Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Les murs de béton autour du Parlement partiellement démantelés

Une décision qui intervient à la suite de directives du président de la Chambre, Nabih Berry.

Les murs de béton autour du Parlement partiellement démantelés

Le député Yassine Yassine (3e de droite) et une foule devant le mur en béton, partiellement démantelé, le 23 mai 2022 près du Parlement à Beyrouth. Photo Mohammad Yassine

Le moment est symbolique. Des voix s'élèvent, scandant "Thaoura ! Thaoura !". Plusieurs années et une révolte populaire plus tard, les murs en béton érigés au niveau des accès menant au Parlement ont enfin été partiellement démantelés lundi après-midi, à la suite d'une décision du président de la Chambre, Nabih Berry, d'alléger les mesures sécuritaires dans le périmètre.


Armés de caméras et de micros, de nombreux journalistes regardent des ouvriers scier et retirer des blocs de béton, qui barraient les accès à l'Hémicycle, au niveau de la rue Weygand dans le centre-ville de Beyrouth. Des murs qui ont été témoins de la répression des manifestants par la police, au pic de la révolte déclenchée le 17 octobre 2019. Yassine Yassine, député de Rachaya-Békaa ouest, Marc Daou, député de Aley, et Najat Aoun Saliba, députée du Chouf, tous issus des mouvements de la contestation, étaient également présents sur les lieux.

Photo Mohammad Yassine

"J'ai la chair de poule"
Sous un soleil de plomb, des personnes se sont rassemblées pour observer la scène, le sourire aux lèvres. "J'ai la chair de poule, je n'arrive pas à y croire", confie Charlotte, 45 ans, à L'Orient-Le Jour. À la vue des pans de murs qui tombent, Riyad, la cinquantaine, ressent une réelle "extase". Mais pour ce qui est des nouveaux députés issus des forces du changement, il reste prudent. "On nous a souvent fait des promesses dans le passé que personne n'a tenues. J'espère que cette fois, ils sauront s'unir pour le bien du pays", prévient-il.

Selon notre photographe sur place, Mohammad Yassine, seuls deux blocs de béton ont été démantelé lundi. L'opération a dû être interrompue, en raison d'une coupure de courant.

Lundi matin, le chef du Parlement a ordonné "de lever et d'alléger les mesures prises préalablement autour du Parlement, avant la prochaine séance de l'Assemblée". Une décision intervenue peu après qu'un député issu des groupes de la contestation, Elias Jaradé, a appelé au "retrait" des murs de béton et autres barrières bloquant l'accès au siège de la Chambre. "Le Parlement est la maison du peuple. Aucun mur ne devrait se dresser entre les députés d'une nation et ses citoyens", a souligné M. Jaradé dans un tweet. Candidat issu de la contestation populaire, ce député a réalisé une percée inédite aux législatives face au tandem chiite Amal-Hezbollah dans la circonscription du Liban-Sud III. Au moins douze autres députés issus du mouvement de contestation ont été élus. Le mandat du Parlement sortant a pris fin le 21 mai courant. Les nouveaux locataires de la place de l’Étoile doivent désormais être invités par le doyen d’âge - M. Berry lui-même -à tenir une séance parlementaire dans un délai de 15 jours pour l’élection du président et des membres du bureau de la Chambre. Ce délai est toutefois incitatif et non contraignant.

Portrait

Élias Jaradé, un médecin au chevet du Liban

Chute du "Mur de Berri-lin"
Commentant la décision prise par Nabih Berry, le ministre de l'Intérieur Bassam Maoulaoui s'est adressé aux Beyrouthins : "Vous avez répondu à l'appel et avez participé aux élections, il nous faut entendre vos voix. Beyrouth est la cité de la vie et de l'ouverture, elle appartient à tous et n'est pas fermée. Le centre de Beyrouth demeurera ouvert à tous les Libanais", a-t-il déclaré dans des propos rapportés par des sites locaux. "Ceux qui manifestaient sont maintenant dans la Chambre, et ensemble nous construirons le Liban", a-t-il poursuivi. "Nous entendons les voix de tous, en tant qu'État, et nous appliquons ce qu'ils désirent", s'est-il félicité.

