Rechercher
Rechercher

Politique - Diplomatie

Abbas Ibrahim à Washington pour tenter de faire libérer Austin Tice, otage en Syrie

Le directeur de la Sûreté générale libanaise affirme qu'il ira à Damas pour suivre le dossier du journaliste américain enlevé en 2012 au début de la guerre civile syrienne.

Abbas Ibrahim à Washington pour tenter de faire libérer Austin Tice, otage en Syrie

Le général Abbas Ibrahim, le 22 juillet 2020. Photo d'archives Anwar Amro/Getty images

Le chef de la Sûreté générale (SG) libanaise, Abbas Ibrahim, s'est rendu à Washington dans le cadre d'une médiation entre les États-Unis et le régime syrien sur la question de la libération de plusieurs otages américains détenus en Syrie, dont Austin Tice, un photojournaliste indépendant enlevé le 14 août 2012 alors qu'il avait 31 ans. Cette visite a été rapportée mardi par le journal émirati The National, à qui M. Ibrahim a affirmé que le dossier d'Austin Tice "doit progresser", à condition de "rapprocher les points de vue" entre Washington et Damas.

Arrivé par un vol privé affrété par le gouvernement américain, le chef de la SG, un habitué des négociations épineuses dans plusieurs dossiers d'enlèvements au Liban et dans la région, s'est entretenu avec de hauts responsables de la Maison Blanche, du Département d'État et des services de renseignement américains. Cette visite est la première de Abbas Ibrahim depuis l'entrée en fonction du président Joe Biden en janvier 2021 ; les négociations autour de la libération d'Austin Tice reprennent donc là où elles s'étaient arrêtées, en novembre 2020, à la fin du mandat de l'ancien président Donald Trump. "Nous étions tout près (de la libération d'Austin Tice) sous la présidence de Trump", a reconnu le chef de la SG.

Faire progresser le dossier Austin Tice

Abbas Ibrahim a déclaré à The National que la libération d'Austin Tice, disparu lors d'un reportage près de Damas en 2012, était l'un des principaux points des discussions. "Nous avons discuté du dossier de M. Tice et nous sommes d'accord pour dire qu'il doit progresser", a déclaré le chef de la SG. "Mais nous devons d'abord voir comment combler le fossé, comment rapprocher les points de vue entre Washington et Damas", a-t-il poursuivi.

Pour mémoire

Discussions directes entre Washington et Damas en vue de la libération des otages américains

Les dernières négociations autour de la libération d'Austin Tice, en novembre 2020, comportaient des demandes du président syrien Bachar el-Assad, notamment le retrait des forces américaines de Raqqa, ex-bastion du groupe Etat islamique en Syrie. M. Assad souhaitait également la reprise des relations diplomatiques américaines avec son pays et la levée de certaines sanctions. Mais ces demandes "étaient trop belles pour être vraies. Nous étudions les possibilités de reprise" des négociations, a déclaré Abbas Ibrahim.

"Nous ne sommes pas sûrs qu'il soit en vie"

Lors de son voyage à Washington, qui a duré trois jours, M. Ibrahim a également rencontré la mère d'Austin Tice à deux reprises, et lui a déclaré que la Syrie n'avait pas fourni de réponses claires sur la santé de son fils ou sur ses conditions de détention. "Nous ne sommes pas sûrs que M. Tice soit en vie, personne n'en est sûr. Je ne peux pas en être certain tant que la Syrie ne me l'assure pas", a-t-il ajouté, avant de promettre : "Je vais aller les voir [les autorités syriennes] après".

Marc et Debra Tice brandissent une photo de leur fils Austin Tice lors d'une conférence de presse à Beyrouth, le 20 juillet 2017. Photo d'archives AFP

Le général Ibrahim a la réputation d'être un négociateur avisé qui a contribué à la libération de résidents et de citoyens américains, tels que Sam Goodwin, un touriste qui était détenu en Syrie, et Nizar Zakka, un homme d'affaires libanais ayant la résidence permanente aux États-Unis, qui avait été libéré d'une prison iranienne en 2019. Il a également réussi à servir de médiateur pour la libération du touriste canadien Kristian Lee Baxter en 2019, qui était détenu par les autorités syriennes depuis décembre 2018 après avoir été arrêté alors qu'il était en vacances.

Austin Tice travaillait pour le groupe McClatchy, le Washington Post, CBS, l'Agence France-Presse (AFP) et d'autres médias. Il avait 31 ans lorsqu'il a disparu près de Damas, en 2012. Il était ensuite apparu dans une vidéo en septembre 2012, les yeux bandés. Mais l'identité de ses ravisseurs reste inconnue à ce jour. En mars 2020, Donald Trump avait dit ne pas savoir si Austin Tice était toujours en vie. Mais le gouvernement américain avait estimé l'année précédente qu'il était bien vivant.

En novembre 2020, l'armée libanaise et des sources américaines avaient démenti une éventuelle libération d'Austin Tice via le Liban, après l'atterrissage d'un avion militaire américain dans la vallée de la Békaa.


Le chef de la Sûreté générale (SG) libanaise, Abbas Ibrahim, s'est rendu à Washington dans le cadre d'une médiation entre les États-Unis et le régime syrien sur la question de la libération de plusieurs otages américains détenus en Syrie, dont Austin Tice, un photojournaliste indépendant enlevé le 14 août 2012 alors qu'il avait 31 ans. Cette visite a été rapportée mardi par le...

commentaires (3)

Puisqu'il est si fort avec les syriens (Et les iraniens) pourquoi ne s'occuperait-il pas des libanais prisonniers en Syrie. Ou bien ce DETAIL ne lui apporte aucune gloire !!!!

Nouna Chidiac

08 h 14, le 27 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Puisqu'il est si fort avec les syriens (Et les iraniens) pourquoi ne s'occuperait-il pas des libanais prisonniers en Syrie. Ou bien ce DETAIL ne lui apporte aucune gloire !!!!

    Nouna Chidiac

    08 h 14, le 27 mai 2022

  • Tiens tiens, Abbas serait-il un Chiite des safarats? Liberer un resortissant du chaytan el akbar pourquoi faire?? Et dire que dans les annees 80 ils se faisaient a malin plaisir a les raffler dans les rues de Beyrouth...pour les liberer a Damas...quand ils n'etaient pas liquide. La roue tourne...passe, impair et manque...attention! rien en va plus

    Elementaire

    18 h 40, le 25 mai 2022

  • "L'identite des ravisseurs reste inconnue" . Mais ce cher Abbas va negocier la liberation d'Austin Tice avec le regime de Bachar. Ah bon ????

    Michel Trad

    17 h 30, le 25 mai 2022

Retour en haut