Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Crise au Liban

Des raisons "politiques" retardent l'adoption du plan de l'électricité, affirme Fayad

Des raisons

Le ministre sortant de l’Energie et de l’Eau, Walid Fayad, au palais présidentiel de Baabda, le 11 novembre 2021. Photo Dalati et Nohra

Le ministre libanais sortant de l'Energie, Walid Fayad, a affirmé mercredi à l'agence Reuters que l'adoption d'un plan pour l'approvisionnement du Liban en électricité, soutenu par Washington et qui doit être financé par la Banque mondiale, était retardé "pour des raisons politiques".

En plus de l'acheminement de gaz égyptien, un plan parrainé par Washington prévoit d'importer de l'électricité de Jordanie, via la Syrie. Plusieurs procédures ont été enclenchées pour mener à bien ce projet, notamment au niveau de la réparation des infrastructures au Liban et en Syrie, mais Beyrouth attend toujours que la Banque mondiale approuve le financement de ces initiatives. L'obtention de fonds de l'institution internationale est "l'étape essentielle restante" pour la mise en application de ces projets, avait déclaré dernièrement le ministre de l'Energie. 

M. Fayad a affirmé mercredi à Reuters que la Banque Mondiale lie le financement du projet "à une sorte d'engagement politique", sans en dire plus. Cela semble toutefois faire référence à un engagement des autorités à effectuer des réformes sérieuses dans les administrations publiques, une condition souvent mise en avant par la communauté internationale en vue de l'octroi d'aides au Liban.

S'exprimant en marge d'une conférence à Amman en Jordanie, Walid Fayad a également affirmé que la BM "a ajouté des conditions (pour le financement du projet), alors qu'elle était claire dès le départ".

Le ministre sortant souligne également que Washington a réclamé de voir les conditions de financement de la Banque mondiale afin de s'assurer que le plan en question n'est pas "sanctionnable", sachant que les Etats-unis sanctionnent tout pays, entité ou individu qui collaborent avec le régime du président syrien Bachar el-Assad, en vertu de la loi César. Mais Washington avait fait savoir à Beyrouth, en janvier, qu'il n'aurait pas à craindre de telles sanctions.

Walid Fayad a enfin mis en garde contre une hausse des heures de rationnement de courant quotidien si l'adoption du plan était davantage retardée, surtout à l'arrivée prochaine des touristes pour la saison d'été durant laquelle la demande en électricité augmente fortement.

Reuters n'a pas pu joindre immédiatement la Banque mondiale pour obtenir un commentaire de sa part. Quant à l'ambassade américaine au Liban, elle a demandé à l'agence de s'adresser à la BM et au gouvernement libanais concernant les détails de l'accord sur l'électricité.

À l’issue de la dernière séance de son cabinet avant qu’il ne soit officiellement considéré comme démissionnaire, le Premier ministre, Nagib Mikati, avait annoncé que Siemens et General Electric avaient fait une offre au Liban visant à fournir au pays 24 heures d’électricité par jour. Il a accusé le ministre de l’Énergie Walid Fayad, proche du Courant patriotique libre de Gebran Bassil, d’avoir retiré la veille les termes de l’accord qui avaient été préparés pour l’offre – après les avoir soumis au gouvernement – sous prétexte de vouloir "l’étudier davantage".

M. Fayad devait demander en Conseil des ministres l’autorisation de signer deux contrats avec l’Égypte et la Jordanie pour assurer l’approvisionnement du Liban en électricité. Mais ces deux contrats ont été retirés de l’ordre du jour sur décision du ministre. Un comportement que M. Mikati a expliqué par des pressions exercées sur le ministre par "un camp politique", en allusion au CPL. S’en est suivie une guerre de communiqués entre les deux parties.


Le ministre libanais sortant de l'Energie, Walid Fayad, a affirmé mercredi à l'agence Reuters que l'adoption d'un plan pour l'approvisionnement du Liban en électricité, soutenu par Washington et qui doit être financé par la Banque mondiale, était retardé "pour des raisons politiques".En plus de l'acheminement de gaz égyptien, un plan parrainé par Washington prévoit d'importer de...