Lire aussi

La présidence de Berry ne tiendrait plus qu’à un fil

Le nombre de murs de béton, barrières de fil barbelé et barrages, bloquant l'accès à la place de l'Étoile, a été multiplié dans la foulée du soulèvement populaire du 17 octobre, des manifestants ayant à de nombreuses reprises tenté d'y pénétrer par effraction. Le mur de parpaings de "la honte", tel qu'il avait été qualifié par les contestataires et activistes, avait été ironiquement répertorié comme site touristique sur Google Maps par des contestataires sous l'appellation de "Mur de Berri-lin".


Le moment est symbolique. Des voix s'élèvent, scandant "Thaoura ! Thaoura !". Plusieurs années et une révolte populaire plus tard, les murs en béton érigés au niveau des accès menant au Parlement ont enfin été partiellement démantelés lundi après-midi, à la suite d'une décision du président de la Chambre, Nabih Berry, d'alléger les mesures sécuritaires dans le périmètre.Lundi...

commentaires (12)

Monsieur Berry pour l’amour du Liban laissez enfin votre place aux jeunes. Profitez du temps qu’il vous reste. Bon courage et bonne chance pour les nouveaux députés

Elias

13 h 00, le 24 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • Monsieur Berry pour l’amour du Liban laissez enfin votre place aux jeunes. Profitez du temps qu’il vous reste. Bon courage et bonne chance pour les nouveaux députés

    Elias

    13 h 00, le 24 mai 2022

  • Pourquoi la Constitution ne fixe-r-elle pas un délai maximum de 8 jours pour l'élection du président de la Chambre ? Berry n'est pas pressé et il risque de repousser l'échéance jusqu'à ce que les députés se mettent d'accord sur son nom ou celui qu'il aura choisi.

    Yves Prevost

    17 h 45, le 23 mai 2022

  • AUTOUR DE SEMSOM L,ETOILEE LES MURS TOMBENT. LIBRE ACCES AUX INITIES...

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    17 h 01, le 23 mai 2022

  • GRACE A GOUPIL LA CAVERNE ALIBABIENNE REDEVIENT FACILEMENT ACCESSIBLE A TOUS LES ALIBABAS ANCIENS ET PEUT-ETRE... QUI SAIT... CERTAINS ?... TOUS ?... NON !... NOUVEAUX.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    16 h 51, le 23 mai 2022

  • What a fake!

    Wow

    16 h 26, le 23 mai 2022

  • Trop tard pour faire le joli coeur M Berri. A quand la revocation du general "Abou Khachbe" de sinistre memoire ?

    Michel Trad

    16 h 10, le 23 mai 2022

  • Des petits gestes qui me trompent personne… Un passé très lourd… Sur tous les plans !

    LeRougeEtLeNoir

    15 h 57, le 23 mai 2022

  • Évidemment, les contestataires sont deja dans la maison. Il va prétendre ouvrir les accès d'un côté pour bloquer et fermer le parlement et la vie politique de l'autre côté. Vous allez voir

    Aboumatta

    15 h 11, le 23 mai 2022

  • Tant qu’il est au pouvoir il dresse des murs autour de lui et s’entoure de voyous armés pour le protéger, et maintenant il ORDONNE leur enlèvement comme si de rien n’était pour se racheter une virginité.

    Sissi zayyat

    14 h 45, le 23 mai 2022

  • Ah ouais, et soudain ce n'est plus "marbat khaylo"? Quand c'est flou ya un loup disait ma Téta.

    Je partage mon avis

    14 h 34, le 23 mai 2022

  • Quel democrate ...! hahahahahaha...

    LeRougeEtLeNoir

    14 h 26, le 23 mai 2022

  • Hahaha... sacré berri, sens de l'humour si aiguë que plusieurs jeunes avaient perdu un oeil aux environs de son crachoir...

    Wlek Sanferlou

    14 h 12, le 23 mai 2022

Retour en haut