Rechercher
Rechercher

Monde - Focus

La russophile Bulgarie à l’épreuve de la guerre en Ukraine

Membre de l’UE et de l’OTAN, mais traditionnellement proche de Moscou, ce pays des Balkans s’interroge sur son identité.

La russophile Bulgarie à l’épreuve de la guerre en Ukraine

Manifestation anti-Poutine, à Sofia, la capitale bulgare, le 9 mai 2022. Nikolay Doychinov / AFP

« Les Russes, nos frères slaves » : ce sentiment, partagé dans une grande partie de la Bulgarie, peut-il résister à la guerre en Ukraine ? Membre de l’UE et de l’OTAN mais traditionnellement proche de Moscou, ce pays des Balkans s’interroge sur son identité.

Chaque semaine ou presque depuis le début du conflit, pro et antirusses se défient à Sofia, autour de monuments à la gloire de l’Armée rouge, protégés par les uns, attaqués par les autres.

Pour Maria Kostadinova, doctorante de 23 ans rencontrée par l’AFP lors d’un de ces rassemblements, « défendre l’Ukraine, c’est un choix de civilisation qui nous rattache aux pays développés ».

Dans le camp d’en face, Galina Stoyanova, institutrice de 54 ans, balaie les images des atrocités du conflit : « Des créations de Hollywood », assène-t-elle. Et de rendre hommage aux « doubles libérateurs russes » qui « se sont sacrifiés en 1878 », mettant fin à la domination ottomane, puis ont « affranchi la Bulgarie du fascisme en 1944 ». Même discours sur les réseaux sociaux où des dizaines de milliers d’internautes suivent avec avidité les comptes véhiculant la ligne du Kremlin.

L’activité a explosé ces dernières semaines, a constaté l’unité bulgare de vérification numérique de l’AFP, qui a consacré 85 % de ses articles depuis le 24 février à débusquer de fausses informations justifiant l’invasion russe ou dénigrant les réfugiés ukrainiens.

Selon un sondage de l’institut britannique YouGov mené en avril dans 16 pays de l’UE et le Royaume-Uni, 44 % des Bulgares tiennent l’OTAN pour responsable de la guerre, pourcentage le plus élevé de la liste.

Mythes tenaces

« La Bulgarie diffère des autres pays de l’ancien bloc communiste » dans lesquels l’ère soviétique a laissé des souvenirs amers, explique Dimitar Bechev, politologue spécialiste de l’Europe de l’Est qui enseigne à Oxford. « Les livres d’histoire nourrissent la mythologie de la fraternité » avec la Russie, souligne-t-il, évoquant aussi « les liens culturels, politiques et sociétaux » tissés jusqu’à la chute du régime communiste en 1989.

De nombreux Bulgares comprennent en outre le russe, certains s’informant régulièrement sur les médias moscovites.

Des affinités qu’on retrouve dans la classe politique, où le Parti socialiste a menacé de quitter la coalition gouvernementale en cas de livraison d’armes à l’Ukraine.

Le président Roumen Radev s’est lui aussi prononcé contre une telle décision, tandis que les nationalistes prorusses de la petite formation Vazrajdane, entrée récemment au Parlement, organisent régulièrement des manifestations « pour la paix ».

« Les métastases du communisme demeurent dans les esprits », estime l’historienne Evelina Kelbetcheva, qui s’efforce depuis des années de déconstruire « des mythes tenaces » dans la population et milite pour une réforme des programmes scolaires.

Avec le conflit, des Bulgares commencent à changer d’attitude. Cette professeure, scénariste d’un documentaire sur l’occupation soviétique après la Seconde Guerre mondiale, évoque ainsi la soudaine popularité du film. Sorti fin 2021, il a été diffusé à la télévision après le lancement de l’offensive russe et visionné depuis par des dizaines de milliers d’internautes. Viols, meurtres brutaux, gabegie financière : révélant des archives inédites, l’œuvre jette une lumière crue sur les actes de l’Armée rouge. Sans compter le coût de son entretien qui « a ruiné » la Bulgarie, assure Mme Kelbetcheva. « Ce documentaire ouvre les yeux de ceux, nombreux, qui croient à une interprétation romantique faussée de l’histoire », estime Todor Gabarov, un universitaire rencontré à l’issue d’une projection à Sofia.

« Dépoutiniser » la Bulgarie

La guerre actuelle « bouleverse des équilibres profonds », note l’institut Alpha Research. « Beaucoup de ceux qui continuent à aimer la Russie expriment désormais une attitude négative envers le président Vladimir Poutine. » S’il jouissait de 58 % de soutien en Bulgarie en mars 2020, sa cote de popularité a dégringolé à 32 % fin février pour chuter à 25 % en avril. Il est temps pour la Bulgarie, touchée de longue date par la stratégie « d’infiltration » du Kremlin via « la propagande sur internet, la dépendance économique et la corruption de l’élite dirigeante », de « se “dépoutiniser” », insiste une des formations au pouvoir, Bulgarie démocratique.

Dans le même sens, le Premier ministre Kiril Petkov, résolument pro-européen, appelle à limiter « l’influence russe » sur la Bulgarie qui, privée de gaz russe, veut en profiter pour enfin s’émanciper.

« Nous sommes là pour prouver qu’il n’y a pas que des “poutinophiles” ici », lançait Stanimir Ganev, un informaticien de 43 ans, en manifestant le 9 mai dans les rues de la capitale, drapeau jaune et bleu au vent.

Vessela SERGUEVA et Rossen BOSSEV / AFP


« Les Russes, nos frères slaves » : ce sentiment, partagé dans une grande partie de la Bulgarie, peut-il résister à la guerre en Ukraine ? Membre de l’UE et de l’OTAN mais traditionnellement proche de Moscou, ce pays des Balkans s’interroge sur son identité.Chaque semaine ou presque depuis le début du conflit, pro et antirusses se défient à Sofia, autour de...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut