à l'acte si l'État libanais affirme qu'Israël viole sa frontière maritime. Après ces menaces du numéro deux du parti chiite, qui se rangeait toutefois derrière l’État avant de prendre toute décision, le Hezbollah a nommé l'ancien député Nawaf Moussaoui comme représentant du parti dans toutes les discussions sur cette affaire avec l’État libanais, a annoncé le ministre du Travail Moustapha Bayram. Selon l'agence al-Markaziya, M. Moussaoui, mis à l'écart du parti après un incident l'opposant à des policiers en 2019, est un expert en délimitation des frontières et il sera assisté d'une équipe d'ingénieurs et de géographes.

Lire aussi

Le Liban officiel engoncé dans ses hésitations

Beyrouth a adressé une invitation au négociateur américain Amos Hochstein, qui attend toujours la réponse officielle libanaise à sa proposition présentée en février dernier, prévoyant le tracé d'une frontière sinueuse sur base de la ligne 23, qui accorde au Liban une importante partie du champ d’hydrocarbures de Cana et l’autre partie de ce même champ à Israël. Par contre, elle accorde à Israël la totalité du champ de Karish, de même qu’une partie du bloc 8. M. Hochstein devrait arriver en début de semaine prochaine au Liban selon le palais présidentiel et la présidence du Parlement, bien que cela n'ait pas été confirmé par Washington.


Les ministres israéliens de la Défense, des Affaires étrangères et de l’Énergie ont commenté mercredi le différend opposant Israël au Liban après l'arrivée de l’unité flottante Energean Power, chargée d’extraire et de stocker les hydrocarbures offshore de l’État hébreu, et que Beyrouth considère comme pouvant potentiellement empiéter sur une zone contestée entre les deux...

commentaires (5)

Et bien de nouveau L'État Libanais existe pour le Hezbollah! Kitching $$$! Et ce Moussawi il représente qui exactement? La part du gâteau du hezbollah? Ou les intérêts de "l'état" libanais? J'opte pour la première! Droit de forage dans les frontières maritimes du hezbollahland! Quelle comédie! Le hezbollah l'ambiguïté règne dans tous les aspects de leur vie!

Marwan Takchi

18 h 28, le 09 juin 2022

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Et bien de nouveau L'État Libanais existe pour le Hezbollah! Kitching $$$! Et ce Moussawi il représente qui exactement? La part du gâteau du hezbollah? Ou les intérêts de "l'état" libanais? J'opte pour la première! Droit de forage dans les frontières maritimes du hezbollahland! Quelle comédie! Le hezbollah l'ambiguïté règne dans tous les aspects de leur vie!

    Marwan Takchi

    18 h 28, le 09 juin 2022

  • C’est qui ce zigoto ??

    Liberté de penser et d’écrire

    11 h 38, le 09 juin 2022

  • Ainsi le Hezbollah "se range derrière l'Etat libanais", mais lui impose son propre "expert en délimitation des frontières"! De quoi se mêle-t-il? - "Localiser des sources d'énergie gazières peut fortement aider l'économie et les citoyens du Liban " . Certainement! C'est justement pour cela que le Heznollah tient à entretenir la pagaille dans cette affaire.

    Yves Prevost

    07 h 29, le 09 juin 2022

  • A force d'atermoiments et de dérobades il devenait manifeste que l'on tomberait dans cette situation devenue hautement, dangereuse . Maintenant nous devrons nous remettre à l'expérience d'un ancien député ( sans aucune légitimité) parachutė par la milice supplétive d'un gouvernement étranger chargé de toutes discussions sur cette affaire avec l’État libanais , c'est-à-dire imposer un diktat sans discussion des conditions, ce qui à priori nous mènera vers une impasse ... Il n'y aura ni ligne 23 ni ligne 29, mais une rethorique guerrière et de la peur pour des millions de Libanais

    C…

    19 h 59, le 08 juin 2022

  • Voilà, la tension monte d'un cran !

    Nabil1

    18 h 33, le 08 juin 2022

Retour en haut